Pour la photo de ce weekend prenons la direction du ciel de Floride à l’occasion d’un exercice mené par le Weapons System Evaluation Program. On y voit un chasseur General Dynamics F-16C Fighting Falcon appartenant au 49th Wing de l’US Air Force réalisant un tir de missile air-air. L’avion était donc loin de son nid de Holloman AFB au Nouveau-Mexique.

La munition tirée est un missile AIM-9M Sidewinder destiné aussi bien à l’autodéfense des chasseurs comme ce F-16C Fighting Falcon qu’au combat aérien à courte distance. On distingue également en voilure un AIM-120 AMRAAM. Remarquez l’empennage particulièrement coloré avec la devise de l’unité : «Tutor Et Ultor».

Photo © US Air Force.

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. Pour ceux qui voudraient savoir ce que signifie « Tutor et ultor », c’est du latin qu’on peut traduire par « Je protège et je me venge ».

  2. A propos de missile air-air, j’ose poser la question suivante: lors de la guerre Falklands ou guerre des Malouines ou Guerra de las Malvinas des British Aerospace Nimrod furent équipés de 2 paires de AIM-9L Sidewinder. dont l’autodirecteur est installé vers l’avant de l’aéronef comme pour tous les autres avions de combat. Pour des aéronefs de la dimension du Nimrod et dont la manoeuvrabilité est inférieure à des chasseurs, pourquoi ne pas avoir installé d’une paire de ceux-ci orientés vers l’arrière? Ils auraient couvert plus efficacement une attaque provenant de ce secteur? »
    P.S. Dans le film de James Bond « On ne vit que deux fois (You Only Live Twice) réalisé par en 1967, un épisode est totalement irréaliste. Bond survole la région dans un autogyre lourdement armé(!) créé par Q et qui tire 2 missiles air-air qui orientés vers l’avant qui se réorientent immédiatement vers l’arrière pour abattre « 2 méchants » hélicoptères.

    • Avec certains missiles il est possible de tirer sur une cible située à l’arrière de l’avion tireur. Mais tirer des missiles orientés vers l’arrière je pense que c’est physiquement impossible. Si l’avion tireur vole à 600 km/h donc le missile lui aussi vole a cette vitesse. Si il tire le missile vers l’arrière, il faudra dans un premier temps que le missile freine cette vitesse avant, qu’il passe par la vitesse nulle, donc qu’il ne tombe pas comme une pierre, puis qu’il reprenne de la vitesse dans l’autre sens. Sa a l’air très consommateur d’énergie, surtour quand on sait que sur les missiles courte et moyenne portée, la propulsion qui donne au missile son impulsion de départ ne dure que quelques dizaines seconde. Si c’était possible et avantageux au combat, ça équiperait depuis longtemps les avions de combats.

      • Les missiles de type FIM-92 Stinger pourraient bien remplir ce rôle. Le missile est de type sol-air à courte portée. Puisqu’il est tiré depuis le sol, sa vitesse de départ est de zéro. Le Stinger comprend un moteur-fusée à deux étages : un éjecteur pour le lancement et un moteur principal qui se met en marche à bonne distance du tireur afin de lui éviter d’être brûlé.

      • @Simon,
        L’aérodynamqie du missile ne lui permet pas de se déplacer dans l’air à reculons pendant la période où il doit passer par la vitesse nulle comme a décrit Dimitri, le missile serait incontrôlable donc danger pour l’avion porteur,, s’il allume son moteur, il s’enfoncerait littéralement dans ses propres flammes. En revanche, comme il peut supporter des grands facteurs de charge, une solution serait de faire demin tour rapidement comme…dans le film de James Bond

        • @Simon, de rien
          En revanche si c’était un obus de canon, comme il sort du tube à 1000m:/s environ càd Mach 3, donc il avance bien dans l’air en se dirigeant vers l’arrière
          Ce qu’il faudrait donc ce serait un obus guidé 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom