C’est toute une génération d’hélicoptères militaire qui part actuellement à la retraite à l’image de nombreux Sea King, tant construits aux États-Unis qu’au Royaume-Uni. Et la Russie ne fait pas exception avec ses Kamov Ka-27 qui commencent à sérieusement accuser leur âge. Ça tombe bien puisque depuis quelques temps maintenant leur constructeur travaille à leur remplacement par un appareil plus récent et totalement nouveau. Celui-ci s’appellera Ka-65.

En fait la succession du Ka-27 pose des problèmes à Kamov depuis maintenant une quinzaine d’années. Car elle revêt également la particularité d’inclure toutes les sous-versions de cet hélicoptères ultra polyvalents. Et visiblement le futur Ka-65 ne le sera pas lui, il ne devrait être qu’un hélicoptère de combat naval. Pas question à priori de voir apparaitre une version à vocation civile et parapublique comme le Ka-32 ou bien encore une version d’assaut comme le Ka-29. Toutes deux sont directement dérivées du Ka-27.

Un temps on a cru que le remplaçant du Ka-27 existait déjà. On imaginait qu’il s’agirait d’une version navale du Ka-60 reconnaissable à ses faux airs de Dauphin 2 français avec son rotor anti-couple façon Fenestron. Mais non il ne semble même pas que la possibilité ait été étudiée en Russie.

Mais alors c’est quoi ce Ka-65 ? Il ne devrait pas être révolutionnaire niveau esthétique. Les rares dessins connus le montrent comme très ressemblant aux Kamov Ka-25 et Ka-27 mais avec une architecture plus contemporaine. L’hélicoptériste a conservé sa formule de double rotors contrarotatifs mais en y ajoutant un train d’atterrissage rétractable et un empennage redessiné.
Selon nos différentes sources le premier vol du prototype est attendu entre fin 2020 et fin 2022, avec une entrée en service s’échelonnant de mi-2022 à fin 2025. Personne ne sait vraiment donc quand il volera.

Ceci n’est pas un photomontage, c’est bien un Ka-27 de la marine russe à bord de l’USS Nimitz !

Kamov ne table sans doute pas sur la seule marine russe pour vendre son futur hélicoptère de combat naval. Les marines ukrainiennes et vietnamiennes l’utilisent également. Bien sûr dans le premier des cas cela est assujetti à une normalisation des rapports en Kiev et Moscou. D’autant que le scénario n’oublie pas les concurrents occidentaux que sont le Leonardo AW.159 Wildcat ou encore le Sikorsky MH-60R Seahawk pour ne citer qu’eux.
Par effet de réciprocité le futur Kamov Ka-65 viendra également empiéter sur leurs plates-bandes.
C’est donc un appareil à suivre dans un avenir proche.

Photos © US Navy.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Par curiosité, de quand date la photo, et pour quelle raison un hélicoptère russe s’est-il posé sur un PA US ? Elle doit surement dater la photo car aujourd’hui…

  2. « normalisation des relations ukraino-russes » : c’est pas demain la veille, tant que la Russie n’a pas abandonné le Donbas et la Crimée. Autant dire qu’on est pas prêts de voir de nouveaux Kamov sous les couleurs ukrainiennes (et visiblement, l’armée ukrainienne ne s’en plaint pas…)

Comments are closed.