C’est un contrat de modernisation pour trente-six avions dont le montant n’a pas été encore révélé que vont très bientôt signer le gouvernement chilien et l’avionneur américain Lockheed-Martin. La Fuerza Aérea de Chile cherche en effet à faire transformer ses General Dynamics F-16MLU Fighting Falcon achetés en 2006 auprès des Pays-Bas en F-16V Viper bien plus modernes. Dans le même temps elle espère pouvoir acquérir entre huit et dix F-16C/D au Block 50, si possible de seconde main. Il s’agit pour l’aviation chilienne de se moderniser à moindre coût.

Car les trente-six General Dynamics F-16A/B Fighting Falcon achetés il y a douze ans commencent à sérieusement montré des signes de vieillesse, principalement au niveau de la motorisation et du système d’arme. Et encore ils avaient été achetés au standard MLU (pour Mid-Life Upgrade) semblable à celui des avions que la Composante Air aligne aujourd’hui en Belgique.

Reste que le Lockheed-Martin F-16V Viper a aujourd’hui le vent en poupe. Cet avion qui représente le Block 70 du célèbre chasseur-bombardier américain est un pis-aller pour les nombreuses forces aériennes n’ayant pas les moyens d’investir dans un avion de nouvelle génération comme le Dassault Aviation Rafale, le Lockheed-Martin F-35A Lightning II, ou même le Saab JAS 39 Gripen.
D’autant que les pilotes de la Fuerza Aérea de Chile utilisent principalement leurs avions de combat pour des missions de défense aérienne et d’interception. Il faut dire qu’ils ne participent quasiment jamais à des opérations extérieures nécessitant des frappes aériennes, à la différence des pays européens par exemple.

Les dirigeants et généraux chiliens souhaiteraient pouvoir recevoir leurs premiers F-16V Viper à l’horizon 2021. D’ici là ils auront sûrement acquis les huit à dix F-16C/D Fighting Falcon Block 50/52 dont ils annoncent avoir également besoin. Des avions qui viendront s’ajouter aux F-16C/D qu’ils possèdent déjà. Plusieurs pistes existent actuellement quant aux pays qui pourraient leur céder ces monoplaces et biplaces, les plus sérieuses semblant être les États-Unis et Israël.

Photo © Fuerza Aérea de Chile.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom