La preuve que l’effort de modernisation de la Polemikí Aeroporia ne passe pas uniquement par les avions de combat Dassault Aviation Rafale F3-R et Lockheed-Martin F-35A Lightning II. La flotte d’avions bombardiers d’eau doit elle aussi y passer et c’est de plus en plus le nom du tout nouveau De Havilland Canada DHC-515 Firefighter qui revient. Il faut dire que les dix Canadair CL-215 encore en service en Grèce sont hors d’âge et nécessitent désormais des centaines d’heures de maintenance afin de demeurer opérationnels. Le récent déploiement en France de deux CL-415 grecs a renforcé la volonté de modernisation de la part d’Athènes.

La volonté de l’industrie aéronautique canadienne de proposer un nouvel avion amphibie de lutte contre les incendies est largement louable. Ce pays possède une connaissance du domaine qui n’a pas son pareil dans le monde. Pourtant on peut vraiment se demander si elle n’arrive pas un peu tard ; juste de deux ou trois années. Il est en effet désormais avéré que les premiers DHC-515 Firefighter n’arriveront pas en dotation avant trois à quatre ans. Or l’Europe, et en particulier l’arc méditerranéen, connaissent désormais de plus en plus d’incendies que l’on appelle des «mégafeux». L’exemple le mois dernier de la Gironde ou encore du Portugal en attestent parfaitement.
Ces feux de très grande ampleur étaient jusque là l’apanage de la Californie et du Queensland. Donc pas vraiment de nos latitudes.

Un pays est particulièrement inquiet actuellement en raison d’une partie de sa flotte d’avions bombardiers d’eau : la Grèce. Là-bas ils n’appartiennent pas à une administration d’état comme c’est le cas en Croatie, en France, ou encore en Italie mais à la force aérienne à l’image de ce qui existe en Espagne. Et les craintes tournent autour des dix Canadair CL-215 encore en état de vol dont les structures fatiguent énormément. Il faut dire que certains de ces avions servent depuis la fin des années 1970.
Sur le papier la Polemikí Aeroporia aligne onze de ces avions amphibies. Huit sont les machines d’origine et trois ont été rachetées de seconde main en 1995 auprès de la Serbie. Elles avaient été acquises au départ par l’administration yougoslave. Un des CL-215 ex yougoslave ne vole cependant pas et est utilisé comme stock de pièces détachées. C’est ce qu’on appelle la cannibalisation. Il faut dire qu’en dehors de cette option les pièces de CL-215 sont de plus en plus difficiles à trouver et valent désormais très chères.

Increvable le CL-215 ? Pas si sûr que ça…

C’est pourquoi de plus en plus la Grèce fait savoir qu’elle souhaiterait ardemment être livrée en première en DHC-515 Firefighter. L’avionneur De Havilland Canada a récemment révélé que vingt-deux exemplaires avaient été commandés par plusieurs pays de l’Union Européenne. Il ne fait aucun doute que la Grèce en fait partie.
En 2021 pour une heure de vol de CL-215 grec il fallait compter vingt-trois heures d’atelier de maintenance. Autant dire que les avions en passaient du temps entre les mains expertes des mécanos qui les maintiennent en vol. Ils en passent d’ailleurs toujours autant en 2022 où la saison est loin d’être terminée. Les CL-215 grecs ne sont jamais déployés à l’étranger, principalement pour des raisons de sécurité.

Photos © ministère grec de la défense.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. Sur les 22 exemplaires de DHC-515 commandés par les pays de l’UE, 2 exemplaires sont destinés à la France.

    Le CL-215 est l’un des rares derniers avions à encore utiliser aujourd’hui de manière opérationnel l’excellent moteur Pratt & Whitney R-2800 double wasp. Un moteur à piston datant de la seconde guerre mondiale et dont la conception remonte aux années 30.

    Sinon il y a une autre alternative moins onéreuse mais cela reste des avions d’occasion qui ont du vécu, le CL-415 EAF, qui est en réalité un CL-215 mais largement modernisé avec des éléments de CL-415. Le Maroc a fait l’acquisition de 3 exemplaires l’année dernière.

  2. Des essais, parait-il concluants, ont été effectués pour transformer des A400M en avion pompier.. Même s’ils ne peuvent pas écoper et difficilement intervenir (si ce n’est pas du tout) dans les vallées encaissées des Maures et Esterel, ils auraient probablement toute leurs places pour des feux comme dans les Landes. Car d’ici que les CL-515 européens deviennent tous opérationnels…

    • Quel rapport jyv58 entre les massifs des Maures et de l’Esterel et la Grèce ? Non car là le sujet c’est bien le CL-215 dans ce pays européen, pas la France.

  3. Chers tous, le successeur du vénérable et légendaire Canadair (215/415) porte le nom de SEAGLE. Nouveau programme européen d’avion amphibie ayant une capacité d’emport double de son prédécesseur. Nous sommes à votre écoute pour partager autour de ce programme qui nous passionne. Bien à vous.

  4. Bonjour.
    La Grèce n’a pas le choix. Pour attachants, voire légendaires, que sont les CL215, leur place est au musée (où ils ont bien mérité d’être, pour tous les services rendus). Ils doivent être remplacés, et une des propositions les plus pertinentes techniquement et d’un point de vue opérationnel est bien le « petit-fils » CL515. La solution d’une commande groupée de plusieurs pays européens me semble logique et ce à plus d’un titre. Il serait même possible d’envisager un pool européen, qui permettrait aussi aux pays à l’heure actuelle non concernés par les deux de forêt de se préparer à y faire face en formant du personnel à l’utilisation de cette technique. Je pensais notamment à nos amis belges. Un article très intéressant de la Libre Belgique évoquait il y a peu une préoccupation croissante liée à la non préparation du pays à la lutte contre les feux de forêt…
    Bien cordialement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom