Le nouveau convertiplane américain poursuit sa campagne de tests depuis les installations texanes de Bell Helicopter. Et récemment il a réalisé sa première translation, passant ainsi au vol horizontal en mode avion et non plus uniquement voilure tournante. Malgré des ralentissements évidents dus à l’épidémie de coronavirus Covid19 cette campagne de tests se poursuit. Le déménagement vers NAS Patuxent River est toujours annoncé pour cet été.

Le site d’Amarillo est actuellement en confinement sanitaire tandis que ses abords sont sécurisés au maximum par le Pentagone. Cela doit permettre à la plus récente des versions du Bell-Boeing V-22 Osprey de poursuivre son développement. Le CMV-22B est pour mémoire la troisième version dérivée de cet avion révolutionnaire. C’est un chantier de première importance pour l’US Navy pour qui il doit remplacer l’historique Grumman C-2A (R) Greyhound dans la très stratégique mission de Carrier Onboard Delivery.

Et donc désormais les ingénieurs et pilotes d’essais se focalisent sur les phases de vols classiques en mode avion. Comme les CV-22B de l’US Air Force et les MV-22B de l’US Marines Corps cet avion décolle à la verticale à la manière d’un hélicoptère et voit ses rotors basculer à 90° afin de devenir des pales. Sauf que la translation est toujours délicate sur un nouvel avion comme l’est le CMV-22B. Et ce même si fondamentalement peu de choses le différencient des deux autres versions du Osprey.
Jusqu’au mois de juillet (ou bien août) les équipes de Bell-Boeing et celles de l’US Navy doivent parfaire les essais de vols purs avant de pouvoir se tourner vers la navalisation de cette machine. C’est à NAS Patuxent River et non plus sur le site industriel d’Amarillo que l’avion sera perfectionné afin de le rendre apte aux opérations embarquées. Seront notamment essayés sur place les différentes configurations de transport : fret, passagers, mixte, voire évacuation sanitaire.

Le CMV-22B Osprey en vol, une fois la translation réussie.

C’est pour l’année prochaine que le premier embarquement sur un porte-avions américain est programmé. À la différence près des MV-22B le CMV-22B ne devrait théoriquement pas rejoindre le pont d’envol d’un porte-aéronefs, seuls les porte-avions étant destinés à le recevoir ! L’aéronavale américaine espère le mettre en service à l’horizon 2023 et obtenir sa pleine dotation deux à trois ans plus tard.

Photos © US Navy.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour, quelle est la capacité d emport se charge du cmv 22 vs celle du greyhound?
    Son aile qui se tourne pour le parkage en PA c est bien ca ? Il doit sûrement cocoûter uter très cher a l entretien mais il paraît séduisant pour la marine non?

    • Tant que les tests à NAS Patuxent River n’auront pas eu lieu on ignorera la capacité d’emport réel de l’avion vis à vis de son prédécesseur. Il faudra donc encore patienter quelques mois avant d’avoir la réponse à votre question.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom