Pour l’instant on ne connait que sa désignation dans la nomenclature américaine. Le futur hélicoptère d’entraînement de l’US Navy et de l’US Marines Corps sera donc le TH-73, sans plus de précision sur son patronyme. Une désignation unique qui laisserait entrevoir qu’un seul modèle d’hélicoptère soit commandé. Et beaucoup outre-Atlantique parient aujourd’hui sur un modèle développé en Europe : le TH-119 anglo-italien proposé par le groupe Leonardo.

Donc le fait que le TH-73 ne soit pas accompagné d’une seconde désignation indique que le Pentagone fermerait la porte à une double commande. C’est pourtant ce que convoitaient les constructeurs Airbus Helicopters et Bell Helicopter au travers du H125 et du H135M pour le premier, et du Model 407 et du Model 429 pour le second. La douche doit donc être bien froide pour ces deux constructeurs de renom ayant une certaine influence aux États-Unis.

En parallèle il devient évident que les amiraux américains pourraient s’orienter très facilement vers le TH-119, une version très profondément adaptée à leurs besoins de l’AW.119 Koala. La semaine dernière la puissante Federal Aviation Administration a octroyé une certification de type à cette version spécifiquement conçue pour l’US Navy, alors même qu’il y a encore quelques semaines tous les voyants étaient au rouge.
Il se murmure outre-Atlantique que cette certification de type aurait été demandée par le Pentagone afin d’accélérer le programme TH-XX et de faire gagner le groupe européen Leonardo. S’il remporte ce marché ce sera la seconde fois au cours de l’administration Trump qu’il fournira des hélicoptères aux forces américaines, après le MH-139 développé conjointement avec Boeing à partir de l’AW.139.

Serait-ce aussi le signe d’une perte d’influence d’Airbus Helicopters auprès des forces américaines ? Peu probable quand on sait qu’une nouvelle commande d’UH-72A Lakota est envisagée par l’US Army pour la fin de l’année. En fait il semble que le Pentagone veuille véritable jouer la carte de la concurrence quitte à mettre en danger les appareils proposés par Bell Helicopter et qui peinent à trouver des débouchés sur les marchés militaires et parapubliques.

Au Pentagone on insiste pourtant sur le fait que rien n’est encore joué et que tout est encore à décider. Une victoire d’Airbus Helicopters sur ce marché serait cependant une grosse surprise, mais le H125 Écureuil franco-allemand a des arguments frappants face à son concurrent anglo-italien. À moins qu’au final ce soit sur la base du Bell 429 que soit fabriqué ce futur TH-73. Réponse dans quelques semaines, entre septembre et novembre 2019.

Photo © US Navy

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom