Pour ce nouveau késako intéressons-nous à un concept assez récent, puisque né au milieu des années 1980 : les livrées à basse visibilité. Elles sont nées d’une réflexion apparue aux États-Unis à la même époque que les premiers travaux sur la furtivité. Puisque la majorité des avions n’avait pas la possibilité d’être rendue invisible aux radars ennemis au moins fallait-il les rendre plus discret… à l’œil nu. Et cela est devenue une doctrine en vigueur dans l’ensemble des américaines mais pas uniquement.

Vought A-7E Corsair II porteur en 1975 d’une belle livrée à haute visibilité.

Mais au fait comment caractérise t-on une livrée à basse visibilité ? C’est simple il s’agit de faire disparaitre au maximum les couleurs trop voyantes, pour ne conserver que des nuances de blanc, de noir, et surtout de gris. Même les cocardes perdent souvent ainsi leurs signes distinctifs, mais également les logos et insignes d’unités. Parmi les premiers aéronefs sur lesquels ces changements furent les plus visibles on retrouve nombre d’appareils de l’US Navy comme le Grumman A-6 Intruder, le Lockheed S-3 Viking, ou encore le Sikorsky SH-3 Sea King.
En gros les avions et hélicoptères ont fait le chemin inverse de la télévision et du cinéma : ils sont passés de la couleur au noir et blanc !

Aujourd’hui on retrouve des livrées à basse visibilité chez la majorité des clients de certains avions de facture américaine comme par exemple le Boeing F/A-18E/F Super Hornet ou bien encore le Lockheed-Martin F-35 Lightning II. En France nous ne sommes pas en reste puisque nos Dassault Aviation Rafale B/C opérant dans l’Armée de l’Air sont revêtus d’une forme de telle livrée.

Un Grumman F-14 Tomcat sous livrée à basse visibilité c’est forcément moins sexy.

Exceptionnellement des avions et hélicoptères adoptent désormais des livrées à haute visibilité, mais il s’agit bien souvent lors d’évènement particuliers ou pour des durées très courtes. Même les ex-pays soviétiques longtemps épargnés par cette mode passent désormais aux livrées à basse visibilité. Et ce n’est vraiment pas pour faire plaisir aux passionnés d’aviation ou encore aux maquettistes.

Publicité

Autres parties du dossier

Explorez l'ensemble du contenu du dossier...



Autres dossiers à consulter