Il pourrait bien s’agir du deuxième contrat remporté à l’export par l’avion américain de nouvelle génération. L’état-major de Heyl Ha’Avir a fait savoir cette semaine qu’elle négociait actuellement avec le Pentagone et Boeing la vente de huit biréacteurs de ravitaillement en vol KC-46A Pegasus. Des avions que la force aérienne israélienne souhaiterait mettre en ligne dès 2021 afin de remplacer les plus vieux de ses neuf Boeing KC-707. Les militaires de l’état hébreu entendent bien mettre en avant les excellentes relations existant actuellement entre Tel-Aviv et Washington pour faire aboutir ces pourparlers.

Car les neufs ravitailleurs en vol Boeing KC-707 actuellement en dotation dans les rangs de l’aviation israélienne sont à bout de souffle. L’aviation israéliennes peine même à les mettre en œuvre, comme lors des raids aériens menés récemment contre la Syrie. Il est plus qu’urgent pour l’état hébreu de remédier à cette grave et lourde carence en achetant un lot d’avions de remplacement.
Souhaitant que l’aide militaire du Pentagone subventionne en partie cette acquisition l’aviation israélienne tourne de facto le dos à Airbus Defense & Space et à son A330 MRTT. On imagine mal le gouvernement fédéral américain payer pour un avion de conception et de construction européenne. De ce fait il ne reste plus que Boeing et son KC-46A Pegasus. Le contrat est annoncé à 3.8 milliards de dollars US et Israël espère un abattement d’un milliard sur ce prix.

Si ce contrat venait à se concrétiser il s’agirait de la deuxième exportation de l’avion. En effet si le KC-767 dont il dérive peut être considéré comme un relatif succès avec des ventes à quatre pays (Brésil, Colombie, Italie, et Japon) on ne peut pas encore en dire autant du KC-46A Pegasus. Actuellement  l’US Air Force aligne péniblement quelques exemplaires de cette machine. Et encore cela ne se fait pas sans douleur ni souci.
Et seul le Japon à précédé Israël dans cette démarche, afin de renforcer sa flotte de KC-767J.

Il semble que l’état-major de Heyl Ha’Avir ait également à plus ou moins court terme l’ambition d’acquérir entre trois et quatre Lockheed-Martin KC-130J Super Hercules afin de remplacer ses quatre actuels KC-130H Hercules. Un contrat qui pourrait se négocier dans le courant de l’année prochaine voire en 2021. Ces avions sont notoirement moins usés que les Boeing KC-707 et donc sans doute moins urgents à remplacer.

Photo © Boeing Company.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom