Outre-Atlantique le feuilleton n’en finit plus et la crise semble même s’aggraver. Et désormais c’est à Wall Street que se joue l’avenir de l’avionneur et de son biréacteur vedette, tant l’action Boeing Company dévisse depuis une semaine. Dans le même temps des révélations de la Federal Aviation Administration ébranle encore un peu la confiance envers ce désormais sulfureux duo : Boeing et le 737 Max. Pour mémoire les deux accidents à l’origine de ce scandale ont fait tout de même 346 morts !

Tout est donc partie récemment des déclarations de la Federal Aviation Administration qui a reconnu la semaine dernière que l’avionneur était sans doute au courant des défaillances du système MCAS. Dans une série de conversations enregistrées deux experts de l’avionneur, dont le pilote d’essais Mark Forkner, annoncent que le logiciel est inadapté à son emploi sur le simulateur de vol de l’avion, risquant d’entraîner un décrochage fatal de l’avion.
Gros hic cette conversation a été enregistré par l’avionneur un an avant la certification de type du 737 Max. Et rien n’avait alors été transmis aux équipes de régulation de l’aviation civile américaine. La FAA a découvert l’intégralité de ces conversations via ses investigations il y a quelques jours.

De quoi tomber des nus pour les enquêteurs. D’autant qu’aux États-Unis la Federal Aviation Administration a été à plusieurs reprises accusé de collusion avec Boeing dans ce dossier. Les médias, notamment spécialisés dans les transport et l’aéronautique ont publiquement accusé l’administration fédérale de l’aviation civile de largesses vis à vis de l’avionneur de Seattle. Si ces accusations sont fondées, la FAA est véritablement le dindon de la farce dans cette histoire.

Du coup l’action boursière de Boeing Company dégringole depuis plusieurs jours. Ce vendredi 18 octobre 2019 à la clôture de Wall Street elle avait perdu 6.8% de sa valeur sur la journée. Et ce lundi 21 octobre 2019 elle a encore chuté, atteignant son plus bas niveau depuis 30 ans.
Les experts financiers s’attendent à ce que l’action continue de baisser jusqu’au mercredi 30 octobre 2019, date à laquelle Dennis Muilenberg, le patron de l’avionneur sera entendu par la commission d’enquête sur le 737 Max. Après cela soit l’action remontera soit elle entamera une chute que certains annoncent déjà vertigineuse.

Pour autant seuls les oiseaux de mauvais augures prédisent la disparition de Boeing. Le constructeur est solide, il se relèvera de cette très mauvaise passe. Il n’est d’ailleurs pas anodin que les aviations civiles américaines et européennes parlent d’un possible retour en service des 737 Max pour l’horizon janvier ou février 2020. Ce qui à coup sûr serait une excellente nouvelle pour les nombreuses compagnies qui lui font encore confiance.

Photo © Boeing Company.

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. avec le boeing 737 max c’est une honte de construction qui à fait 346morts!!!!! je pense que prendre un aéronef dans ces conditions n’est pas tolérable vis à vis des ingénieurs de Boeing!!!!!! et j’ose espérer que ces aéronefs passeront par la porte de la casse!!!!!

    • Donc je présume que vous ne montez jamais à bord d’un monocouloir Airbus ? Vu que les A318, A319, A320, et A321 ont causé la mort de plus de 1300 personnes depuis leur entrée en service. Et encore je n’aborde pas le cas des DC-10/MD-11 !

  2. Boeing est vraiment dans la panade, d’autant plus qu’il y a aussi des pb sur la version précédente 737 ng en raison de fissures à la base des ailes.

    On aurait tord de s’en réjouir, Airbus ne pourra pas compenser, seul les chinois risquent d’en profiter.

    Quel désastre, il y a vraiment des têtes qui doivent tomber.

  3. Arnaud, sauf le respect que j’ai pour vous et que je vous dois surement, vous parlez des Airbus , soit, A318,319,320;321. Ok, parlons aussi de la période ! depuis quand le 737 max vole ? ou plutôt combien de temps a t’il volé !
    j’aime aussi les coups de gueules ! dsl. et je n’ai aucunes actions chez Airbus.

  4. La FAA vient juste de découvrir des éléments à charge contre Boeing dans un processus de certification qu’elle lui a largement délégué. Vraiment ?
    La bataille n’est aujourd’hui que de savoir qui sera responsable du coût de la débâcle mais nullement de faire apparaître la vérité (des budgets publics qui se réduisent pour la FAA et de la pression des marchés commerciaux et financiers que subissent les constructeurs)..
    Il est probable que ces enregistrements étaient à la disposition de Boeing et de la FAA,mais que personne ne les avait jamais écoutés jusqu’à présent et qu’ils ne ressortent aujourd’hui que pour les besoins de la cause.
    Ils auraient évidemment été plus utiles auparavant mais il semble que personne n’y ait attaché d’importance?
    Le 737 est le cœur de Boeing et il risque fort de s’éteindre. C’est un drame industriel qui touche tous les constructeurs.
    Pour ma part je ne monterai jamais dans cet avion et j’en suis profondément attristé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom