Plus de peurs que de mal à bord d’Air Force One. Ce dimanche 17 août 2020 un drone léger s’est approché à quelques mètres seulement de l’avion présidentiel des États-Unis, lors de sa phase d’atterrissage à Andrews AFB. Donald Trump se trouvait à bord de l’appareil qui a du se poser en urgence. L’enquête est chapeauté par les agents du FBI et de l’US Secret Service.

Il était 17 heures 52, heure de la côte est des États-Unis, quand Air Force One a débuté son approche d’Andrews AFB. À bord de l’avion le président des États-Unis Donald Trump revient d’un déplacement dans le New Jersey dans le cadre de sa campagne de réélection.
À 17 heures 54 alors que le Boeing C-32A était en approche finale de la piste 01/19 un drone quadricoptère, du type que l’on trouve dans le commerce, s’est approché à moins de dix mètres du biréacteur. Selon les témoins, dont un journaliste de l’Agence France Presse, l’engin était de couleur jaune et noire.

Le commandant de bord de l’avion militaire a alors été obligé de réaliser une manœuvre d’évitement avant l’atterrissage en urgence de l’avion présidentiel. Le temps que le contrôle aérien de l’US Air Force ne prévienne les équipes de sécurité au sol et le drone avait disparu. Les images de vidéosurveillance ne donnent pour l’instant rien sur l’identité du télé-pilote.

Aux États-Unis où la campagne présidentielle ne se présente pas sous les meilleurs auspices pour Donald Trump l’affaire est prise très au sérieux. Un groupe de travail a été formé afin d’élucider les origines de l’incident. Les agents fédéraux du FBI et de l’US Secret Service mènent les investigations. Ils sont secondés par des personnels de la Federal Aviation Administration et de la Federal Communications Commission. Cette dernière travaille depuis plusieurs années sur les fréquences employées par les utilisateurs de drones dans des actions illégales. Or au-delà de la menace contre le Boeing C-32A présidentiel il y a également la violation de l’espace aérien d’une base militaire américaine. Deux infractions qui à elles-seules caractérisent le déploiement d’une telle force d’intervention.

Aux États-Unis la question de la lutte contre les drones est prise très au sérieux. Gageons que ce nouvel incident ne va pas arranger les choses.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour … et encore merci pour vos articles variés et passionnants…c’est un régal de tous les jours !
    Il existe tout un tas d’outils pour contrer ce genre de menaces non?
    Et beaucoup de monde autour du président pour assurer sa sécurité dans les airs et au sol…j’imagine que cet incident va faire debat au sein des etats majors…
    Ça paraît quand même dingue qun drone a quelques centaines de dollars est reussi a « percer » une zone ultra fliquée comme celle de cet aéroport militaire…

  2. Cette nouvelle ne m’étonne absolument pas! Il ne faut pas faire de liens avec la campagne électorale pour la présidence des Etats-Unis. Malheureusement , la popularité des drones « grand public » en Amérique du nord sera la source de tels incidents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom