Ce sont des avions de combat qui ne font pas beaucoup parler d’eux. Depuis le milieu des années 1990 la Marina Militare utilise quinze Harrier II de facture américaine, quatorze monoplaces et un biplace, depuis ses porte-aéronefs. Destinés autant aux missions d’attaque au sol que de défense aérienne ces avions doivent cependant être remplacés à partir de l’année prochaine par des F-35B Lightning II plus modernes et polyvalents. Pour beaucoup d’Italiens c’est une page importante de leur histoire aéronavale qui va ainsi se tourner.

En fait ces quatorze McDonnell-Douglas AV-8B Harrier II, ainsi que l’unique TAV-8B de transformation opérationnelle, ont été les premiers avions de combat à entrer en service dans l’aéronavale italienne depuis très longtemps. Il faut dire qu’en 1937 le pouvoir fasciste du dictateur Benito Mussolini a interdit à la marine italienne (à l’époque la Regia Marina) de disposer d’avions de combat, en dehors des appareils de reconnaissance maritime et de lutte anti-sous-marine. La Regia Aeronautica était l’unique force autorisée à posséder de tels avions. Il s’agissait en fait d’une querelle de clochers typique de l’Italie mussolinienne, entre aviateurs et marins pour savoir qui plairait le plus à l’autocrate. Après la Seconde Guerre mondiale, et malgré le retour de la république et de l’état de droit, cette interdiction ne fut pas levée. L’Aéronautica Militare alignait les avions de combat, la Marina Militare en était exclue !
Les choses changèrent en 1989 et dès l’année suivante les quinze avions actuellement en dotation furent commandés auprès des États-Unis.

Destinés à servir sur le porte-aéronefs Giuseppe Garibaldi ils ont participé à plusieurs manœuvres aéronavales en Méditerranée durant la seconde moitié des années 1990. Et c’est en 1999 qu’ils ont connu le feu en réalisant une soixantaine de sortie contre les forces fédérales serbes au Kosovo. Les pilotes de Harrier II italiens eurent principalement recours à des bombes en grappes et des roquettes contre les positions ennemies. Mais ils firent également usage de quelques bombes à guidage laser, notamment contre une colonne de blindés de l’armée serbe.
La décennie suivante fut marquée par l’apparition de la mission de défense aérienne, à l’aide de missiles air-air AIM-9 Sidewinder et AIM-120 AMRAAM. Ils participèrent également à des campagnes de frappes contre des positions d’Al-Qaïda et des talibans en Afghanistan. La fin des années 2000 furent marquées elles par l’apparition du porte-aéronef Cavour.

Au cours de la décennie qui se termine actuellement les pilotes d’AV-8B Harrier II italiens ont largement démontré leur capacité à interropérer avec l’ensemble de leurs alliés, qu’ils soient américains, britanniques, ou français. Ce fut notamment le cas au-dessus de la Libye en 2011 ou plus récemment en Méditerranée orientale.

AV-8B et TAV-8B Harrier II italiens volant de conserve.

L’année prochaine la Marina Militare va faire officiellement entrer en service ses deux premiers Lockheed-Martin F-35B Lightning II, des monoréacteurs qui ont la particularité d’être assemblés localement à Cameri dans le Piémont. En fait ils ont été réceptionnés l’an dernier mais servent actuellement aux États-Unis à la formation des mécaniciens et pilotes. D’ici a 2022 l’aéronavale transalpine possèdera sa quasi pleine dotation de quinze exemplaires et pourra ainsi se séparer de ses Harrier II. Le porte-avions Cavour est d’ailleurs à l’heure actuelle spécialement modifié afin d’accueillir ces avions furtifs dotés d’une poussée plus importante.
À n’en pas douter c’est avec une certaine émotion que les anciens verront disparaitre de l’arsenal italien ces valeureux avions d’attaque au sol, remplacés par bien plus modernes.

Photos © ministère italien de la défense.

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. En parlant de modifier le Cavour, notre grand Charles pourrait-il recevoir les F-35B sans modifications ? Le pont résisterait ? Et les BPC ? Ils pourraient peut-être apponter mais … ne plus repartir ! Je crois qu’un seul point sur le pont des BPC est renforcé pour les hélicos lourds et les Osprey.

  2. Ne pas oublier que la marina militare possède aussi depuis peu l’imposant porte-aéronefs Trieste qui entrera en service d’ici 2022.
    Je crois savoir que le pont d’envol des BPC n’est pas protégé contre les gazs chaud qui pourraient sortir des tuyères des avions. Donc impossible de voir un jour un F-35B se poser sur un BPC.

  3. Entre le 1 janvier 1989, et 1991, 18 AV-8B Harrier, sont livrés. 16 M et 2 B.
    Entre 1994 et 1997, 16 AV-8B Harrier Plus, sont livrées.

    Pouvez vous m’aider ? Je suis perdu ! Moi, pour moi, j’ai ça.

  4. Donc, il y aurai pas de deuxième commande.
    Mais plutôt une mise au standard Harrier Plus, de 1994 et 1997.
    J’ai aussi une perte, avant 2010. Un aurai été perdu !

    Je sais, je suis pénible Arnaud, mais même Wikipédia parle de 18 AV-8B Harrier Plus.

    • Au bout d’un moment Stéphane je vous avoue que je ne lis même plus vos commentaires, ils sont toujours négatifs. Donc faites ce que vous voulez, écrivez ce que vous voulez : vous avez raison, j’ai tout le temps tort. Allez bonne continuation.

  5. Je suis vraiment désolé Arnaud, vous faite un travail formidable et j’ai grand plaisir à vous lire tout les jours.
    Mais le monde de l’aviation, c’est très compliqué avec les sources sur internet et les livres à la maison.
    Ils disent pas tous la même chose.
    C’est l’inverse, vous savez énormément de chose, et j’en prend 99%.
    Sur suis dedans depuis 1987, et j’ai 41 ans. J’en connais pas mal, mais à certains moment, je manque de précision.
    Et ses le cas pour ses Harrier Italien.

    Plein de personne vous lisent.
    Peu laisse des commentaires.
    Il y a pas quelqu’un qui me dire ci il y a eu une deuxième commande ou une mise au standard ?
    Et ci il y a bien eu un crash avant 2010 ?

    Merci.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom