Comment faire du presque nouveau avec du pas totalement vieux ? C’est un peu ce que les ingénieurs de Boeing viennent de réaliser avec le nouvel avion de combat à destination des militaires saoudiens. La Royal Saoudian Air Force vient de recevoir les premiers de ses quatre-vingt-quatre biréacteurs multirôles F-15SA commandés il y a deux ans. Ces avions sont en fait l’ultime évolution du F-15E Strike Eagle conçu à la fin de la guerre froide.

En fait à terme, c’est à dire à l’horizon 2020 ce sont 152 F-15SA que les Saoudiens mettront en œuvre. En effet il est prévu de rétrofiter à ce standard les soixante-huit F-15S reçus entre 1996 et 1998.
Des avions de combat qui ont connu le feu il y a quelques mois lors des frappes aériennes contre des positions djihadistes au Yemen.

Hormis une avionique totalement rajeunie tournant autour du tout nouveau radar AN/APG63-V3 le F-15SA peut emporter une large gamme d’armement dont la majorité des bombes à guidage laser et/ou GPS de facture américaine ou bien encore le missile anti-radar AGM-88B Harm lui aussi développé aux États-Unis.
Une capacité opérationnelle qui permettrait à l’Arabie-Saoudite de s’affranchir définitivement de l’Amérique.

Cependant il faut bien voir qu’en dehors des soixante-douze Eurofighter EF-2000 actuellement en cours de livraison la majorité des avions acquis par les Saoudiens se compose d’appareils dont la conception remonte à l’affrontement est-ouest.

Photo © Keypublishing.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. C’est tout de même intéressant de noter que les F15SA seront à un standard plus élevé que ceux de l’USAF car même si de génération 4 (ou 4.5 selon ce qu’on en pense), ces derniers seront néanmoins flambant neufs, dotés d’un radar AESA de série, et surtout du missile HARM. Ce missile offre une capacité SEAD que le Strike Eagle, même s’il a été conçu pour, ne possède pas dans la pratique, car ce sont les F16 CJ qui réalisent lesdites missions « Wild Weasel » pour l’USAF (et les F18 pour la Navy).

    Avec cette acquisition qui portera à plus de 150 leurs Strike Eagles de pointe (sans parler de la soixantaine en version C/D), les 72 Typhoons et leur quasi 80 Tornado, plus les ravitailleurs et AWACS E-3, ce sera encore pour longtemps clairement LA force aérienne arabe la plus crédible -et parfaitement autonome- du Moyen-Orient. Pour une comparaison parlante : une force supérieure numériquement, et peu ou prou égale qualitativement à la France en matière d’aviation de combat. Mais il est vrai que niveau budget, ils se donnent les moyens de leurs ambitions.

Comments are closed.