La guerre voulue par le dictateur Vladimir Poutine contre l’Ukraine va t-elle vraiment anéantir l’industrie aéronautique russe ? L’information circulait depuis quelques semaines elle a depuis été confirmé par le groupe United Aircraft Corporation, maison-mère de l’avionneur Beriev : le développement du futur avion de veille radar A-100 est annulé. Deux prototypes existaient déjà et le premier vol du quadriréacteur avait déjà eu lieu en novembre 2017 mais cela n’a pas suffit face aux mesures de rétorsions économiques voulues par les États-Unis et l’Union Européenne. C’est donc le deuxième programme aéronautique majeur en Russie à souffrir de celles-ci, sans doute malheureusement pas le dernier.

Pour mémoire la mise en chantier au début des années 2010 du programme A-100 résultait d’une demande de Moscou pour un nouvel AWACS. Il fallait alors permettre le remplacement à l’horizon 2020-2025 des Beriev A-50 Mainstay en dotation depuis l’ère soviétique. Malgré le chantier de rétrofit A-50U ces avions demeuraient globalement moins perfectionnés que leurs équivalents des forces de l’OTAN.

Doté de technologies occidentales, européennes notamment, le futur Beriev A-100 était logiquement la cible des sanctions internationales. Ces composants d’avionique l’ont mis en danger, mais c’est surtout l’incapacité russe à proposer des matériels équivalents qui a rendu Beriev dépendant des pays européens et nord-américains. En bloquant début mars le développement de l’A-100 puis en réalisant en ce début mai 2022 la fin de son programme industriel les Alliés ont porté un coup très dur à la défense russe, mais pas uniquement.
Après l’affaire des hélicoptères civils Kamov Ka-62/Ka-64 eux aussi stoppés nets les sanctions mettent désormais clairement en danger une industrie aéronautique russe qui réussissaient pourtant depuis quelques années à ressortir la tête de l’eau après un quart de siècle de vache maigre. Surtout elles impactent maintenant le secteur défense, l’un des piliers de la politique étrangère de Vladimir Poutine.

Il se murmure désormais que d’autres programmes aéronautiques sont en grand danger, et notamment celui du futur avion de combat de 5e génération connu comme Sukhoi Su-75 Checkmate. Son développement serait lui aussi au mieux retardé par les répercussions des sanctions internationales et au pire abandonné. Dès que les informations autour de lui se confirment nous vous proposerons un article à son sujet. On parle aussi de celui de l’avion cargo biréacteur Ilyushin Il-276 dont le premier vol initialement prévu pour l’année prochaine aurait été repoussé d’un an à un an et demi.

Photo © ministère russe de la défense.

NDLR : Comme souvent dès lors que cela touche à la Russie et à son industrie aéronautique le recoupement des sources prend trois fois plus de temps que pour les informations concernant des pays plus transparents. C’est pourquoi le dernier paragraphe est principalement écrit au conditionnel. Nous vous prions de nous en excuser.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. Vendre du matériel de pointe, c’est donner un gros avantage à des tiers. On l’a vu avec les systèmes anti-aériens S300.
    C’est justice que de voir la trame de l’industrie militaire Russe se déchirer parce que l’Occident les sanctionne.

  2. Je n’ai jamais compris pourquoi les russes n’avaient pas développé un AWACS à partir de leurs avions de ligne Iliouchine Il-96 et Toupolev Tu 204 ?

    • Surtout des capteurs infrarouge, des gps, des bus de gestion.
      De ce que j’en ai compris/recoupe (donc un avis qui n’engage que moi) les Russe sont obligés de se tourner vers de moyens civils. Xavier Tytelman d’Air et Cosmos a couvert le sujet via des vidéos d’hélicoptères Kamov.
      Pour les Chinois, leurs bus de donnée serait carrément celui d’un avion civil sur leurs J10.

  3. Bonjour à tous,
    petit message hors sujet,
    mais la livrée gris foncé du Beriev A-50 Mainstay est juste superbe !
    Encore plus sur la photo qui accompagne l’article en lien : « chantier de rétrofit A-50U »
    merci pour tout
    a+

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom