La Russie prétend avoir déployé le Sukhoi Su-57 Felon en Ukraine.

Est-ce un aveu de faiblesse suite aux échecs du Sukhoi Su-35 Flanker-E sur ce théâtre d’opérations ? Il y a quelques jours Moscou, via sa propagande d’état, déclarait que quatre chasseurs de supériorité aérienne Sukhoi Su-57 Felon avaient été envoyé pour une mission au-dessus du territoire ukrainien. Il s’agirait alors de la première mission opérationnelle de l’avion depuis son entrée en service fin janvier 2021 et surtout depuis le fiasco du déploiement syrien de février 2018. Le profil de la mission laisse cependant fortement songeur et ferait plutôt penser à une énième tentative afin de sauver l’image de cet aéronef.

Si on en croit la presse moscovite les quatre Sukhoi Su-57 Felon auraient réalisé au début de ce mois d’octobre, sans préciser la date, une série de raids aériens contre des stations radars ukrainiennes. Les chasseurs russes auraient frappé leurs cibles sans être détectés ni par les dites stations radars ni par les AWACS de l’OTAN, ce qui est le propre d’avions annoncés comme furtifs. Ils enfoncent le clou en annonçant que deux des trois cibles étaient des matériels de dernier cri fournis par les États-Unis. Enfin toujours selon ces médias les Su-57 Felon auraient employé des missiles de croisière hypersonique Kh-47M Killjoy dotés de têtes conventionnelles.

Ces affirmations russes soulèvent pas mal de questions.
En fait il y a deux hypothèses :

  • Soit la Russie dit vrai et c’est alors une très mauvaise nouvelle pour l’Ukraine et pour les Alliés. En effet cela démontrerait que globalement ils auraient été incapables de détecter l’approche des Su-57 Felon dont le degré de furtivité aurait été largement sous-estimé depuis des années.
  • Soit la Russie ment ou bien travestit très fortement la vérité afin d’essayer de ne pas totalement perdre la face à la fois suite à la bérézina de ses troupes au sol et à l’inaction de son aviation depuis plusieurs semaines maintenant.

Les faits plaident plutôt pour cette seconde option.
D’abord le niveau de furtivité du Sukhoi Su-57 Felon a toujours été sujet à débats. Les Russes l’annoncent supérieur à ce niveau aux Lockheed-Martin F-22A Raptor et F-35A Lightning II sans jamais en apporter la preuve. De toutes manières avec le recours quasi systématique aux dégradeurs de furtivité celle du dernier né des chasseurs américains est quasi impossible à connaître, hormis pour l’avionneur et/ou les forces utilisatrices. Les points de comparaisons de la Russie sont de ce fait très discutables même si on ne doute pas que les services de renseignement de Moscou font tout pour obtenir ces informations.

Ensuite depuis plusieurs semaines la présence de Beriev A-50 Mainstay essentiels à la tenue de telles missions n’a pas été signalée par les Ukrainiens, pas plus que par les Alliés. Or sans AWACS on imagine mal comment les Su-57 Felon russes auraient pu mener à bien leurs raids contre les stations radars et sites de tirs sol-air ukrainiens.

Enfin, et même s’il est annoncé par Moscou comme multi-rôle, le Sukhoi Su-57 Felon a beaucoup plus le profil d’un pur chasseur. La supériorité aérienne et l’interception sont donc bien plus ses domaines de prédilection que la lutte anti-radar. Celle-ci est théoriquement la chasse gardée des Sukhoi Su-34 Fullback de pénétration.

En fait il semble bien que cette déclaration de présence du chasseur supposé furtif russe soit un moyen de relancer le Su-57E destiné aux marchés extérieurs et que Moscou aimerait vendre à des proches. On parle notamment de l’Algérie, de l’Iran, ou encore du Venezuela comme potentiels clients de l’avion.
À voir donc désormais si des «informations» en provenance de Moscou nous viennent à nouveau à propos de cet avion en Ukraine. On remarquera tout de même que si ce déploiement venait à se révéler véridique il aurait été la preuve que la Russie a vraiment attendu avant de sortir son Su-57 Felon et de l’envoyer sur un espace aérien dont elle n’a, rappelons-le, toujours pas maîtrise.
De son côté l’OTAN n’a jamais révélé la présence de tels avions ennemis au-dessus du territoire ukrainien.

Photo © agence Tass.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

16 Responses

  1. Je pense que l’on peut partir de l’idée que lorsque Moscou prétend quelque chose, ‘il n’en est rien …

    1. Et vous êtes bien payé pour penser ça ? Le mieux est encore de rester neutre et objectif, a mon avis !

  2. A quoi bon des avions furtifs quand on a pas les pods de visées et les munitions qui permettent de se mettre à l’abri des MANPADS ? qu’ils pensent d’abord à régler ce problème avant de sortir un avion furtif avec des bombes lisses (humour)

    1. Killjoy est son nom de code pour l’OTAN, Kinjal (ou Kinzhal) est la version romanisée de son nom russe. 😉

    2. Bonjour. Je pense que Poutine se serait empressé de montrer à la télé et sous tous les angles, les résultats obtenus sur le terrain, ce qui n’est pas le cas. Je suis donc plus que dubitatif.

  3. Cela dépend où les Su-57 ont censés avoir volés car s’ils ont survolés l’est ukrainiens c’est normal que les AWACS de l’OTAN ne les aient pas détectés. Que ce soit un E3f Sentry qui vole en Pologne ou Roumanie en lisière de la frontière ukrainienne ou un Global Hawk au milieu de la mer noire, ils ne peuvent surveiller au mieux que les 2/3 du territoire ukrainien.
    Puis pourquoi survoler l’Ukraine ? Le Kh-47M2 est censé avoir une portée de 2000 km. Il peut être tiré depuis le territoire russe comme cela a été fait pour tirer des Kh-101 par des Tu-160.

    1. Je suis d’accord avec vous,en plus le kinzhal n’est pas un missile anti radar et puis il faut en finir avec le mot furtivité qui ne veut pas dire invisibilité, nous ne connaissons pas la portée des radars fixes US installés en Pologne et en Roumanie, de plus un kinzhal pour un radar c’est une méthode de riche pour moi c’est de la propagande pour couvrir leurs déboires.

      1. Vous n’y connaissez rien. Je le dis gentiment. Il est invisible aux radars par sa manœuvrabilité. Il peut changer de trajectoire et d’altitude et éviter par de fait la couverture d’un radar. Vous dites n’importe quoi.

        1. Quand vous écrivez ce genre de chose , restez calme en accusant les autres d’ignorance… Vous parlez a priori du missile, eux de l’avion et d’autre part il ne faut pas tout mélanger: Les missiles hypersoniques sont discrets grâce au plasma qui se forme autour de l’engin à ces vitesses. Leur manœuvrabilité (relative) rend difficile de prévoir leur trajectoire.

  4. Je pense que ni le F-35, ni le Su-57 n’ont à notre époque une niveau de furtivité comparable à celui des F-117 au moment de leur entrée en service. Par contre, des Su-57 peuvent très bien faire une incursion rapide pour frapper et fuir, en usant de stratagème et en exploitant des circonstances favorables, surtout si leur action est soutenue par des raids de diversion, des systèmes de brouillage, des drones-leurres.
    ***
    Les Russes auront alors beau jeu de prétendre que les Su-57 sont furtifs et les Occidentaux n »auront aucune difficulté à prétendre le contraire. Ce qui est sûr, c’est que le déploiement des Su-57 n’a pas eu d’impact significatif sur le déroulement de la guerre: chaque fois que les Russes lancent quelques-unes de leurs munitions dernier cris, les Ukrainiens dynamitent une infrastructures ou coulent une navire capital.
    ***
    Ces actions de propagande ne changent rien à la réalité de cette guerre: les troupes terrestre russes ont échoué toutes leurs tentatives de blitzkrieg, conquièrent chaque localité ukrainienne au prix de lourdes pertes, doivent régulièrement abandonner des positions, sont incapables d’empêcher les résistants et commandos ukrainiens d’effectuer des coups de main dans l’ensemble des territoires sous contrôle des Russes ou de leurs collaborateurs, Crimée incluse. Les forces aériennes, peu nombreuses, assez impuissantes face à la profusion de MANPAD, peu combattives, n’ont finalement qu’un impact mineur sur le déroulement des combats.

    1. Certes après honnêtement, mais bon le beau reste suggestif, il y a nettement plus beau dans l’aviation soviétique-russe qu’un Su-57 Felon.

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Dassault Mirage F1B

Quand il réalisa son premier vol le 23 décembre 1966 le prototype du Dassault Mirage F1 tranchait radicalement avec les autres avions éponymes. L’avionneur clodoaldien

Lire la suite...