C’est Qantas qui l’a annoncé officiellement. Le premier biréacteur Airbus A321 converti en avion-cargo sera utilisé à partir de l’année prochaine pour le compte du service postal australien par la transporteur aérien de ce pays. L’avion sera loué auprès d’une entreprise luxembourgeoise spécialisée dans ce domaine. Il s’agit du tout premier exemplaire de ce type, modifié depuis un ancien avion de ligne.

Au cas où vous l’ignoreriez le programme de transformation en avion de transport de fret de ce biréacteur européen a été lancé en 2017 par Airbus et l’industriel singapourien ST Aerospace. Pour cela les deux entreprises s’appuient sur la société EFW (pour Elbe Flugzeugwerke) sise à Dresde en Allemagne, qu’ils possèdent à respectivement 45% et 55%. C’est elle qui va transformer les six premiers A321-200 de série en A321P2F.

Six premiers car ce sont les avions commandés l’an dernier par le loueur luxembourgeois Vallair. Pour autant il ne s’agit pas d’avions neufs, puisqu’ils ont entre vingt et vingt-deux ans. Ils ont tous été construits entre 1997 et 1999 et ont donc connu auparavant une carrière commerciale dans l’aviation civile. Ils portent les numéros de série 677, 827, 835, 891, 968, et 974.

L’un d’eux par exemple, le numéro de série 891, a volé aussi bien pour le compte de la compagnie helvète Swissair que d’Air Méditerranée en France. Un autre, le numéro de série 974 a porté les couleurs de rien moins que dix compagnies aériennes différentes entre 1999 et 2018. Il a ainsi été immatriculé aussi bien au Royaume-Uni, qu’en Arabie-Saoudite ou encore au Pakistan.
Le premier futur A321P2F, porteur du numéro de série 835, lui appartenait encore récemment au transporteur aérien Onur Air basé en Turquie. Il assurait des vols intérieurs réguliers et charters au profit de tours-opérateurs.

Avant de pouvoir entamer sa carrière comme facteur volant ce premier A321P2F va être littéralement désossé par les équipes d’EFW et transformé en avion-cargo. Il pourra dès lors assurer ses missions troquant ses passagers pour un peu moins de vingt-huit tonnes de marchandises réparties entre vingt-quatre conteneurs de cabines et de soutes. Le tout sur un rayon d’action qui atteint 4250 kilomètres.
Sur les six premiers avions on sait que trois iront donc à Qantas pour le compte de la poste australienne, mais le mystère demeure sur le nom du ou des autres clients du loueur luxembourgeois.

Avec près de 2000 exemplaires construits le biréacteur A321 a donc de beaux jours devant lui comme futur avion-cargo converti. D’autant qu’il est toujours en production, sous l’appellation A321Neo. L’A321P2F est en fait la réponse européenne au 737-800BCF américain.
Même dans le domaine du transport de fret la guerre fait rage entre Airbus et Boeing !

Illustration © EFW.

 

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Anciens avions de ligne reconvertis en avions cargo….Superbe opération.Cependant vu leurs âges respectifs ( 20-30 ans en moyenne), je me demande quel est le potentiel de vol restant de ces aéronefs,, car même s’ils ont été complètement désossés, révisés et transformés, leurs cellules a quand même un certain nombre d’heures de vol à leurs actifs et cela on ne peut le changer.Quand un aéronef a atteint sa limité d’âge, c’est souvent la déconstruction ou le musée et beaucoup d’avions de ligne ne dépassent pas les 40 ans…. Alors est-ce une opération vraiment intéressante économiquement ,car ces cellules ne sont pas éternelles….,Je n’ai rien contre l’occasion, mais une occasion reste une occasion. Je suis dubitatif par rapport à l’achat d’un avion neuf. car ces transformations ont un coût..Si quelqu’un peut éclairer ma lanterne, je suis preneur…

    • c’est des avions qui ont été amortis. le problème peut se poser sur le coût de l’entretient mais les compagnie passent beaucoup par des contrat mro avec le constructeur ou des société de maintenance donc négocient les coups d’entretient des appareils

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom