Voilà bien deux chantiers de modernisations qui risquent de faire couler pas mal d’encre dans les mois à venir. Depuis quelques semaines maintenant l’Indian Air Force s’est lancée dans une profonde mutation de ses moyens de combat aérien voulant disposer à l’horizon 2025 d’un total de quarante-deux escadrilles contre trente-deux actuellement. Dans le même temps elle cherche un remplaçant commun à ses vieux Mikoyan-Gurevitch MiG-21 Fishbed et MiG-27 Flogger-D désormais hors d’âge. Un nouveau contrat qui ne devrait pas remettre en question celui validé avec Dassault Aviation autour des trente-six Rafale.

Ce sont cent quatorze nouveaux avions de combat qui devraient être acquis par les Indiens avec notamment une clause de transferts de technologies. Il se découpe en quatre-vingt-dix monoplaces et vingt-quatre biplaces, ces derniers étant prioritairement destinés à la transformation opérationnelle des futurs pilotes.
Et là encore les candidats ne sont pas très surprenants : un avion russe, deux avions américains, et trois avions européens. On retrouve ainsi le Boeing F/A-18E/F Super Hornet, le Dassault Aviation Rafale, l’Eurofighter EF-2000 Typhoon, le Lockheed-Martin F-16E/F Fighting Falcon, le Mikoyan MiG-35, et le Saab JAS 39E/F Gripen. Et ce n’est pas peu dire que tous n’ont pas les mêmes chances.

Des officiels indiens ainsi que des experts aéronautique ont récemment annoncé que les deux avions favoris dans ce marché étaient le F-16E/F américain et le JAS 39E/F suédois, deux monoréacteurs. Il faut dire que dès le début l’Indian Air Force a écarté des avions jugés trop onéreux et modernes comme les Lockheed-Martin F-35A Lightning II ou encore Sukhoi Su-35 comme possibles participants. On peut alors aisément se demander si la candidature des Rafale et Typhoon était vraiment nécessaire ? L’avenir nous le dira.

Le remplacement des Mikoyan-Gurevitch MiG-21 et MiG-27 n’est pas une mince affaire pour les Indiens. Car en filigrane réapparait sans cesse l’échec (de plus en plus) palpable du programme du HAL Tejas. Mais ces deux avions de facture soviétique doivent au plus vite être retirés du service car ils cristallisent désormais les rancœurs dans un pays où les médias sont si puissants. Ils sont couramment, et à juste titre pour le premier d’entre-eux, considérés comme de véritables cercueils volants. Il faut aussi souligner que ces vieux jets ont été très intensivement utilisés pendant plus d’un demi-siècle !

Mais surtout dans le même le gouvernement indien fait pression sur sa force aérienne pour qu’elle acquière un statut de principale aviation militaire en Asie. Et pour cela son état-major s’est lancé dans un audacieux pari : disposer à la fin de l’année 2025 d’un total de quarante-deux escadrons de combat aériens, soit dix de plus qu’actuellement. En Inde ces unités sont composées (à de très rares exceptions près) de dix-huit avions.
Une décision prise par l’Inde afin de contrecarrer les volontés expansionnistes chinoises tout en se réaffirmant auprès de ses alliés américains et russes.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. C’est bien là que le bât blesse, effectivement : le Tejas était censé être le LCA (Light Combat aircraft) remplaçant ces deux types d’appareils, projet lancé en 1983. C’est d’autant plus cuisant pour les Indiens que les autorités continuent à le présenter comme un succès national (un avion multirôle de génération 4++/4,5) qui serait pourvu en théorie aux alentours de 200 exemplaires. Alors que dans les faits, après un premier vol en 2001, son développement n’est toujours pas achevé (on ne parlera pas même pas de la version navale sous-motorisée qui a un retard faramineux et que les amiraux ont largement discréditée après les premiers essais sur tremplin).
    Les quelques appareils entrés au compte-gouttes en service d’escadrille dans l’IAF depuis 2016 le sont à un standard non-définitif (Mk1), capable de tirer le missile R73 Archer et des armes non guidées mais guère plus, vraisemblablement choisi comme un pis-aller en attendant le Mk2. Récemment l’intégration du missile israélien Derby a été testée, c’est donc à petits pas que le programme avance.
    40 Mk1 commandés -et encore en production- auxquels s’ajouteront plus tard un second lot de 83 qui vient d’être versé au pot en décembre 2018 (ferme ou non, l’avenir le dira). Soit 123 appareils, les restants (jusqu’aux théoriques 200) devraient être au standard Mk2 et tous les Mk1 mis à niveau. Je trouve ça optimiste, vu le contexte et les annonces actuelles. Et quid de la version Marine ?…

    La question en filigrane est donc : s’il est convenu que leur LCA local soit effectivement un échec, ce nouvel appareil annoncé rognera-t-il sur la quantité de Tejas ? Car entre les Rafale (air et peut-être marine) supplémentaires qui ne sont pas à exclure, et le nouvel appareil étranger, le gouvernement indien trouvera-t-il les crédit pour mener parallèlement le programme Tejas à son terme ?
    A ce stade, souhaiter acheter un autre appareil léger pour remplacer… le remplaçant, c’est un désaveu à peine voilé.

    • Parce que la ligne de production du 2000 n’existe plus depuis que le Rafale est là et que le 2000-5 est carrément obsolète (radar, système de brouillage, liaisons, système d’armes).

      • Complètement obsolète, c’est un peut exagéré. Les derniers 2000 et particulièrement les -9 n’étaient ils pas considérés comme des mini-Rafales à leur mise en service?
        Il me semble bien que le Mirage 2000 été stoppé par Dassault pour qu’il ne fasse pas d’ombre au Rafale, mais (ce n’est que pure spéculation de ma part) ils ont peut être eu tords. Il y a certains contrats où le Rafale a échoué, là où un M2000 qui aurait évolué en parallèle au Rafale aurait peut-être réussi.
        Mais il est vrai qu’un tel appareil comparé à un Grippen n’aurait forcément été à son avantage.

        • Je vous rejoins Guig2000, les 2000-9 (export uniquement donc) sont considérés comme les plus polyvalents et aboutis de la série 2000, avec leur radar RDY-2 ils ont les capacités air-air (fox3) du 2000-5 et air-sol du 2000D (Scalp / Exocet / GBU) avec pod de désignation, bref ils sont encore aux standards actuels de leur génération sans rougir face aux F16C Block 50/52 et pléthore de chasseurs ex-soviétiques de la même époque par exemple.

          Cela dit, Loris, soyons lucides : le 2000 ne représente plus vraiment une solution d’avenir, dans le sens où d’une part Dassault a délaissé ce modèle depuis la fermeture de la ligne pour mener le programme Rafale, et aussi que bien peu d’industriels proposent une upgrade réellement innovante de cet avion (contrairement à Lockheed Martin sur les deux points : l’avionneur américain continue à sortir des F16 largement mis au goût du jour technologiquement ou d’upgrader les anciens avec : radar AESA, nouveaux armements US intégrés, viseur de casque, réservoirs conformes de fuselage, possibilité de revêtement RAM).
          Un radar AESA sur 2000-5F / -9 ? Exclu pour l’instant, même si -cocasserie de la chose- ce sont les 2000 de la DGA qui testent les RBE2 du Rafale ! Quant à l’upgrade de nos propres 2000D, elle restera air-sol, donc à minima. Le choix de miser un maximum sur le Rafale se fait sentir indéniablement.

          Et puis surtout : les Indiens ont remis à niveau très récemment une partie de leurs 2000 (H et TH) au niveau 2000-5/9 pour leur permettre une fin de vie digne, ils n’ont pas besoin de plus concernant cette flotte, et il est donc normal qu’ils se tournent vers des appareils réellement neufs pour ce large appel d’offre.

  2. Entendons nous bien, le 2000 est peut être l’avion le plus fantastique à piloter de tous les temps, une machine nerveuse et précise, docile et puissante, capable de manœuvres ultra vives. Mais complètement dépassée. Le -9 est juste un -5 complet et non castré comme en France. Mais il a un radar mécanique très vieux même en version III, une capacité d’emport assez faible, une consommation de 60l à la minute en croisière, une signature radar élevée, et même si son système de défense caméléon est encore efficace, il est à la rue comparé au spectra du Rafale.
    Et surtout l’inde à déjà des 2000-5 au starard 2, le tout dernier… Ils veulent une machine moderne car autour d’eux, il y a des armées puissantes et avec du matériel très récent.

  3. Donc les 2000_5 du 2/5 sont des machines CASTREES et dépassées… Ahhhh les spécialistes ont parlé !!! Pour info le M53p2 consomme 25l min en croisière eco et 42 en croisière rapide (haut subsonic) de plus niveau avio. Le bus EMTI du rafale permet une évolution /changement des organes similaire au rafale et pour finir le RDY 2 est un radar à ouverture synthétique et plus performant que le RDY3 qui est la version export…

Comments are closed.