Cette petite force aérienne maintient sa confiance à Dassault Aviation malgré les pressions de Washington. Ce vendredi 15 novembre 2019 l’avionneur français et l’état-major de l’United Arab Emirates Air Force ont conjointement annoncé avoir trouvé un accord quand à la modernisation des trente-et-un Mirage 2000-9 monoplaces et biplaces actuellement en service. Un contrat qui pourrait du coup remettre en cause la compétition en cours dans cette aviation militaire afin de trouver un nouvel avion de combat. Depuis quatre ans les Émiratis soufflent le chaud et le froid entre Dassault Aviation et Eurofighter sur cette question.

Pour mémoire la première annonce de ce contrat avait été formulée il y a pile-poil deux ans, lors du salon aéronautique Dubaï Airshow 2017 sans pour autant que cela ne repose alors sur quoi que ce soit de factuel ou de formel. C’est désormais différent. L’aviation émiratie et l’avionneur alto-séquanais ont signé un contrat dont le montant n’a pas été divulgué mais qui devrait avoisiner les 300 millions d’euros.

Pourtant s’il fait les affaires des militaires émiratis et des employés français ce contrat ne fait pas celles des Américains. Depuis plusieurs mois l’avionneur Lockheed-Martin et le Pentagone faisaient pression sur l’UAEAF afin qu’elle retire du service l’intégralité de ses Dassault Aviation Mirage 2000 au profit de F-16E/F Desert Falcon présentés comme bien plus modernes. Les Émiratis les ont en quelques sortes écouté, mais sans doute pas au point où les Américains l’auraient désiré.
En effet l’état-major de l’United Arab Emirats Air Force envisage désormais le retrait du service de ses actuels Mirage 2000EAD de combat, Mirage 2000DAD de transformation opérationnelle, et Mirage 2000RAD de reconnaissance tactique. Le futur, ou hypothétique, nouvel avion de combat devrait assurer le remplacement de ces trente-huit monoréacteurs.
Et donc dans cette compétition qui traine en longueur tout se jouerait actuellement entre deux avions européens : le Rafale et le Typhoon.

La modernisation des dix-neuf Mirage 2000-9 monoplaces et des douze Mirage 2000-9D biplaces devrait permettre de porter ces avions de combat jusqu’à l’horizon 2035 environ. L’avionique sera revue et corrigée, et l’armement aussi. Les réacteurs SNECMA M53-P2 seront déposés et totalement rajeunis. Rappelons qu’en mars 2016 un Mirage 2000-9 monoplace émirati a été perdu lors d’une mission de frappe aérienne au-dessus du Yémen.
La majorité des informations relative au contrat franco-émirati est évidemment classifiée secret-défense par notre pays, au titre du secret industriel.

Alignement de Mirage 2000-9 émiratis.

Pourtant les Américains peuvent sécher leurs larmes car les Émiratis envisagent désormais de moderniser leur cinquantaine de monoplaces Lockheed-Martin F-16E Desert Falcon, mais sans préciser à quel niveau. Les négociations devraient bientôt débuter en ce sens. Là aussi sans doute dans la plus grande discrétion.

Photos © Keyublishing.

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. Pendant longtemps, il était question que pour vendre des Rafales aux Émirats arabes unis, la France reprendrait les Mirages 2000 émiratis, à charge à elle ensuite de retrouver un autre pays prêt à les acheter en seconde main …

  2. Petite erreur de grammaire : soit on classifie des dossiers, soit on les classe secret-défense. Classifier secret-défense est donc un pléonasme 😉

  3. Les 2000 monoplaces sont apte au missions air-air et air-sol, ce qui et pas vraiment le cas en France.
    Les 2000 de reconnaissance, sont tous monoplaces ?
    La aussi, en France, on a pas d’escadron de 2000, spécialisé dans la reco !

  4. Ils ont acheter 80 F16.
    Pouvez vous me dire la répartition entre les monoplaces de combat, et les biplaces d’entrainement ?
    Vous parlez de près de 50 M, ça veut dire que les 30 autres sont des B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom