Il se révèle être bien plus que le simple héritier du Huey comme on l’a si souvent présenté. En cette seconde moitié de janvier 2023 le Sikorsky S-70 vient de franchir le cap très symbolique des 5000 exemplaires livrés dans le monde. Qu’il s’appelle UH-60 Blackhawk de transport d’assaut ou SH-60 Seahawk de lutte anti-sous-marine il est devenu petit à petit la référence des hélicoptères militaires contemporains, au grand dam d’Airbus Helicopters ou encore de Mil. À noter que dans quelques semaines l’hélicoptériste, aujourd’hui filiale du géant Lockheed-Martin, va fêter son centenaire.

Il a été conçu initialement comme remplaçant désigné de l’archi mythique Bell UH-1D/H Iroquois et a même réussi à facilement vaincre le très similaire Boeing Vertol YUH-61. Le Sikorsky UH-60 Blackhawk a su démontrer des qualités intrinsèques telles qu’après l’US Army c’est l’US Navy qui a fait appel à lui, ou plutôt à une machine dérivée très proche : le Sikorsky SH-60 Seahawk. Lui aussi a eu pour rôle de remplacer un hélicoptère de légende, le puissant et très impressionnant Sikorsky SH-3 Sea King.
Mais surtout au fil des ans le S-70 a su conquérir les cinq forces armées américaines puisque l’US Air Force le fait voler comme HH-60G Pavehawk de recherches-sauvetages au combat et même désormais comme HH-60W Jolly Green II, l’US Marines Corps comme VH-60N Whitehawk de transport présidentiel, et l’US Coast Guard comme MH-60T Jayhawk de recherches-sauvetages en haute mer.
Ajoutez à cela des versions très spéciales comme l’EH-60A/C Quick Fix II de guerre électronique, le MH-60K/L Blackhawk de soutien aux forces spéciales, le MH-60S Knighthawk de soutien logistique et de recherches-sauvetages en mer, ou encore l’UH-60Q Dustoff Hawk d’évacuation sanitaire. Et il ne s’agit là que des S-70 militaires destinés au marché intérieur américain.

Sous les couleurs de l’US Coast Guard…
… de l’US Air Force…
… de l’US Navy…
… ou encore de l’US Army.

Car pour pouvoir s’enorgueillir d’avoir livré 5000 hélicoptères de série Sikorsky compte aussi sur les machines vendus à des forces aériennes, navales, et terrestres un peu partout dans le monde. En effet comme aux États-Unis cet hélicoptère a su remplacer le Huey, voire le Twin Huey, aux quatre coins du globe. De l’Autriche à la Turquie en passant par le Brésil, Israël, ou encore le Maroc les Blackhawk assurent des missions au quotidien. Forcément le Seahawk a connu moins de clients, mais on en trouve tout de même dans quatorze pays étrangers comme l’Arabie Saoudite, l’Espagne, ou encore Taïwan.
Des licences de production ont été acquis par Mitsubishi au Japon et par TAI en Turquie, PZL Mielec de son côté l’assemble en Pologne hors licence. Ce constructeur est en effet propriété du groupe Lockheed-Martin.

Pour autant penser que la famille Blackhawk-Seahawk est purement militaire serait totalement faux. Des S-70 ont su trouver leur place sur des marchés civils et parapubliques, comme par exemple le Firehawk de lutte anti-incendie. Il est également présent au sein de plusieurs forces de l’ordre, notamment aux États-Unis mais pas uniquement !

Sous la cocarde autrichienne…
… la cocarde brésilienne…
ou encore la cocarde espagnole.

Si aujourd’hui le remplacement des Blackhawk dans l’US Army est en marche, il faut souligner que ce 5000e exemplaire est un UH-60M livré à… l’US Army. Il porte le code tactique 21242. Selon le Pentagone ce modèle d’hélicoptère sera sans doute encore en service dans les forces américaines dans quarante ans. Le Blackhawk frôlera alors les quatre-vingt-dix ans de service sous la cocarde des États-Unis. Pas mal non ?

Photos © Armada Española, Bundesheer, Força Aérea Brasileira, US Air Force, US Army, US Coast Guard, US Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom