À la Maison-Blanche le président des États-Unis Joe Biden ne croit pas un seul instant au désengagement des forces terrestres et aériennes russes. Pis il pense qu’il s’agit là d’une manœuvre d’enfumage téléguidée par le Kremlin pour masquer sa véritable ambition : envahir tout ou partie du territoire ukrainien. En conséquence de quoi le Pentagone a reçu l’ordre d’expédier douze chasseurs de 5e génération de type Lockheed-Martin F-35 Lightning II en Allemagne. C’est le 388th Fighter Wing, un Lead Wings in Extremis qui s’est chargé de la mission.

Les douze avions de combat américains ont donc quitté leur nid de Hill AFB dans l’Utah pour rejoindre Spangdahlem AB. Il leur a fallu le soutien de plusieurs ravitaillements en vol, réalisés par des tankers américains notamment au-dessus de l’Atlantique nord. Cette importante base aérienne de l’OTAN, situé en Rhénanie-Palatinat à quelques dizaines de kilomètres seulement des frontières françaises et luxembourgeoises, va donc devenir leur nouveau cantonnement. On ignore encore si les avions et militaires américains vont y demeurer quelques jours ou quelques semaines, c’est l’actualité qui en décidera.
Par contre on ne peut donc pas dire que l’US Air Force ait choisi le site le plus évident pour lancer une éventuelle contre-attaque aérienne face aux forces russes.

Si organiquement c’est donc le Lead Wings in Extremis 388th Fighter Wing qui a été choisi c’est en son sein le 34th Fighter Squadron qui assure le gros du déploiement. Avions et pilotes en font parties, mais aussi la majorité des armuriers et mécanos. Des personnels du 4th Fighter Squadron les accompagnent. Ce sont deux Boeing C-17A Globemaster III qui ont assuré le soutien opérationnel de ce déploiement. L’US Air Force n’a pas communiqué sur l’origine de ces deux quadriréacteurs.

Le rôle premier du 388th Fighter Wing est l’appui tactique et l’attaque au sol tous temps. Les douze F-35A Lightning II déployés en Allemagne n’auraient donc pas pour mission d’aller affronter directement les formations de Mikoyan MiG-29 Fulcrum et Sukhoi Su-27 Flanker / Su-30 Flanker-C ennemis mais plutôt d’aller cibler des objectifs au sol. Ce qui est loin d’être une bonne nouvelle pour les forces terrestres russes. Le F-35A Lightning II n’emporte que des munitions air-sol de très grande précision, des armes à guidage GPS et/ou laser qu’il est quasi impossible d’éviter.

On remarquera donc que le vieux loup de la politique et de la diplomatie américain qu’est Joe Biden a intelligemment évité de déployer ses F-35A Lightning II au plus près de la Russie. Un détachement dans les états baltes ou en Pologne aurait sans doute crispé jusqu’au plus au niveau du Kremlin. Prendre une base allemande non loin de la frontière française permet de garder la main sans trop forcer l’adversaire.
La partie d’échec entre l’OTAN et la Russie est donc loin d’être terminée.

Photo © US Air Force.

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. Certes mais le jour où des F-35 américains frapperont des cibles russes au sol, je conseillerais à tout le monde de faire des réserves de nourriture pour plusieurs mois.

    • La vérité vous dérange visiblement. Oui la Russie sous l’autocratie Poutine est expansionniste, colonisatrice diraient même certains. L’annexion de la Crimée ukrainienne, la tentative de conquête du Donbass, les violations répétées d’espaces aériens des trois états baltes, les accrochages avec les forces norvégiennes en mer de Barents en attestent clairement. Donc oui c’est la vérité ce pays est dangereux pour l’équilibre européen en raison de son expansionnisme

  2. Une douzaine de F35 ( exportables ) en Allemagne, une poignée de F22 ( non exportables ) aux EAU pour dire nous ( les USA ) sommes présents, j’appelle cela plus un choix économique pour contrer le futur avion européen que vraiment purement pertinent pour contrer des drônes, j’ai bien la crainte que nous retournions vers une situation géopolitico-écononomique qui risque de scinder non pas en 2 mais en 3 les pôles importants mondiaux. Je voudrais aussi simplement ouvrir, non pas un débat qui n’aurait rien à faire sur ce site, mais un questionnement personnel : l’invasion du Donbass par des troupes pro-russes ou russophones( comme disent les diplomates) est loin d’être récent, peu de pays ont officiellement reconnu cet acte d’ingérence ok, mais d’un autre coté tout le monde a laissé faire, alors la diplomatie c’est bien, mais avec, ou plutôt contre un gus comme Poutin, qui se prend pour Pierre le grand, et qui manipule son monde, n’aurait il pas fallu tirer la sonnette d’alarme plus tôt ? Pour info, je suis très loin d’être diplomate. Une seule réponse d’Arnaud me suffira afin de ne pas polluer le site.

  3. Depuis 36 heures les Russes font le black-out complet sur l’information défense. Hormis les habituels Tass, Russian Today, et Sputnik qui débitent leurs fake-news à la grandeur de Poutine rien ne sort de sérieux. Par contre les quelques infos qu’ils nous distillent (est-ce que ce sont vraiment des infos?) montrent des mouvements d’avions dont n’a rien à craindre le F-35. Des vieux MiG 29 des Su 27 et des Su 34, donc nada niveau efficace face à 5th Generation Fighter.
    Au fait ils sont où leurs Su 57 quand ils en ont besoin ? Ah oui pardon ils sont encore sur la chaîne d’assemblage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom