Acteurs discrets des missions de service public des forces françaises en Polynésie, la Flottille 35F et ses deux hélicoptères Eurocopter AS-365N3+ Dauphin 2 sont de toutes les alertes dans cet immense territoire maritime français sis dans l’océan Pacifique. En cette fin d’année 2016 les personnels de l’unité ont acquis une nouvelle spécialisation, presque incongrue pour des marins : la lutte contre les incendies de forêts. Pour cela les équipages ont dû s’entrainer au maniement du Bambi bucket, ce récipient souple d’une capacité de 700 litres permettant la collecte et le largage d’eau au plus près du feu.

dauphin-2-flottille-35f_mnPour cela les équipages des Dauphin N3+ numéros 6872 et 6928 ont été obligé de revoir leurs procédures de survols à basse altitude au-dessus de zones forestières. C’est aussi une petite révolution institutionnelle en France. En effet si les sapeurs-pompiers métropolitains et ultramarins sont formés pour travailler main dans la main avec les équipages de la Sécurité Civile et de l’Armée de Terre, il en est tout autrement de ceux de la Marine Nationale.

Il faut dire qu’on est là bien loin du sauvetage en mer, de la lutte anti-sous-marine, et de la guerre contre le terrorisme maritime, les trois missions principales des équipages d’hélicoptères de l’aéronavale tricolore.
Cette mission d’hélicoptère bombardier d’eau (ou HBE dans le langage des soldats du feu) est placée par l’état-major parisien directement sous l’autorité du Haut-Commissariat de la République Française, le représentant officiel de l’état.

C’est principalement entre avril et novembre que cette mission pourra être activée, autant pour des feux de forêts que de broussaille. Le fait que la validation de cette nouvelle mission ait été faite avec le concours du CEPA (le Centre d’Expérimentations Pratiques de l’Aéronautique navale) pourrait permettre dans l’avenir de former des équipages métropolitains à ce type d’opérations. Ainsi les hélicoptères basés sur la façade méditerranéenne pourraient facilement intervenir dans le grand sud provençal.

dauphin-2-flottille-35f-bambi-bucket_mn

Mais cette accroissement de la polyvalence des hommes et des femmes de la Flottille 35F est aussi l’arbre qui cache mal la forêt : en Polynésie Française l’absence d’un hélicoptère Dragon de la Sécurité Civile est criante. Or les deux Dauphin N3+ sont déjà sur la brèche en quasi permanence.

Photos © Marine Nationale.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Et est-ce que la Polynésie française a déjà eu à faire à des incendie de forêt par le passé où il manquait des moyens aériens d’où cette nouvelle qualification pour ces hélicoptères ou alors ce n’est juste que de la prévention ? Car bizarre qu’ils n’y aient pas pensés avant en métropole, là où des milliers d’hectares de nature partent en fumée chaque année.

    • Le plus important c’est peut-être que ce manque soit désormais comblé. 😉
      Mais quand on connait un peu la végétation polynésienne il est clair qu’elle est forcément exposé au risque incendiaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom