Même si le futur vainqueur semble malheureusement assez logique la compétition a le mérite d’exister, au moins sur le papier. En ce mois de février le gouvernement canadien a émis un RFI, c’est à dire une demande d’information, autour d’un futur avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine. Il s’agit pour l’Aviation Royale Canadienne d’envisager le futur, celui de l’après Lockheed CP-140M Aurora dont quatorze exemplaires sont actuellement encore en service. Pour d’évidentes raisons diplomatiques et politiques les avionneurs chinois et russes en sont exclus de fait !

En matière d’aviation militaire les Canadiens sont des gens passionnants. Ils ne font jamais rien comme tout le monde et même s’ils importent des machines étrangères ils apprécient que celles-ci aient auparavant été modifiés spécialement pour eux. C’est ainsi que récemment l’hélicoptère Sikorsky H-92 Superhawk a donné naissance au CH-148 Cyclone de combat naval et de sauvetages en mer ou encore l’avion de transport tactique Airbus DS C-295 a été livré au standard CC-295 Kingfisher de reconnaissance et de sauvetage à long rayon d’action.
Pour mémoire l’avion de patrouille maritime Lockheed CP-140 Aurora aujourd’hui encore en dotation résulte de la même logique. Il ne s’agit pas stricto-sensu d’un P-3 Orion mais plutôt d’un hybride entre celui-ci et l’avion de lutte anti-sous-marine S-3 Viking. Le résultat aura finalement été assez probant. Sauf que les CP-140M Aurora sont aujourd’hui à bout. Malgré une récente nouvelle phase de modernisation ces avions sont en passe de vite devenir obsolètes, notamment face aux nouvelles menaces en Arctique.

D’où l’idée du gouvernement de Justin Trudeau d’émettre ce que l’on appelle un RFI, pour Request For Information. Il concerne un programme connu comme CMMA, pour Canadian Multi-Mission Aircraft, et concerne donc un futur avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine. Comme cela est d’accoutumé au Canada l’avion devra aussi être capable de répondre aux appels d’urgence afin de porter assistance et secours aux navires en difficultés. Le vainqueur du CMMA devra donc pouvoir emporter au moins une chaîne SAR voire deux. Le RFI canadien expire au 1er avril 2022. Les différents avionneurs ont donc jusqu’à cette date, soit un peu moins de deux mois, pour avancer un avant-projet.
On en connait déjà deux.

Le premier à avoir répondu, quasiment dans l’heure, est le constructeur américain Boeing qui propose son biréacteur P-8 Poseidon. L’avion est une superstar déjà vendue à l’US Navy mais aussi au Marineflieger ou encore à la Royal Air Force. Il fait figure de grandissime favori.
Pourtant il a déjà un concurrent sous la forme du Saab Swordfish. Lui par contre n’a jamais été vendu, ou tout du moins pas encore. Or ce biréacteur a une sérieuse carte à jouer auprès de l’Aviation Royale Canadienne : il est construit à partir d’une cellule de Bombardier Global 6000, un jet d’affaire biréacteur développé et produit au Québec. C’est sa transformation en avion de patrouille maritime qui se fait en Suède à partir d’équipements européens. D’autres avions pourraient être proposés.
Bien entendu en tant que Français on pourrait souhaiter que Dassault Aviation se mette sur les rangs mais son Falcon 2000 MRA semble d’ores et déjà sous-dimensionné et la version de patrouille maritime du futur Falcon 10X n’est encore que théorique puisque cet avion d’affaire ne volera pas avant environ trois ans. Pas sûr que nos amis canadiens attendent jusque là !

Très objectivement il serait étonnant que le Canada fasse un choix autre que celui de Boeing tant le P-8 Poseidon est aujourd’hui devenu le mètre-étalon de la patrouille maritime. Une surprise pourrait arriver, mais elle semble tout de même très improbable.

Photo © Aviation Royale Canadienne.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Je suis bien d’accord avec ta conclusion, mais on en est pas à une première surprise avec le gouvernement canadien… À preuve: la disqualification récente du Super Hornet qui semblait le favori pour remplacer les Hornet de l’ARC !

  2. Les Canadiens sont à priori des gens sympas et ouverts. Sauf qu’en matière d’armement ils sont obligés de se soumettre au voisin américain. Ils achèteront l’avion de Boeing.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom