Là on peut le dire Moscou fait fort aux Émirats Arabes Unis. L’inauguration ce dimanche 14 novembre 2021 du Dubaï Air Show a révélé la présence du tout nouveau chasseur léger Sukhoi Su-75. L’avion de combat supposé furtif est présenté pour la première fois en dehors de Russie. Et selon toutes vraisemblances il vise bien plus les marchés d’export que celui de la stricte force aérienne russe.

Dire que le groupe Rostec, qui possède notamment Sukhoi, aime en faire des tonnes autour de son tout nouveau programme d’avion de combat est un doux euphémisme. À croire que ses spécialistes de l’évènementiel ont tout appris chez Lockheed-Martin. Car là encore ils ont su jouer sur les effets de lumière afin d’en montrer le minimum requis pour éveiller la curiosité des professionnels et des acheteurs potentiels. Et au passage des amateurs comme nous autres. C’est malin, et très réussi.
Déjà en juillet dernier l’industriel avait semé des petits cailloux laissant ça et là fuiter des images plus ou moins prises à la volée. Et le final avait été quelques photos prises par un journaliste et relayées dans le monde entier depuis le salon MAKS 2021.

La communication de Rostec a depuis évolué. Pour autant l’avion est toujours le même depuis le salon de Moscou à savoir son mock-up, c’est à dire une maquette à l’échelle 1. Mais désormais c’est l’industriel lui-même qui prend officiellement les photos et laisse transpirer les informations concernant le Checkmate, son patronyme.

Surtout plus le programme du Sukhoi Su-75 avance et plus il ressemble à une version russe, furtive, et volante du célèbre couteau suisse. Comme ce dernier l’avion devrait pouvoir à peu près tout faire : défense aérienne, attaque au sol, appui tactique rapproché, ou encore reconnaissance tactique. Des rumeurs, plus ou moins fondées, font également état de deux évolutions majeures : la première vers une version embarquée destinée au porte-avions dotés d’un tremplin et la seconde sous la forme d’un drone de combat.
Ça vous rappelle quelque chose ? C’est normal, c’est à peu de choses près le principe du SCAF européen. La comparaison s’arrête cependant là. Car si l’avion développé par Airbus DS et Dassault Aviation vise avant tout les marchés allemands, espagnols, et français celui de Sukhoi ne s’oriente pas du tout vers la Russie. Ou alors de manière très marginale !

On pourrait même considérer que le Sukhoi Su-75 soit la réponse russe au Lockheed-Martin F-35A Lightning II, ou plutôt à son incapacité à pouvoir se vendre partout dans le monde. En effet pour pouvoir se vendre à l’étranger un avion de combat américain a besoin que le futur client soit dans les petits papiers de l’US Secretary of State voire encore mieux de la Maison-Blanche. Sinon c’est le véto immédiat de l’administration fédérale.
Or depuis quelques années (décennies ?) les successives administrations américaines ont placés pas mal de pays émergent au ban de ses relations. Et c’est celles-ci que Sukhoi et Rostec visent.

Sukhoi Su-75 Checkmate, ou l’art selon Rostec d’en montrer le moins possible.

On pense donc immédiatement à des pays émergents comme l’Algérie, l’Iran, ou le Venezuela. Et pourtant ce ne sont pas les seuls. Rostec espère toujours revenir dans les bonnes grâces de l’Inde mais également surfer sur les soucis que connait l’Argentine vis-à-vis de l’embargo britannique. Le Paraguay est également de plus en plus souvent envisagé.
Vous l’aurez compris, à l’exception de l’Inde, il n’y a là aucune puissance régionale. Pour autant le Su-75 Checkmate pourrait tirer son épingle du jeu.
Reste désormais à savoir quand il volera pour la première fois. Et là-dessus rassurez-vous Rostec ne manquera pas de communiquer dessus.

Photo © Rostec.

Publicité

8 COMMENTAIRES

    • Parce que la gestion de l’électronique du F35 utilise un réseau à l’architecture problèmatique, car sans unité centrale : tous les systèmes sont reliés entre eux dans une toile d’araignée.
      De plus, le fait de se passer de peinture spéciale et très fragile permet de simplifier le stockage et la maintenance, compliquée par les petites traces aux formes torturées sur les avions US.
      La furtivité du Checkmate sera donc moindre.
      Mais la clients s’en moindre: elle n’a qu’à faire consensus grâce aux formes et aux soutes

  1. Espérons que son radar et tout son électronique soit plus performant que sur un su35 . Référence à la confrontation su35 contre rafale en Egypte ( car ce pays possède les deux).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom