C’est ce que l’on appelle une belle surprise pour les dirigeants de Boeing Company. Ce vendredi 27 septembre 2019 l’US Department of Defense a fait savoir qu’il passait commande de quinze avions de ravitaillement en vol Boeing KC-46A Pegasus supplémentaires. Ce nouveau lot ne fait pas partie des quatre lots initialement compris dans le programme KC-X dont découle ce lointain dérivé de l’avion de ligne 767-200. Ces nouveaux exemplaires doivent être livrés à partir de 2023.

C’est une enveloppe d’environ 2.4 milliards d’euros que les décideurs politiques et les généraux américains ont donc sorti du budget de la défense pour cette nouvelle commande, connue localement sous le vocable de «Lot 5». Et elle risque de faire couler pas mal d’encre tant le Boeing KC-46A Pegasus est fréquemment décrié outre-Atlantique pour ses retards de développement autant que pour les incidents répétés dans ses procédures de livraisons. Le bashing anti Pegasus est presque aussi violent que le bashing anti Lightning II, et donc tout aussi stupide et contre-productif.
Car au final il reste que cet avion est plus que nécessaire actuellement à l’US Air Force !

La multiplication des théâtres d’opérations extérieures où les avions américains interviennent fait que l’US Air Force ne peut plus compter sur sa seule flotte de Boeing KC-135R Stratotanker et de McDonnell-Douglas KC-10A Extender. Et pour cause. Les Stratotanker sont de plus en plus usés et fatigués, leurs cellules accusant grandement désormais le poids des ans.
Pour autant elle possède actuellement déjà des KC-46A Pegasus au sein de deux unités d’active et une de réserve. Ce sont respectivement les 56th et 344th Air Refueling Squadron d’un côté et 133rd Air Refueling Squadron de l’autre. Mais ces avions ne sont actuellement pas totalement opérationnels, ou plutôt ils ne le sont déjà plus.

En effet depuis le vendredi 13 septembre 2019 une décision du Pentagone interdit aux Boeing KC-46A Pegasus d’assurer des missions de transport de personnels et/ou de fret sur palettes. Celle-ci a été prise suite à la découverte d’une défectuosité découverte la veille sur une porte latéral en plein vol. Les équipes du constructeur travaillent d’arrache-pied sur la question.
Il faut dire que le biréacteur n’a pas été vendu qu’à la seule US Air Force. Israël et le Japon l’ont également commandé.

Photo © US Air Force.

 

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Le KC-46A est en retard et avec de nombreux défauts.
    C’est tout simplement une aide pour aider Boeing en difficulté suite aux déboires du 737 Max, elles ont beau dos les soi-disantes subventions de l’Europe en faveur d’Airbus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom