Face aux menaces de la Chine et de la Russie le Japon explose son score d’interceptions.

Plus que jamais l’archipel nippon se trouve sous la pressions des forces aériennes et navales de la Chine et de la fédération de Russie. Au cours des six derniers mois la Kōkū Jieitai a quasiment atteint le niveau de décollages en alerte de l’année 2022. Des missions qui dans 96% des cas se soldent par l’identification voire l’interception d’aéronefs adverses par les pilotes des Mitsubishi F-15J/DJ Eagle, principal avion de défense aérienne de ce pays. À Tokyo les autorités craignent désormais le pire pour les six mois à venir.

La coutume veut qu’on puisse faire dire ce que l’on veut aux chiffres. N’empêche que là il y a un fait avéré, froid, mathématique. Au cours de l’année fiscale japonaise 2022 (du 1er avril 2022 au 30 mars 2023 inclus) les décollages de la chasse japonaise en Scramble Alpha se sont élevés au niveau de 446. À chaque fois les Mitsubishi F-15J/DJ Eagle ou bien, moins fréquemment les Mitsubishi F-2A Viper Zero voire les Lockheed-Martin F-35A Lightning II se sont retrouvés nez à nez avec des avions frappés des marquages de nationalité de la Chine ou de la Russie. Dans de très rares cas les aéronefs en question portaient les signes distinctifs de la Corée du Nord. C’est un chiffre d’identification bien plus élevé que tout ce que l’on connait en Europe, y compris au sein des missions de l’OTAN en Baltique ou en Mer Noire.

Et la situation ne va pas dans le sens de l’apaisement. En effet la Kōkū Jieitai a annoncé qu’entre le 1er avril et le 30 septembre 2023, c’est à dire le premier semestre de son année fiscale 2023 les décollages dans les mêmes conditions ont atteint le chiffre de 426 ! Vingt de moins que sur toute l’année précédente. C’est historique. Plus que jamais la défense aérienne japonaise est sur la brèche. Et plus que jamais surtout ce sont les avions chinois autour de la partie sud de l’archipel qui menacent l’intégrité et la souveraineté du Japon. Les incursions russes aux abords des îles du nord «ne représentent qu’à peine» un quart des missions d’alerte. Plus que jamais le nom anglais de Japan Air Self-Defense Force est parfaitement porté par la Kōkū Jieitai.

Dans le cas des avions chinois les autorités japonaises savent qu’il s’agit majoritairement de débordements liés à l’activité autour de l’île de Formose. Taïwan qu’elle accueille demeure la cible numéro 1 des forces de Pékin. Ces dernières ne faisant que peu de cas de la souveraineté nippone n’hésitent pas à envoyer leurs avions de reconnaissance dans l’ADIZ voire dans l’espace aérien du Japon. En ce qui concerne les appareils russes la situation est plus complexe. Moscou tente toujours d’exister militairement en Asie Pacifique malgré la profonde détérioration de sa flotte navale dans la région et l’omniprésence américaine. En fait auprès du Japon ses pilotes réalisent le même genre de provocations qu’ils mènent avec les forces atlantistes en Europe. Les très rares cas d’interceptions d’avions militaires nord-coréens concernent là encore une forme de débordement liés cette fois à des problèmes de contrôle aérien entre les deux pays. Au moins à ce tout petit niveau là les choses s’arrangent entre Tokyo et Pyongyang.

Les trois modèles d’avions chinois les plus souvent identifiés voire interceptés par la chasse japonaise sont, dans l’ordre alphabétique, les Shaanxi KJ-500, les Shenyang J-11/J-16, et les Xian H-6. Ce dernier modèle étant utilisé à peu près à «toutes les sauces» par la Chine. Côté russe les mêmes trois modèles les plus représentés sont l’Ilyushin Il-20 Coot-A, le Mikoyan MiG-31 Foxhound, et le Sukhoi Su-27P Flanker-B. Le MiG-31 demeure le seul avion de l’arsenal russe qui pourrait poser quelques réels soucis au pilotes japonais s’ils ne connaissaient pas par cœur les limites de ce gros chasseur de supériorité aérienne.

Décollage PC allumée pour ce F-15J Eagle japonais.

Plus que jamais les pilotes japonais figurent parmi les plus aguerris aux décollages en Scramble Alpha. Il faut dire qu’avoir à la fois la Chine et la Russie comme voisins immédiats ne doit pas être de tout repos. Le second semestre de l’année fiscale japonaise 2023 s’annonce d’ores et déjà costaud !

Photos © US Department of Defense.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

9 Responses

  1. Un petit AMRAAM décoché « par accident » contre un MiG 31 ou contre un J-16 et je suis sur que le Japon se ferait moins embêter par ses voisins.

  2. Je me souvient d’une phrase d’un stratège Nord-Coréen qui disait il y a quelques années le Japon n’est qu’un vulgaire cafard qui sera bientôt écrasé. Et j’attend de voir avec impatience dans pas longtemps quand la Chine interviendra pour récupéré leurs île chinoise Taïwan cela va être marrant au niveau de la tension avec les autres pays dans la region inféoder aux étasuniens et aux européistes.

    1. Entre ce commentaire et celui sur l’article du H160 des douanes je ne sais pas lequel est les plus bête. Vous arrivez à faire un concours avec vous même Kevin. C’est pathétique.

    2. Rien qu’avec « un stratège nord-coréen » tu met des étoiles dans ma journée Kevin. J’aimerais t’inviter à un diner un de ces soirs chez des amis, tu exposeras ta vision du monde je suis sûr de gagner des points avec toi. Dis moi tu n’as jamais construit des monuments genre Tour Eiffel en allumettes ou en batonnets d’esquimaux ?

  3. Et bien, le japon n’a pas à débourser des sommes faramineuses pour que des sociétés militaires privées genre Drakken International ou ATAC viennent faire les plastrons dans les cieux japonais. C’est toujours ça de gagné…

  4. Tous ces décollages et interceptions constituent sûrement de bons exercices pour la JASDF mais cela consomme aussi beaucoup de potentiel, notamment pour les F15. A ce rythme ils vieillissent plus vite que prévu. Mais c’est aussi peut-être un des objectifs recherchés par ce joli trio.

  5. Je pense qu’il est faux de dire que les F16 japonais vieillissent rapidement, en tout cas moins que les aéronefs russes et chinois qui décollent de bases relativement éloignées de l’archipel japonais et volent donc bien plus longtemps que les chasseurs japonais. De plus les avions russes ne sont pas réputés pour leur fiabilité, pour les chasseurs chinois c’est la bouteille à l’encre. Tout ce que l’on sait c’est qu’ils sont issus de la rétro-ingénérie chinoise et qu’ils sont équipés de réacteurs datant de l’ère soviétique. En réalité le PCC doit tenir en bride 1,5 milliard d’habitants et est dans l’obligation de gesticuler militairement pour faire croire qu’il existe sur la scène internationale. Et je doute que les 90 millions d’adhérents du PCC risquent la perte de leurs privilèges et avantages dans des conflits aventureux, ils ne sont pas idiots comme un certain Poutine et autres oligarques

  6. Ce coup là c’est bien 24 heures sans rien publier Arnaud ? Tu pleurs à chaudes larmes que personne n’aiment les mensonges de tes articles ? Guignol on a gagné tu n’écris plus rien.

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Dassault Mirage F1B

Quand il réalisa son premier vol le 23 décembre 1966 le prototype du Dassault Mirage F1 tranchait radicalement avec les autres avions éponymes. L’avionneur clodoaldien

Lire la suite...