L’annonce a été faite ce vendredi 9 mai 2019 et n’est pas passée inaperçue du tout. L’état-major de l’US Air Force a décidé de se doter d’une première unité d’Aggressors volant sur Lockheed-Martin F-35A Lightning II, le plus récent de ses avions de combat. Un choix qui laisse cependant songeur car on se demande comment les pilotes «agressés» pourraient bien détecter l’arrivée de ces avions, étant donnés qu’ils sont furtifs. Une décision sans doute corrélée aux décisions chinoises et russes d’enfin mettre en service des machines similaires.

Et ce sont donc onze monoréacteurs furtifs Lockheed-Martin F-35A Lightning II qui vont être prélevé sur les stocks initialement prévus pour les unités de combat. Des avions qui vont progressivement venir garnir les rangs du «nouveau» 65th Aggressor Squadron sis à Nellis AFB dans le Nevada. Vraisemblablement les avions vont être revêtus d’une nouvelle livrée, les rapprochant des avions chinois ou russes qu’ils devront simuler auprès des pilotes américains et alliés.

Il faut savoir que le 65th Aggressor Squadron a été désactivé en septembre 2014 en raison de graves coupes budgétaires portées par l’administration Obama contre l’US Air Force. À l’époque il volait sur des McDonnell-Douglas F-15C Eagle spécialement peints pour les faire ressembler à des Sukhoi Su-27 russes. Du temps où il était une unité de chasse, à l’époque 65th Fighter Squadron, il participa notamment aux opérations de couverture aérienne du Débarquement de Provence à l’été 1944 grâce à ses monomoteurs Republic P-47 Thunderbolt.
On se souvient qu’au printemps 2013 les personnes du 65th AS avaient reçu la visite d’aviateurs français.

C’est en fait l’arrivée programmée en unité des Chengdu J-20 et Shenyang J-31 en Chine, et des Sukhoi Su-57 en Russie qui a sans doute motivé cette décision. Avec ces trois avions les deux puissances vont enfin mettre en service leurs premiers avions furtifs, cependant pas avant l’an prochain. Les retards dans le programme du dernier de ces trois avions sont désormais bien connus du monde entier.
Les F-35A Lightning II du 65th Aggressor Squadron auront donc la lourde charge de jouer le rôle de ces avions lors de combat aérien simulés contre les chasseurs américains. Ce n’est pas une mince affaire car en fait personne ne sait vraiment comment ils se comporteront dans la réalité des faits.

Photo © US Air Force

Publicité

12 COMMENTAIRES

  1. « car on se demande comment les pilotes «agressés» pourraient bien détecter l’arrivée de ces avions, étant donnés qu’ils sont furtifs »
    La furtivité n’etant pas absolue ni un état i.e. oui ou non, il y a d’autres moyens que le radar pour détecter ces avions, ça fait partie de ces exercices

  2. Certes. Et comme les adversaires du futur risquent de montrer des caractéristiques furtives (SU57, J20 et J31), je ne trouve pas cela saugrenu d’employer des F35. Détecter est une chose, accrocher et shooter en est une autre. et comme vous le dites James, c’est le but même de ces exercices : trouver techniques et parades contre un adversaire dans divers scénarii.

    La furtivité du Lightning2 est connue comme modulable (utilisation du radar, ajout de réflecteurs de SER ou bien encore des pylônes d’ailes), et de surcroit il ressemble énormément au J31 (ou plutôt l’inverse, vu la chronologie d’apparition).
    Les Aggressors étant spécialisés dans le combat à courte portée (d’où la tradition à pousser le vice de reproduire le schéma de camouflage des éventuels ennemis), nul doute que la présence de F35 dans leurs rangs (et peut-être de F22 un jour, allez savoir…) haussera considérablement le niveau -et la valeur- de ces entrainements, face à l’arsenal US et Otanien -dont d’autres F35- en conditions plus ou moins dégradées. Cela promet d’être intéressant pour les Red Flags à venir.

    D’ailleurs quelques infographies circulent déjà, F16 grimé en SU57, et F35 en J31 : https://theaviationgeekclub.com/wp-content/uploads/2019/01/F-16-F-35.jpg

  3. Le terme furtif est commercial, c’est plutôt une faible signature radar ,et comme le dit James ,il y a d’autres moyens de détection ( osf sur rafale).
    De plus un groupe de f35 aggressors face à un groupe de f22 : les deux avions bien que différents ont un même avantage de discrétion, ces nouveaux aggressors rendent les futures simulations de combats passionnantes .
    Pour vu que nous ayons la chance d’en avoir des retours.

  4. Quel plaisir de ne lire que des commentaires modérés et censés sur un sujet concernant le F-35 !!! C’est tellement rare !!

    Concernant ces « aggressors » j’insisterais sur le fait que le F-35 est vendu à l’export …. et les américains s’exercent contre tout type d’avions y compris ceux de leurs alliés. C’est dans la culture stratégique US de partir du principe que l’allié d’aujourd’hui peut être l’ennemi de demain.

    • Il faut savoir que les sujets sur le F-35 ou sur le Su-57 appellent de notre part à beaucoup plus de modérations de commentaires que les tous les autres réunis. Et modérer ça prend du temps, du temps qui serait mieux employé à la rédaction des articles, fiches, et dossiers. Mais bon c’est la rançon de la gloire.

      • Quand je disais « modéré » je parlais des propos tenus par les intervenants qui n’étaient pas idéologiques comme c’est trop souvent le cas …. pas de la modération ou non de votre part 🙂
        Je me doute du boulot énorme …. j’espère que sur ce sujet ça n’a pas été nécessaire !!

  5. Des f22 ont déjà été réd forces au cours de réd flag… Le F35 sera t il aussi bon en dogfighting??
    Perso je pense qu’il sera cantonné au bvr en air air…. Mais ça n’engage que moi, par contre imaginons un drone furtif muni d’un EMP type spire ou n’importe quelle autre arme scalaire… Adieu tout nos beaux avions… Ou sont ils durcis contre ça ?

    • Le F-35 n’est pas optimisé pour le dogfight comme un F-22. En fait il faut comparer le F-35 au F-16 dont il est le remplaçant direct pour l’USAF.
      Le F-35 est moins agile que le F-16 de façon globale , mais il est plus agile à basse vitesse et accélère plus fort. Le F-35 peut aussi porter 3x plus de charge offensive qu’un F-16. À cela il faudrait ajouter les capacités de guerre électronique, de reconnaissance et de furtivité dont le F-16 n’est pas doté.

      Donc le F-35 possède ses propres qualités pour le doffight mais non il n’est pas optimisé pour ça . Il est plutôt fait pour le BVR en Air Air et pour l’attaque au sol.
      Concernant le brouillage électronique les infos sont classifiées…. mais on sait que le F-35 est une arme de guerre électronique et que son radar est capable de brouillages puissants . Il est aussi annoncé comme résistant aux brouillages ennemis mais c’est impossible à vérifier.

  6. Je parlais d’armes scalaires et donc une vague électromagnétique de l’ordre du megawatt à l’épicentre… De telles armes sont en développement depuis les années 70… Tout comme les armes hyper fréquences, canon laser à très haute énergie… Ne sont pas de la SF.
    Quand à l’accélération du F35 il me semble avoir lu dans un rapport au congrès Américain que c’était pas vraiment ça… Mais bon !
    Par contre je sais que la capacité d’emport en soute est très limitée, donc si l’essentiel est en externe, adieu furtivite et maniabilité… Ce qui fait que ma question reste posée,:
    Dans le cadre d’une penetration chez l’ennemi cet appareil peut il vraiment survivre ???

    • Je suis d’accord sur le « pas de la SF » mais il faut encore que ce soit déplorable en situation opérationnelle et rien ne permet de le dire à ma connaissance aujourd’hui.
      Concernant l’accélération ce sont les retours des pilotes qui la mette en avant … durant les exercices internationaux ces derniers parlaient du F-35 comme étant un « F-18 avec 4 moteurs ». Techniquement les chiffres ne mentent pas :
      F-18 : 2x 48,90 Kn (sec) pour 11200 kg (vide) 1/114kg
      F-35A : 1x 178 kn pour 13170 kg (vide) 1/74kg
      Alors le F-35 monte plus haut en poids bien sûr …. mais la puissance de son moteur est juste énorme pour un chasseur.

      Pour la pénétration dans un espace aérien fortement défendu … la survie passe principalement par la capacité à être très difficile à attaquer . La furtivité passive permet ça : la portée des systèmes d’armes (de leur mode d’acquisition de cible ) est très réduite … rendant leur portée de menace beaucoup plus courte.
      Avoir une SÉR très réduite est donc un gros avantage que les avions non furtifs ne peuvent pas égaler (SER de base nettement plus grande + armements externes).
      Le F-35 est conçu pour être 100% efficace en full furtif. Dans cette configuration il a 4 armes en soutes (bientôt 6), pas de bidons externes (gros réservoir interne ), pas de pods divers (capacités de guerre électronique et senseurs en grande quantité en interne).

      Après … une fois le chemin ouvert le F-35 peut alors abandonner la furtivité et donc se charger avec 10 armes au total … il a donc les deux profils possibles.

  7. Je reste septique sur le F35, car j’ai vraiment été déçu par la présentation au Bourget… J’espère me tromper car beaucoup de pays alliés en achètent…!
    Maintenant pour les armes hyperfréquences, je peux dire qu’elles sont bien déployées pour sécuriser les bases, projetées ou non !!! Évidemment cette technologie étant détenue par peux de pays, les États concernés ne communiquent pas dessus…

    • Essayez de ne pas tomber dans la science-fiction. les armes à « hyperfréquences » n’existent pour l’instant qu’à l’état expérimental voire franchement théoriques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom