Il y aura donc trois compétiteurs outre-Manche, et peut-être un quatrième si un accord est trouvé en ce sens. La future succession des Westland Puma HC.2 au sein de la Royal Air Force prend désormais forme avec un affrontement États-Unis Vs Union Européenne en vue. Surtout on a désormais la confirmation que le NMH, le New Medium Helicopter, devra également remplacer trois autres modèles d’hélicoptères dont deux au sein de l’Army Air Corps. Et chaque compétiteur a des arguments à faire valoir !

Remplacer le camion volant de la Royal Air Force, l’un des hélicoptères les plus connus et les plus appréciés des Britanniques, ne sera assurément pas chose facile. Mais désormais on connait les noms des trois principaux compétiteurs : Airbus Helicopters, Leonardo, et Sikorsky. Boeing aimerait se joindre à eux mais doit avant tout en recevoir l’aval de… Leonardo. Autant dire que ce n’est pas gagné.
En effet officiellement les hélicoptères en lice sont l’Airbus Helicopters H175M, le Leonardo AW.149, et le Sikorsky UH-60M Blackhawk. Celui qui pourrait les rejoindre est le Boeing MH-139 Grey Wolf qui dérive de l’AW.139 commercialisé par Leonardo. L’industriel italien va t-il accepter un tel challenger ? Rien n’est moins sûr, des négociations sont en ce sens entre les deux côtés de l’Atlantique nord.

Le principal argument en faveur du Sikorsky UH-60M Blackhawk c’est son efficacité. Avec plus de 4000 exemplaires en service dans le monde depuis quatre décennies c’est une machine qui a largement démontré ses possibilités, sa polyvalence, et son adaptabilité aux champs de batailles. C’est aussi le plus vieux des trois hélicoptères, et surtout le seul qui ne serait pas produit au Royaume-Uni. En effet là où Sikorsky annonce un usinage de ses Blackhawk en Pologne Airbus Helicopters et Leonardo insistent sur le côté «circuit court» de leurs programmes respectifs. L’AW.149 serait assemblé à Yeovilton en Angleterre et le H175M à Broughton au Pays-de-Galles. Ce qui dans les deux cas favoriserait l’emploi britannique

Car niveau argument les AW.149 et H175M sont un peu moins percutants. Certes ils sont tous deux bien plus récents que le Blackhawk et donc plus modernes mais ce sont aussi des hélicoptères au profil de carrière chaotique. Seules l’Égypte et la Thaïlande utilisent à titre militaire l’AW.149 tandis qu’aucun H175M n’a pour l’instant été vendu dans le monde.
Airbus Helicopters a d’ailleurs annoncé que l’industrie chinoise, pourtant partie prenante dans le programme du H175 civil, avait été écartée de la partie militaire afin de ne pas risquer la fuite d’informations sensibles vers Pékin.
Sur le papier donc le Blackhawk serait l’hélicoptère idéal pour remplacer le Puma. Sur le papier seulement.

Car désormais il est avéré que les vingt-trois Puma HC.2 de la Royal Air Force ne sont pas les seuls appareils concernés par le programme du New Medium Helicopter. Trois autres modèles devront eux-aussi lui laisser la place, un également au sein de la RAF et deux autres de l’Army Air Corps. Il s’agit respectivement des trois Bell Griffin HAR.3 de soutien opérationnel et d’évacuation sanitaire pour la première et des cinq Bell 212 Twin Huey de soutien aux opérations ultramarines et des cinq Eurocopter AS.365 Dauphin 2 de soutien aux opérations spéciales pour la seconde. Quatre modèles d’hélicoptères pour seulement trente-six machines au total le programme NMH relève donc autant de la modernisation de flotte que de la rationalisation des moyens aériens.

Et là désormais les AW.149 et H175M semblent bien plus logiques pour faire le lien entre ces quatre machines que le Blackhawk. Les trois modèles en compétitions sont annoncés pour une même capacités en places : onze fantassins armés et équipés. La balle est donc désormais dans le camp britannique.

La réponse de Londres est attendue pour l’année prochaine, sans doute vers la fin de l’été pour une signature de contrat d’ici un an. C’est un programme majeur pour ces trois hélicoptéristes tant le Royaume-Uni n’est pas un client comme les autres.

Photo © UK Ministry of Defence.

Publicité

8 COMMENTAIRES

      • D’après votre article, dans le cas par exemple des Dauphin 2, ceux-ci sont utilisés pour la « soutien aux opérations spéciales ». En France les EOS (Escadrilles des Opérations Spéciales) sont principalement équipées de Puma, Caracal et Cougar donc je ne comprend pas ce qui est si choquant !
        Mais sur la forme, je pose simplement une question (en toute humilité), et votre réponse m’apparait très hautaine.
        Vous semblez ne supporter que les compliments (que vous méritez d’ailleurs pour la qualité de vos articles), si c’est le cas pourquoi ne pas supprimer la fonction commentaires de ce site ?

        • Honnêtement si Gaëtan, Marcel, et moi fonctionnions au compliment ça ferait très longtemps qu’on aurait arrêté le site ! Par contre on ne fonctionne pas plus aux petites remontrances dans le genre de celle-ci. Je ne comprends pas pourquoi vous vous obstinez à penser que le modèle français doit s’exporter au Royaume-Uni. Nous sommes deux pays différents avec deux modes de fonctionnement différents. Est-ce si difficile à comprendre Maxx ? Quand à supprimer la fonction commentaire le problème a déjà été soulevé et personnellement je m’y suis toujours opposé. Non pas pour permettre aux trolls et aux adeptes de remontrances d’exister mais pour celles et ceux qui auraient besoin d’éclaircissements sur des points d’articles.

  1. Le vrai souci, c’est de vouloir, comme chez nous, remplacer plusieurs types d’appareils par un seul . le Cougar… oui, mais c’est bien sur, déjà vendu à l’export, combat proven, etc, etc ! le H160M, trop petit ou trop gros ( comme chez nous aussi d’ailleurs ! ), dans le cas du H175M tout est dit dans l’article, mais bon, les brits feront leur choix

    • c’est pour ça qu’il faudrait faire des appareils plus « spécialisé ». omnirole, c biren, mais ca a des limites ds chaque domaine.
      ex : le rafale: vitesse max: environ 2000kl/h. les super hornet, où d’autre avions volent bien plus rapidement que le rafale, et sont même peut etre plus performants dans leurs matières. je pense qu’en france, il devrait y avoir un type d’avion spécialisé dans l’interception, un autre dans la pénétration a basse altitude, un autre de bombardier, la, on pourra d’ire qu’on est polyvalent, et qu’on peut dépasser les limites actuelles du rafale. de même pour les hélicoptères.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom