L’information a été révélée ce lundi 7 octobre 2019 par l’US Department of Defense. L’actuelle flotte des Bell-Boeing CV-22B et MV-22B Osprey vient d’atteindre le cap symbolique des 500 000 heures de vol en service actif. Pas mal pour un avion qui demeure aujourd’hui encore le seul convertiplane opérationnel au monde. Les généraux américains estiment désormais que le million d’heures de vol pourrait être atteint avant le 1er janvier 2030.

Pour mémoire c’est l’US Marines Corps qui fut la première force au monde à mettre en service le révolutionnaire Osprey sous la forme du MV-22B. C’est en décembre 2005 que l’escadron HMM-263 fut transformé sur cet avion, avant de voir sa désignation modifiée en VMM-263 en mars suivant. Il s’agissait alors des premiers convertiplanes à voler de manière opérationnelle. Depuis c’est une quinzaine d’unités des Marines américains qui mettent en œuvre ce très perfectionné avion de transport tactique.

Cette même année 2006 vit l’arrivée au sein de l’US Air Force des premiers CV-22B Osprey. À la différence des avions de l’US Marines Corps ceux-ci ne sont destinés qu’à l’unique soutien des forces spéciales américaines. Ils assurent ainsi des missions d’infiltrations et d’exfiltrations de commandos loin derrière les lignes ennemies.

L’angle de vue permet de découvrir l’envergure des pales d’hélice de ce CV-22B Osprey de l’US Air Force.

Au total ce sont 375 CV-22B et MV-22B Opsrey qui ont pour l’instant été livrés par le consortium initié par l’hélicoptériste Bell et l’avionneur Boeing. Et ce sont eux qui en ce début d’automne 2019 ont atteint la barre des 500 000 heures de vols. Celle-ci exclut les machines de présérie et les prototypes lors de la phase de développement. Il s’agit bien de vols en missions opérationnelles.

Et l’avenir américain de la machine se joue désormais avec l’US Navy. Celle-ci a décidé en 2015 d’acquérir une nouvelle version alors connue comme HV-22B pour opérer depuis ses navires. Depuis on sait que l’avion sera finalement désigné CMV-22B et qu’il assurera la transport vers les porte-avions, le fameux COD. Il remplacera à partir de fin 2020 ou début 2021 les premiers Grumman C-2A (R) Greyhound.
Par contre il semble désormais acquis que l’avion n’entrera jamais en service dans l’US Army et/ou dans l’US Coast Guard, même si cette dernière afficha durant un temps un intérêt réel pour une version de recherches et sauvetages en mer du Osprey.

Image désormais habituelle de convertiplanes MV-22B Opsrey en opération sur le pont de l’USS Bataan.

En l’absence de réelle concurrence européenne ou russe l’avion américain a toutes latitudes pour conquérir désormais des marchés à l’export. Et sa fiabilité joue en sa faveur. Si le Japon a été le premier client étranger de l’avion (et pour l’instant le seul !!!) il se murmure que des pays comme la Corée du sud, l’Inde, ou encore le Royaume-Uni pourraient très prochainement se laisser séduire par la machine. À un prix estimé aux alentours de 75 millions d’euros l’unité l’Osprey n’est pas à la portée de toutes les bourses.

Photos © US Department of Defense.

Publicité

9 COMMENTAIRES

  1. OK et merci pour vos réponses.
    Il me semblait avoir lu que lors d’une opex, la France avait utilisé un osprey. Prêt des US ? Mais je me fourvoie certainement.

    • Il s’est déjà rendu en France notamment à Nimes ou Cazaux où sur des navires français comme le Charles de Gaulle où des BPC mistral pour des exercices avec nos alliés américain. Peut-être que des soldats ou FS français ont été transportés avec l’aide US mais pas plus.

  2. Si certains seront surpris de la disparition du commentaire de notre trollette de service, j’ai nommé Jade c’est que je l’ai modéré. De ce fait donc la réponse que Fougère lui avait fait est passée aux oubliettes. Jade avait été prévenu il y a plusieurs jours sur un autre sujet que désormais elle serait systématiquement modéré dès lors qu’elle serait agressive et/ou hors-sujet. C’était ici le cas.

  3. J’ai assisté à des vols tactiques dans la région du Plateau d’Albion /Alpes de Hautes Provence en 2014, qui étaient signalés à l’époque comme des entraînements en coopération avec la Légion Etrangère. Je peux vous dire que l’oiseau est bruyant mais particulièrement agile et assez rapide, difficile de le photographier en vol!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom