Macron va t-il faire de la France la cliente de lancement du DHC-515 canadien ?

L’Élysée semble vouloir aller vite sur ce dossier, quitte à bousculer un peu les habitudes françaises. Lors d’une réunion avec de nombreux sapeurs-pompiers le Président de la République a annoncé son intention de remplacer à partir de 2027 les douze Bombardier CL-415 actuellement en dotation. Sans le nommer clairement l’Exécutif s’oriente clairement vers une commande de De Havilland Canada DHC-515. Il s’agirait d’acquérir quatorze avions amphibies de nouvelle génération.

Dans sa déclaration aux soldats du feu il parle d’une flotte renouvelée passant de douze avions actuellement à seize en fin de décennie. Et il s’agit bien de remplacer totalement la flotte, pas d’acquérir quatre nouveaux avions et de les faire voler aux côtés des CL-415 aujourd’hui en service. L’urgence climatique et environnementale impose une autre politique que celle de la rustine ! Le Président de la République semble vraiment l’avoir bien compris. Pour autant ce sont quatorze avions qui seront commandés par la France afin d’obtenir les seize machines annoncées. Même quelqu’un qui est nul en arithmétique sait bien que quatorze n’est pas égale à seize.

En fait c’est du pur Emmanuel Macron dans le texte. Le Chef de l’État sait pertinemment que l’Union Européenne a annoncé son intention de passer commande pour vingt-deux De Havilland Canada DHC-515 dont deux seront destinés à la France. Les deux avions «européens» seront donc les quinzièmes et seizièmes nouveaux bombardiers d’eau de la Sécurité Civile.
La décision présidentielle est avant tout politique ! Emmanuel Macron sait que son ministre de l’Intérieur, Gérald Darmannin, n’a pas été à la hauteur en ce début octobre 2022. Il a donc voulu rectifier le tir en reprenant la main. Une manière sans doute aussi de rappeler que les questions environnementales sont de plus en plus régaliennes. Or la lutte contre les feux d’espaces naturels c’est de l’écologie du quotidien, de celle que nos concitoyens et concitoyennes voient le plus.

S’il veut impérativement que les premiers DHC-515 soient livrés pour 2027 Emmanuel Macron doit absolument signer le contrat officiel avec De Havilland Canada dans les plus brefs délais. C’est à dire avec l’Union Européenne et même avant la fin du premier semestre 2023. C’est à dire vraiment très très vite.
Malheureusement il risque bien d’y avoir un vrai perdant dans cette histoire : le Roadfour Seagle belge. Aussi impressionnant et captivant que soit ce programme il va sans doute faire les frais des décisions françaises et européennes. Espérons qu’il pourra rebondir avec d’autres pays de l’arc méditerranéen.

Tout porte à croire que le Président de la République veut mener la lutte contre les feux d’espaces naturels comme il mène la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, également victime des flammes : en chef de guerre. Va t-il là encore nommer un général de sapeurs-pompiers pour diriger la manœuvre ? L’avenir nous le dira.
Une chose est donc désormais sûre : les jours des Bombardier CL-415 sont comptés.

Illustration © Keypublishing.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

14 Responses

    1. Vous aurez peut-être remarqué monsieur Nicot que nous parlons pour l’instant des solutions dédiées aux soldats du feu, pas aux aviateurs. Quand cela sera le cas nous reviendrons sur la question des avions de l’Armée de l’Air et de l’Espace.

    2. Monter un réservoir d’eau sur un avion ne suffit pas pour le transformer en un avion de lutte anti-feu
      Il faudrait que les performances en vol de l’avion correspondent à cet exercice donc il faudrait faire des tests en vol.
      N’oublions pas que l’avion doit lâcher sa cargaison d’eau d’une manière précise, càd suffisamment près du feu, exercice très dangereux car l’air change de densité quand l’avion passe de l’air frais à de l’air chaud, sans compter le vent et d’éventuels reliefs à tenir compte, ce qui suppose une certaine maniabilité

    3. le problème de ces kit actuellement c’est leur efficacité au feu. ça sert pas à grand chose d’avoir plusieurs dizaines de tonne d’eau à l’arrière pour que ça tombe en spray. un canadair transporte beaucoup moins mais ça tape fort sur le feux (comme les q400). alors très certainement au niveau marketing pour les constructeurs ça fait beau en mode « regardez on se bouge pour les feux de foret » mais en l’état c’est pas au point.

      après pour d’autre considération est-ce que ce sera toujours aux militaires de compenser les gouvernances de courtes vue pour se faire réélire à chaque quinquennat ça c’est une autre question qu’il faudra bien finir par poser à force vue qu’on les réclame tout le temps pour tout et rien…

      (désolé de mettre la politique dedans mais ça a tout à voir avec ce que je dis)

    4. Le président l’a aussi évoqué sans donner plus de précisions. Il faut dire que ce système n’en est qu’à ses débuts. Il faudra plus de tests concluants pour envisager une acquisition. Le président à aussi évoqué la location de dix hélicoptères dès cet été et l’acquisition de deux hélicoptères lourds sans donner plus de détails. Peut-être des H225 Super Puma ? Il y a deux ans l’Italie a commandé deux hélicoptères lourds Erikson Skycrane capable de larguer 10 000 litres d’eau !

      1. Malheureusement le fameux kit des A400M n’était qu’une diversion au moment où le manque de moyens devenait trop criant, ce n’est pas une vraie solution au problème de sous-équipement…

        1. S’il n’y avait que des feux de forêt d’origine accidentelle ou naturel, il n’y aurait pas de manque de moyens. Mais c’est facile d’incriminer ce problème quand des imbéciles de pyromanes allument vingt départ de feu sur une même zone. Vous pouvez avoir autant de pompiers, d’avions et de matériels que vous voudrez, il y aura toujours un manque de moyens tant que plus de feux seront allumés que ce que vous pouvez en éteindre. Le feu le plus facile à combattre est celui qui n’est pas allumé. Donc plus sévèrement punir les auteurs de feux volontaire par de lourdes peines et faire des exemples.

  1. Que va réellement apporter cette enieme modernisation d’un appareil conçu dans les années 1960 ? Plus de vitesse, plus d’emport, plus de puissance … ? Juste quelques petites retouches cosmétiques pour un avion qui sera vendu à prix d’or ! Et la date d’entrée en service ? 2027 au mieux mais très certainement bien plus tard
    Il nous faudrait un hydravion quadrimoteur comme le japonais US-2 !
    Un véritable avion de rupture adapté aux mégas feux que nous avons connus l’été dénier et qui vont devenir récurrents ! Le CL 515 est déjà dépassé avant même d’avoir quitté la planche à dessins!

    1. En effet on aurait à priori 4 avions de plus à la fin de la décennie, c’est très loin d’être suffisant !

    2. Il arrêter de croire que plus gros veut dire forcément plus efficace. Celà à aussi son lot d’inconvénient à l’emploi.
      Et puis à commencer par le coût. Le Shinmaywa US-2 culmine à plus de 150 millions d’euros quand le futur CL-515 est annoncé à 35 millions d’euros. On peut trouver ça cher, mais c’est un marché de niche avec peu ou pas de concurrence et sûrement qu’une centaine d’exemplaires qui seront assemblées au final.

  2. Le Président dans la précipitation politique oublie le volet industriel et support après vente. 16 avions au lancement d’un programme cela doit être une opportunité pour nos industriels sans parler du coût à l’heure de vol d’un bimoteur: turboprop safran , avionique Thalès, maintenance MCO Sabena technics…. ? Qu’elle compensation du Canada ? Ce n’est pas q’un carnet de chèques en cas d’urgence qui nous laisse minimum de toutes façons orphelin jusqu’en 2027 sans parler des aléas d’industrialisation et de certification pour cause de mauvaise planification ( voir la fin du Bombardier CS racheté par Airbus).. La solution d’une flotte nombreuse de monomoteur amélioré US avec 5t d’eau, beaucoup moins chère en coût total ,disposée près des sites sensibles a t elle été étudiée par les hommes de l’art sur le plan de l’efficacité opérationnelle .Tout cela respire l’impreparation macro- européenne

    1. Jusqu’à l’expression « impréparation macro-européenne » votre commentaire était presque crédible madame ou monsieur Mikeul. Là finalement vous tombez dans la politique politicienne, niveau gilet jaune. Sans doute êtes-vous plus doué que les conseillers et experts aéronautiques de l’Élysée et de la Sécurité Civile, enfin sans doute…

      1. J’accepte le commentaire sur la forme : le terme est effectivement un peu fort mais de mon point de vue une telle décision de lancer un programme INDUSTRIEL ETRANGER justifierait un minimum d’explications de l’OPERATIONNEL la Securité Civile ( les experts aero de l’Elysée je n’en t iens effectivement pas compte au vue de mon expérience professionnelle ) en exposant les différentes options sous l’angle EFFICACITE OPERATIONNELLE ( ex : simulations sur des scénarios basés sur les tristes évènements de cet été )/ COUT TOTAL SUR LA VIE DE L’AVION / EMPLOI EN FRANCE . Monsieur mikeul sans gilet jaune

        1. À l’avenir si vous ne voulez pas monsieur voir vos commentaires modérés sans hésitation merci d’éviter les majuscules à outrances. Vous n’êtes pas sur forum, inutile donc de « hurler ». Ensuite votre « expérience professionnelle » est peut-être supérieure à celle des spécialisés élyséens ou peut-être pas, vous n’en savez strictement rien et nous non plus. Donc merci de rester correct et d’éviter une fois encore cette prose politique politicienne de bas niveau.
          Premier et dernier avertissement.

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié