C’est un incident fort heureusement extrêmement rare de nos jours sur avion de combat. Ce mercredi 20 mars 2019 en après-midi un passager installé en place arrière d’un Dassault Aviation Rafale B a vu son siège éjectable actionné par erreur. L’homme, un civil sexagénaire, souffre de blessures multiples et de plaies plus ou moins sérieuses. Le ministère des armées et le parquet de Metz ont été saisi des investigations.

On ignore actuellement encore l’identité de ce passager âgé de 64 ans, le ministère des armées s’étant borné à préciser qu’il s’agissait d’un civil. Ingénieur de Dassault Aviation ? Journaliste ou photographe ? Médecin ou scientifique spécialiste des questions aéronautiques ? Ces interrogations sont pour l’instant sans réponse. On sait simplement qu’il a été hospitalisé dans la région de la Base Aérienne 113 de Saint-Dizier d’où l’avion avait décollé.
Il souffre de blessures au dos et de plaies aux niveaux des mains et des avants-bras.

Sur l’avion en lui-même il s’agit donc (logiquement) d’un biplace Dassault Aviation Rafale B. Il appartient à la 4ème Escadre de Chasse, une unité célèbre pour avoir accueilli jusqu’à l’an dernier les Mirage 2000N de la dissuasion nucléaire française. Depuis leur récent retrait elle n’évolue plus que sur Rafale monoplaces et biplaces.
On sait en outre que l’incident s’est produit très peu de temps après le décollage de la BA 113. Le pilote a réussi à ramener son avion sans encombre, malgré la disparition de la verrière et l’éjection de son siège navigateur. Le biréacteur a immédiatement été placé sous scellés judiciaires par les OPJ de la gendarmerie nationale.

Trois enquêtes sont diligentées.
La première dite interne par le ministère des armées lui-même et une deuxième assez logique dite de sécurité menée par les experts du Bureau Enquêtes Accidents pour la sécurité de l’aéronautique d’État, ou BEA-É. Celle-ci devra permettre d’élucider toutes les questions liées à l’incident en lui-même, et découvrir qui est en tort : de l’Armée de l’Air, d’un industriel, ou bien du passager lui-même. Enfin la troisième enquête est dite judiciaire puisqu’une personne physique a été blessée et hospitalisée suite à cet incident. Comme dans le cas du récent crash mortel d’un Mirage 2000D dans la région Grand Est c’est le parquet de Metz qui est compétent pour cela.

Pour l’instant il n’est nullement annoncé du côté de Balard d’une possible suspension des vols de Rafale B. Il faut dire que ces avions ne réalisent pas uniquement la transformation opérationnelle mais également des missions de combat. Ils assurent notamment la posture aéroportée permanente de dissuasion nucléaire, à l’aide du missile ASMP-A. Ce sont donc des avions primordiaux pour la sûreté de notre pays.

Photo © ministère des armées.

Publicité

26 COMMENTAIRES

  1. Ça me rappelles la série de films sur la 7 ème compagnie ( Pierre MONDY,Jean LEFEVRE ) et la phrase culte » Touches pas à ça , petit cXX » .
    Bon pas de mort mais bien mâché,On peut encore plaisanter…

  2. Pourvu que l’invité n’ait pas de séquelles.
    Sur Rafale, le pilote peut neutraliser les commandes arrières comme la commande d’éjection par exemple.
    En tout cas, si éjections il doit y avoir, le navigateur part toujours en 1er afin d’éviter qu’il touche le pilote si ce dernier part en 1er.
    Ici, le pilote ne s’était pas éjecté, donc ou bien il y a un dysfonctionnement (ce qui ne s’était jamais arrivé sur Rafale) ou bien…

    • Le siège arrière s’éjecter en premier pour éviter également que les flammes du siège avant ne brulent la personne assis à l’arrière.

    • Alors pour info le pilote ne va pas et ne peut pas neutraliser la commande arrière James.
      il peut choisir entre une éjection seul ou à 2 il ne va pas neutralisée l’ejection d’un siège au risque de mettre en danger le passager arrière, sinon pour info il y a eu un dysfonctionnement dit « chanceux » car les 2 aurais dû s’éjecter mais par pur hasard le siege pilote ne sais pas éjecter va savoir pourquoi mais sa a permis d’éviter un crash… voila

  3. On a donc fait aussi bien que les belges qui, il y a quelques mois s’étaient auto-détruit un F-16 au canon de 20…
    Ils sont pas sensés être sur le mode « bi » les sièges éjectable des avions de chasse en France ? Le pilote aurais dû être éjecté aussi. En tout cas tant mieux car on aurais pu perdre un avion, même si celui-ci sera indisponible un bon moment à cause de ses lourdes réparations à venir.

    • Voilà. Elles sont peu (voire pas) médiatisées, mais il n’est pas rare de voir des ingénieurs (DGA / MBDA / Thalès) et aussi VIP ou autres officiels voler en place arrière pour des démonstrations, en l’état nous ne pouvons que spéculer.

      Parmi celles dont on a parlé par le passé, je me rappelle de Thomas Pesquet, le président Macron, ou assez régulièrement les présentateurs de la parade du 14 Juillet. Mais paradoxalement, celles-ci ne servent à rien, si ce n’est à la bonne image de l’AdA.

  4. Y a t il un prècedent dans ce genre d’èjection intempestive ????? Si non je suis d’accord pour TPC ! Ou alors c’est du genre  » mon dieu je regrette… Je veux pas y aller » !

  5. S’il n’y a pas de consigne de non-vol pour les rafales suite à cet incident. Une chose est sûre, aucun Rafale n’a pris l’air ici à Saint-Dizier depuis deux jours. Certainement pour inspecter les autres appareils…

    • Il faut bien que nous donnions une raison de commenter aux pinailleurs orthographiques comme vous monsieur. Après tout sinon comme feriez-vous pour marquer votre mécontentement ? Donc pour satisfaire à votre besoin de signifier qu’il y a des fautes (sans pour autant les pointer clairement) je m’engage à continuer à en faire. 🙂

  6. Si le 22 Mars je disais qu’il n’y avait peut-être pas de Rafale cloué au sol suite à cet incident. Ce n’est plus le cas aujourd’hui selon de site « défense-aero.com » qui annonce qu’une partie des Rafales Air et Marine sont effectivement privés de vol, voici le lien de l’article, au cas-ou:. « http://www.defens-aero.com/2019/03/partie-flotte-rafale-air-marine-clouee-au-sol.html  »
    Ici à Saint-Dizier, il n’y a eu en effet que deux ou trois décollages depuis lundi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom