Décidément l’avionneur américain Boeing les accumule en ce moment. Il a annoncé ce mardi 18 février 2020 que plusieurs avions de sa gamme 737 Max présentaient le défaut d’accueillir dans leurs réservoir de carburant des éléments étrangers. Il a immédiatement été décidé de faire procéder à la vérification de tous les appareils de ce type actuellement cloués au sol sur les parkings de l’industriel. Par contre pas un mot concernant les avions déjà livrés et stationnés partout dans le monde en attendant d’avoir de nouveau le droit de voler.

Selon le constructeur c’est lors d’une vérification de routine sur plusieurs 737 Max en stationnés au sol que la trouvaille a été faite. Des éléments de plus ou moins petites tailles ont été découverts dans les réservoirs d’avion immobilisés au sol. Pour mémoire ceux-ci sont actuellement en théorie vides de tout carburant, et ce pour des raisons de sécurité.
En effet ils ne sont pas en attente de livraisons comme pourraient l’être des A220, A320, ou encore A350 sur les parkings du groupe Airbus. Non les 737 Max sont cloués au sol suite à une décision internationale découlant du scandale du MCAS et des deux écrasements consécutifs de Lion Air puis d’Ethiopian Airlines. Certains n’ont jamais volé bien qu’ayant été construits depuis plusieurs mois !

La direction de Boeing a donc immédiatement ordonné que l’intégralité de la flotte des 737 Max immobilisés soit inspectée. Cela fait tout de même environ 400 avions sur une demi-douzaine de sites industriels différents. Ce n’est donc pas une mince affaire, et cela ne se fait pas en un claquement de doigts.
Pour autant le constructeur de Seattle semble étrangement muet au sujet des avions déjà livrés à leurs propriétaires et donc en service. En service mais eux-aussi immobilisés depuis onze mois. Serait-ce à dire que si les compagnies aériennes veulent savoir si de tels éléments jonchent l’intérieur des réservoirs de leurs 737 Max elles doivent les faire inspecter à leurs frais ? C’est assez flou.

Mais surtout cette nouvelle affaire autour du 737 Max en rappelle une autre : celles des ravitailleurs en vol KC-46 Pegasus. La découverte en mars 2019 d’outils oubliés dans des avions livrés à l’US Air Force. Des faits qui se sont reproduits quelques jours plus tard sur un autre avion du même type. Selon la presse émiratie cette affaire aurait couté le contrat des ravitailleurs à Boeing, en plus de l’excellente prestation d’Airbus DS.

Concernant le Boeing 737 Max ça commence à faire beaucoup pour un seul type d’avion.
Sur un ton un peu plus léger on pourrait dire que le comique de répétition c’est bien, mais uniquement quand c’est comique. Là ce feuilleton tourne au tragi-comique. Pas sûr que l’aviation civile américaine ne goûte beaucoup la blague.

Photo © Boeing.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. Normalement un avion est stocké réservoirs pleins afin d’éviter les vapeurs du kérosène qui sont très inflammables et que les différents joints ne sèchent entrainant par la suite des fuites.

    • On sait bien tous ici mon cher VoltaireFR que vous avez toujours raison mais là désolé vous avez tort. Ces avions sont stockés réservoirs vides, à moins bien sûr que les gens de chez Boeing mentent.

  2. Franchement cela me fait de la peine pour Boeing……Quelle catastrophe ce 737 Max, ils auraient peut-être intérêt pour leur image de tous les mettre au pilon pour redonner confiance, un peu comme Perrier qui avait en son temps retiré toutes ses bouteilles pour une histoire de Benzen dans les bulles……

  3. Boeing est entre les mains des financiers : les comptables décident.
    C’est ce qui peut arriver de pire à une entreprise, qui est faite avant tout de gens, qui y apportent leur énergie, leur créativité, et souvent aussi leur loyauté.
    Mais quand les comptables ont le pouvoir, on finit par rogner sur tout, et la non-qualité suit : il y a aussi les logiciels foireux de la capsule Starliner.
    Quel dommage !

  4. Si il n’y avait pas eu la crise du B737 Max cette info serait anecdotique mais aujourd’hui tout ce qui touche à cet avion crée le buzz. Le manque visibilité sur le retour de cet aéronef dans le ciel en est aussi probablement la cause

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom