C’est le chef d’état-major de la force aérienne indonésienne, le général Fadjar Prasetyo, qui l’a lui-même révélé ce jeudi 18 février 2021. Un lot de trente-six avions de combat Dassault Aviation Rafale va être commandé dans le courant de l’année pour un montant non divulgué. Il faut savoir que Français et Indonésiens négocient depuis plusieurs mois autour de ce contrat. Le grand perdant dans cette histoire est l’avionneur russe Sukhoi qui rate un marché pour son biréacteur de supériorité aérienne Su-35 Flanker-E.

Contrairement aux négociations actuellement en cours avec la Croatie les pourparlers franco-indonésiens n’ont jamais concerné des avions de seconde main. C’est donc bien trente-six avions de combat Dassault Aviation Rafale tous neufs que Jakarta se prépare à acquérir. La presse locale parle désormais d’une signature du contrat à l’été, et pourquoi pas le 14 juillet à Paris en marge des célébrations de notre fête nationale. Pour l’occasion l’Indonésie serait un des invités d’honneurs.

Pour les Indonésiens le Rafale est bien plus qu’un simple avion de combat, c’est un outil diplomatique ! À l’instar de ce qui se passe avec l’Inde c’est la pression constante que la Chine fait peser sur la sécurité en Asie qui a poussé Jakarta dans les bras de Dassault Aviation. Et à leurs yeux l’avion français est un véritable démultiplicateur de force, capable aussi bien de mener des actions air-air qu’air-sol mais également contre des cibles de surface. Et pour un pays aussi insulaire que l’Indonésie cela a vraiment du sens.

La première puissance musulmane du monde n’est pourtant pas un habituel client de la France. Hormis pour les hélicoptères qu’elle fabrique sous licence depuis les années 1980 l’Indonésie n’a jamais acheté d’avions français, leur préférant des machines américaines, britanniques, ou russes. Justement les trente-six Rafale permettront de remplacer des chasseurs russes relativement récents comme les Sukhoi Su-27 Flanker et Su-30 Flanker-C qui n’ont jamais réussi à y faire leurs preuves.

Lors de cette même allocution aux médias nationaux et internationaux le général Fadjar Prasetyo a également annoncé un renforcement des liens avec les États-Unis. Nous y reviendrons d’ici quelques jours dans un autre article. Les avionneurs américains eux-aussi seront gagnant auprès de ce pays. Par contre la perte d’influence de Moscou en général et de Vladimir Poutine en particulier est criante. Sukhoi doit renoncer à vendre onze Su-30 Flanker-E aux Indonésiens. De même un programme d’acquisition d’hélicoptères d’assaut Mil Mi-171 Hip-J semble désormais aux oubliettes.

Au final donc avec ce contrat à signer dans les mois à venir la chaîne d’assemblage de Mérignac semble se pérenniser. Et ça c’est bien le plus important en matière d’emploi, bien plus que les dividendes que les actionnaires vont toucher. Bien entendu il est possible qu’un accord de sous-traitance ait été signé avec Indonesian Aerospace, l’ex-Nurtanio.
Et si 2021 était une année à Rafale ? Une chose est sûre : l’ami Gaëtan va avoir du boulot de conception en terme d’affiche. Va falloir se creuser la tête sur l’Indonésie.

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

13 COMMENTAIRES

  1. …et l’Égypte négocierait actuellement le doublement de sa flotte de Rafale soit 36 avions supplémentaires, en sachant que l’été dernier, l’Égypte négociait déjà pour des Typhoon auprès de l’Italie. Commande avorté ou remplacé finalement par cette présente commande de Rafale ? Je ne sais pas.

  2. Il me semble qu’il est question aussi de F-15EX (8 exemplaires) dans la commande Indonésienne et de C-130J.
    Avec un upgrade sur le reste de la flotte ( F16 ?).
    En tout cas, c’est la Russie qui vient de se faire éjecter.
    Les pays de la zone sentent que les prochaines années vont être chaudes dans la sous région….

    • Oui d’où le fait qu’il était question de faire un second article sur les intentions de commandes américaines, c’est clairement écrit dans l’article. Grâce à vous ce n’est plus utile. 🙂

  3. Je ne suis pas sûr que le lien soit aussi direct, mais le fait que la Chine se soir retirée du Pangongtso à la frontière indienne après la mise en œuvre de Rafales par l’Inde a fait redescendre la tension (extrême) entre les deux pays.
    Ceci a certainement été plus que scruté par les puissances voisines, et même certainement bien au delà…
    La Turquie semble également s’être un peu calmée vis à vis de la Grèce..

    Alors le Rafale, un « pacificateur » ?

    • Quand on voit que l’Inde vient cette semaine de déployer des Boeing AH-64E Guardian aux frontières avec la Chine on se dit que la tension n’est pas si redescendue que ça.

      • En effet, je ne dit pas que la situation est revenue à la normale, seulement que la tension qui était extrême est redescendue d’un cran.
        Malheureusement on dirait bien qu’il vaut mieux pour tout le monde ne pas être faible face à la Chine car ce ne sont pas des tendres.

      • La chine a effectivement retiré des blindés qu’elle avait positionné sur la frontière, ce qui est un signe de désescalade de la tension, mais je ne pense pas que ce soit due à l’arrivée du Rafale en Inde et à moyen terme je ne pense pas que la chine renonce à ses prétentions sur le territoire frontalier.
        C’est en revanche la posture agressive de la chine qui pousse effectivement bon nombre de pays de la région à se renforcer militairement et notamment à acquérir des Rafales.

  4. Salut,
    J’ai l’impression qu’après 2 – 3 années de calme, les ventes de rafales explosent. Mon sentiment est ambivalent, Je suis content pour l’industrie française et pour ce superbe appareil mais inquiet par la course à l’armement.

  5. C’est très bien pour Dassault et la balance commerciale de la France. Attention cependant a bien respecter le calendrier de livraison des Rafales destinés à l’armée de l’air. On ne doit en aucun cas décaler ces livraisons sous prétexte de livrer les clients export. On va déjà amputer l’AA de 12 avions pour la Grèce, peut être autant pour la Croatie. Donc, attention à ne pas mettre notre AA en sous capacité, vu toutes les Opex que nous effectuons. Les enfants du cordonnier ne doivent pas être les plus mal chaussés. Dassault va devoir mettre les bouchées doubles.

  6. Et même triples (DA peut produire un peu plus de 30 Rafale/an)… Lorsque les menaces sont réelles, la puissance militaire de ce joyau est hallucinante. Entre capacités d’emport et d’allonge, de disponibilité, de vols multiples au quotidien, multimissions tous temps, semi-furtivité, usage de terrains rustiques et entretien optimisé… Un système d’arme capable d’un suivi renforcé sur 40 cibles simultanément, avec une conduite de tir sur 8 d’entre-elles.
    Le pilote militaire et d’essais Peter Collins le considérait déjà bien avant le standard F3R comme le « force multiplier par excellence ».
    Entre le premier vol du démonstrateur Rafale A en 1986 et la fin de carrière du Rafale, on ne devrait pas être loin du siècle!
    Mais personne n’est obligé de me croire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom