Le F-35C est incapable d’apponter, c’est dommage pour une version embarquée...

[Navy] Le F-35C est incapable d’apponter, c’est dommage pour une version embarquée !

Un défaut de conception empêcherait le F-35 Lightning II d’apponter sur un porte-avions. C’est ce que l’on peut lire dans un document interne au Pentagone, intitulé « DOD F-35 Concurrency Quick Look Review », daté du 29 novembre 2011.

Le F-35C, variante navale du F-35 ou Joint Strike Fighter (JSF), est le futur avion de combat de cinquième génération destiné à l’US Navy. Cette version embarquée a donc une faille cruciale, qui la rend incapable de se poser sur les porte-avions américains… Embêtant, non ?

En effet, sur les huit tests entrepris au NAS de Lakehurst en août 2011 pour vérifier si le F-35C pourrait attraper un des brins d’arrêt avec la crosse, tous ont échoué. Dans le cas du F-35C, cette technologie veille de plusieurs décennies ne fonctionne pas. Le crochet est situé trop près de l’atterrisseur principal, donc les ressorts relevant le câble d’arrêt n’ont pas assez de temps pour le soulever après que les roues soient passées dessus. Un problème de conception grave… et prévisible ! Le F-35C a en effet la plus courte distance entre la crosse et son train parmi la douzaine d’avions anciens et actuels déployés par l’US Navy, ce qui est donc une aberration.

La faille semble être inhérente à la conception de l’engin. Malheureusement, les ingénieurs ne peuvent tout simplement pas déménager la crosse sans une refonte majeure de la construction. Tout ceci est donc susceptible d’être vraiment très coûteux, sachant que les surcouts liés à la conception sont déjà nombreux. On est bien loin des déclarations de Lockheed Martin en 2007 qui indiquait que toutes les variantes du F-35 étaient « prêtes pour la production ».

En octobre 2010, la Royal Navy avait décidé de changer sa commande de F-35B en F-35C, pour la simple raison que la version ADAV, pour l’US Marine Corps également, risquait de ne pas être produite. Voilà nos amis anglais bien mal barrés ! Déjà que leur aéronavale n’existe plus en réalité en ce moment, du fait d’avoir mis au placard ces Harriers et vendu leur dernier porte-aéronef. Pour rappel actuellement, les pilotes de la Royal Navy vont s’entrainer dans les prochains mois sur des Rafales et sur le Charles de Gaule.

Dans ces conditions, Dassault ne devrait-il pas faire une offre sérieuse pour un Rafale britannique ? Je conçois que cela pourrait être choquant pour les anglais, mais en même temps, Londres risque d’avoir de magnifiques porte-avions tout neufs, mais totalement vides et pas opérationnels dans le futur.

D’autres problèmes majeurs du F-35 sont listés dans cette note :

  • une latence élevée de l’écran de casque (par terrible en combat aérien),
  • des risques d’incendie du système de largage de carburant (vaut-il mieux prendre feu ou aller se crasher ?)
  • la faible fiabilité de l’unité « Integrated Power Package » (en fait je ne sais pas à quoi ce sert).

Après des retards constants et des coûts qui montent en flèche, le programme F-35 devient un vrai gouffre financier. Le coût total de développement du F-35 a dépassé les 40 milliards de dollars et devraient atteindre certainement les 56 milliards de $ en 2016, date de livraison des premiers appareils de série. L’ancien secrétaire à la Défense, Robert Gates, a exprimé sa frustration et aurait même évoqué la possibilité de l’annulation du programme.

Le coût moyen du F-35 a atteint les 156 millions de dollars pièce et la facture pour les 2443 avions normalement prévus aux Etats-Unis devrait atteindre les 382 milliards de dollars. Les Etats-Unis sont le principal client et bailleur de fonds du programme, mais d’autres pays sont dans la galère : Royaume-Uni, Italie, Pays-Bas, Canada, Turquie, Australie, Norvège et Danemark. Ils ont contribué pour plus de 4 milliards aux coûts de développement du programme.

Une production totale d’environ 3200 appareils est prévue pour le programme F-35. Pour rappel, le F-35 est construit en trois différentes versions pour convenir à diverses missions de combat: le F-35A, un avion de combat à décollage et atterrissage conventionnel (CTOL) destiné à l’USAF et aux autres forces aériennes, le F-35B, version à décollage court et atterrissage vertical et le F-35C, version embarquée, agrandie et renforcée.

Un quatrième modèle, le F-35I, est une version d’exportation pour Israël, avec des équipements autochtones installés. Ainsi, les Etats-Unis auraient autorisé les Israéliens à installer leurs propres systèmes de guerre électronique et d’armement dans leurs F-35.

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

26 COMMENTAIRES

  1. C’est l’Arlésienne, ce F-35 ! Si ça continue, il sera obsolète dès sa mise en service opérationnel ! 😆
    Blagues à part, je suis tout à fait d’accord avec la personne qui a écrit l’article : le programme
    F-35 pourrait bien cesser d’ici peu de temps, faisant la fortune des avionneurs Européens. D’autant que dans les chasseurs européens de dernière génération, le Rafale est le seul à pouvoir apponter, je crois…

  2. LE RAFALE, LE RAFALE, LE RAFALE … LE RAFALE, LE RAFALE, LE RAFALE !!! (sur le ton des supporters de foot) 😆 😆 😆
    C’est pas beau de rire du malheur des autres mais ils ont tellement dénigré le rafale et saoulé avec leur F-35 que cela devient risible même avec les lèvres gersées !!!
    C’est vrai que maintenant les options pour un chasseur embarqué ne sont pas légion actuellement pour acquérir un avion récent. Qui a fait ses preuves évidement pas genre Grippen !
    Sinon la navy peut modifié et modernisé ces vieux Tomcat, ahhh le rêve !!!
    Enfin en tant de crise, ça doit leur chatouillet les neurones aux vus des sommes déjà dépensées tant côté américain que leur « collègues » !!!

  3. Effectivement ne pas 😆 😆 😆 , mais si……….il faut parfois. Et si Dassault proposais des Rafales en Prêt-bail, le temps qu’ils reglent leurs problèmes techniques? Ce serai pas la première fois que « les grenouilles » vendent du matos aux Ricains. Ah, si les Ricains n’étaient pas là……..
    En attendant, ils vont le faire voler sur Batllefield 😉

  4. Que dire 🙂 😀

    Si ce n’est que quand on voit que le F22 dont la production vient d’être arrêté n’est pas encore fiable à 100% (problème d’oxygène pour les pilotes etc…) on n’imagine bien la scène dans une dizaine d’année de voir les 1000 F35 sortis cloués au sol indéfiniment pour le même genre de problème…

    Sinon j’ai aussi lu dans un autre article de presse spécialisé aviation dont j’essaierai de retrouver trace que les pilotes ont interdiction de voler à plus de mach1 pendant plus de 2 minutes sinon le revêtement antiradar se détériore. De même il y aurait un problème de surchauffe sur les composants dans le cockpit si cette vitesse est maintenue…

    Allez je rêve de voir un rafale avec l’empennage arrière peint en noir avec l’insigne de la tête de mort et des os croisé de la VF84 qu’on avait le plaisir de voir sur Tomcat il n’y a pas si longtemps 🙂

  5. Lors d’un appontage, le train avant et principal passe sur les cables situés à environ 10 cm du pont en les écrasants sur le pont. Il est donc nécessaire que ceux-ci se retendent avant que la crosse arrive à leur niveau pour les accrocher.

    Or, il semblerait que la crosse du F 35C n’arrive pas à attraper les câbles. Donc on peut penser que cela soit lié à la distance entre le train principal et la crosse.

    La distance entre le train d’atterrissage principal et la crosse d’appontage est la suivante pour les avions américains

    * Grumman C-2 Greyhound : 30,2 pieds,
    * Grumman E-2C Hawkeye : 28,9 pieds,
    * Grumman EA-6B Prowler : 30,2 pieds,
    * McDonnell Douglas F/A-18C/D Hornet : 18,9 pieds,
    * McDonnell Douglas F/A-18E/F Hornet : 18,2 pieds,
    * Grumman F-14D Tomcat : 22 pieds,
    * Lockheed Martin F-35C Lightning II : 7,1 pieds (2 m 16),
    * Lockheed S-3 Viking : 23,8 pieds,
    * North American T-2C Buckeye : 15,7 pieds,
    * T-45 Goshawk : 14,6 pieds

    Il apparait effectivement que la distance pour le F 35C est particulièrement réduite par rapport à ces prédécesseurs, d’où le problème.

  6. Je voudrais savoir si notre cher webmaster l’a fait exprès mais il a lancé 2 sondages où le F-35 apparait et je dois avouer que j’ai vote à chaque fois pour lui.
    Il va faire parler de lui cette année c’est sur et bien plus que l’A400M (dû à ses problèmes diverses et varié.)
    Et devoir s’equiper d’un avion moderne ? Le F-35 serait le plus approprié quand il aura réglé ses problèmes. 😆 😆 😆
    Mais bon là, c’est mon côté pro-américain qui refait surface. 🙂
    HEUREUSEMENT QUE LA FRANCE A LE RAFALE !!!!
    Bon week à tous.

    • Oui c’est vrai, mais c’est pas le seul…
      Je suis désolé mais ce F-35 on pourrait déjà éditer un gros livre remplie d’histoires croustillantes
      Ça ressemble plus à une comédie dramatique !

  7. Le F35 est bien parti pour rester un avion mythique… pour être le seul a rester au sol. 😀
    Maintenant je ne pense pas que les anglais vont prendre le rafale pour remplacer le F35. Ils sont trop impliqués dans le programme pour ça. Et même si le programme est abandonné, ils n’accepteront jamais un avion français… Je les vois plutôt se diriger vers un F18.

  8. Euh, sachant qu’il existe une version VTOL je ne vois pas le problème, la British Navy n’avait ( si cest pas déja fait ) qu’a commander des B : http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=117350 , qui se pose sans problèmes.

    Je ne vois pas même l’intérêt de lui coller une crosse d’une manière générale, c’est totalement idiot, et va a l’encontre même de sa fonction et du but du projet F-35. ou alors les pilotes de la Navy ne sont pas foutu de se poser verticalement comme leurs confreres British et la ça devient grave.. m’enfin bon, je dit ça je dit rien…. Si cette version C est destiné a la Navy, a part continué a faire fonctionner leur système de brins, et faire les kékés sur le 3ème brin, quel intérêt ? De toute façon maintenant il vont bien etre obliger de trouver un moyens…

    Je veux bien que vous n’aimez pas les ricains, mais ce n’est pas une raison pour dire que le F35 est incapable d’apponter, c’est faux.

  9. @Romain :

    Cela manque un peu de vision globale et d’historique…

    1 – Ce que tu oublies, c’est qu’il y a plusieurs mois, la version F-35B initialement commandée par la Royal Navy avait été mis en suspend pour les budget 2012 et suivant… C’est seulement hier que Panetta vient de dire que la version VTOL est remise sur les rails, mais doucement et avec un retard conséquent…

    2 – Du coup les anglais avaient alors changé leur commande de B en C et même du repenser leurs 2 futurs porte-avions pour y intégrer des catapultes ! Sans de nombreux grincements de dents.

    3 – Le F-35B doivent remplacer les Harrier (chez les anglais, comme chez les américains) non pas sur des porte-avions mais sur des portes aéronefs, comme les LHD de la classe Wasp aux USA. Ce n’est pas du tout pareil. D’ailleurs comme dans la vidéo que tu montres, il s’agit de l’US Marines Corps et pas de l’US Navy.

    4 – L’US Navy a besoin elle de la version C, qui est bien différente car disposant d’une envergure plus grande, d’un emport plus conséquent et d’une allonge qui lui permet de parcourir de longues missions au dessus des océans (le F-35B est plutôt un avion d’attaque)

    5 – Passez tous les équipages (ou presque) sur des ADAV demanderait de revoir l’ensemble de l’organisation de l’US Navy : de la formation des pilotes, en passant par l’organisation tactique et stratégique ou encore la construction même des porte-avions (qui n’en seraient plus vraiment d’ailleurs). Au passage la version F-35B fait fondre les ponts d’envols non adaptés.

    Enfin concernant le Rafale, je souligne juste que pour le moment les seuls équipages de la Royal Navy volent sur Rafale… Et que leur futur appareil est loin d’être opérationnel… Donc faut-il attendre longtemps, tout arrêter (plus d’aéronavale) ou bien voir chez les voisins ? C’est tout !

  10. J’ai lu les commentaires sur le blog anglais, je crois que globalement cela leur ferai tellement mal au c….., que jamais ils n’achèteront du matériel français. Ah ces Anglais….nos pires ennemis au travers des siècles 😛

  11. Ça c’est sur, à en lire les réactions, il préfère « flinguer » l’aéronavale que de choisir des Rafales…
    En plus, il s’agit de la Royal Navy donc les contentieux sont très lointain, bien avant Trafalgar !

  12. C’est tout le paradoxe, on avait pas un projet de porte-avion commun avec eux ? Et même si je les portent pas dans mon coeur, on leur doit quand même une part de notre liberté.
    Et quand ils trouvent leur intérêt, ils sont capable de collaborer dans des beaux projets: Lynx, Concorde, Tornado, Tunnel sous la manche, …..
    Aller, on va bien finir par le caser notre oiseau 😉

  13. Tonton tu as oublié surtout la Pac (politique agricole commune) négocie par la dame de Fer ! Et bien négocié !!!
    En ce qui concerne le problème F-35, si ils voient que trop d’argent part pour rien, les anglais n’auront aucun mal à arrêter leur collaboration. (cf qq projet franco-britannique et americano-britannique).
    Pour les porte-avions, on en reparlera après le coût final des JO.
    Enfin pour le rafale, soyons clair que cela sera leur meilleure option mais oui, ils ne la choisiront pas. (avions déjà au point et pilotes déjà formés par contre oeillères toujours en place quand il s’agit du matos français)

  14. Et oui, a part leur humour je ne vois pas autre chose……

    Il y a qu’un De Gaulle pour tenir tête aux Rosbeef 🙄

    Et effectivement, ils n’acheteront pas, au non jamais, du matos Français, sinon je promet de faire le pélerinage de St Jack sur les genoux. 😆 😆 😆

  15. plutot une bonne nouvelle pour Dassault.

    Perso ,j’irai jusqu’ à prposer le Rafale M (ou meme le N biplace et mort né) ou les 2 à l’US Navy.
    avec equipement US et construction chez …Grumman par exemple ….

    …..F25 Hellcat II ..je la trouverai assez savoureuse.

    amicalement

  16. Bien sûr, le matos, toujours le matos et pourtant la guerre a changé, les alliances et les stratégies ainsi que l’expérience sont déterminant et pèsent peût-être plus que d’avoir le plus beau *jouet* 😯 ❓

  17. Attribuer l’incapacité à apponter à l’écart (trop faible) entre le train principal (arrière – et non avant comme écrit par erreur Gonfleur d’hélice, dans son post du 19 janvier 2012 à 10 h 26) paraît surprenant. Car, en règle générale, les roues ne touchent pas le pont avant que la crosse n’ait accroché l’un des (quatre) « freins » d’appontage. Si ce n’est pas le cas, et compte tenu de la vitesse (et de la poussée maximale à cet instant du ou des réacteurs), l’avion rebondit immédiatement et le pilote en est quitte pour une nouvelle présentation.
    D’ailleurs la crosse est (de beaucoup) l’appendice le plus bas de l’avion lors de l’approche (cabrée) (voir l’image : http://www.ffaa.net/aircraft/rafale/images/rafale-0001.jpg)

    Pour compléter l’édifiant tableau comparatif proposé par Gonfleur d’hélice, on peut citer les écarts respectifs du F-8 Crusader (3,50 m), du Dassault Etendard (2,80 m) et surtout du Dassault Rafale M (2,30 m – très voisin donc de celui du F-35C). Aucun de ces appareils n’a pâti d’un si faible écart, me semble-t-il.

  18. un vrai gachis et unr enorme perte d argent enfin de compte une vrai merde excuser le mot inccapable d apponter sibole vous appeler ca un avion embarquer ou parker sur porte avion

Laisser un commentaire