C’est un coup dur pour l’hélicoptériste nord-américain. En ce mois de mars 2019 la Royal Australian Navy se sépare de ses trois hélicoptères biturbines d’entraînement Bell 429 Global Ranger. Ils sont remplacés par des Airbus Helicopters TH-135 jugés plus conformes aux attentes des marins australiens. Ce sont deux types de machines de la même génération, ce qui représente un véritable camouflet pour Bell Helicopter !

Ces trois Bell 429 Global Ranger n’auront finalement servi même pas six ans et demi, ce qui représente une durée très courte pour un hélicoptère d’entraînement militaire contemporain. Il est intéressant de mettre cette courte période en parallèle avec les quatorze ans de service des Agusta A.109E qu’ils ont remplacés ou encore les trente-trois ans des Aérospatiale AS.350BA Écureuil avec qui ils ont opéré de 2011 à 2017. Ils étaient loués avec une option d’achat… qui n’aura finalement jamais servi.
Le principal reproche fait à ces hélicoptères était une trop grande propension à tomber en panne, en grande partie à cause de la corrosion dû au sel de mer. Ce qui est, vous en conviendrez, assez grotesque quand on parle d’un hélicoptère naval !

Et ce marché a donc été remporté par Airbus Helicopters et son TH-135 lui aussi biturbine. Bien que ces deux machines soient de la même génération leurs prototypes n’ont pas exactement volé au même moment : celui du Bell 429 Global Ranger au début de l’année 2007 et celui de celui qui s’appelait encore Eurocopter EC-135 début 1994. Treize ans d’écart et pourtant le plus récent laisse sa place à son ainé.
Il faut dire que dans la Royal Australian Navy l’hélicoptère européen plait déjà depuis plusieurs années. Outre l’entraînement il mène des missions de liaisons ou encore de soutien d’état-major.

Sur cette machine les futurs pilotes embarqués australiens apprennent à voler afin de passer ensuite sur NHIndustries MRH-90 Taipan de transport d’assaut et de sauvetage, et sur Sikorsky MH-60R Seahawk. Les TH-135 australiens sont également appelés à former leurs collègues néo-zélandais et dans une moindre mesure néo-guinéens. De quoi susciter ensuite des ambitions d’achat de cette machine européenne.

Mais surtout cette victoire d’Airbus Helicopters sur Bell Helicopter dans une aéronavale occidentale peut être vue comme de bonne augure dans le cadre du programme américain TH-XX où les deux hélicoptéristes s’affrontent pour succéder au TH-57 Sea Ranger. Le TH-135 y est même dit-on en bonne position.

Photo © Royal Australian Navy.

Publicité

5 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom