Cette unité aura pour mission d’assurer l’appui aérien tactique et l’attaque de précision à partir du porte-avions, mais pas uniquement ! Alors que la première véritable mission opérationnelle de l’USS Gerald R. Ford se profile de plus en plus les qualifications pour servir à son bord s’intensifient. Et c’est désormais l’escadrille VFA-87 Golden Warriors de l’US Navy, avec ses chasseurs embarqués monoplaces Boeing F/A-18E Super Hornet qui s’y colle. Actuellement le bâtiment et ses avions font des ronds dans l’eau de l’Atlantique nord.

Lors des phases d’appontage, et notamment de qualifications les chiens jaunes sont essentiels : ils sont les yeux du porte-avions.

Il y a une semaine ces chasseurs biréacteurs quittaient donc leur nid de NAS Oceana sur la côte est des États-Unis. Un dernier au revoir à leur état de Virginie et direction le pont d’envol de l’USS Gerald R. Ford, le dernier né des porte-avions de l’US Navy. Son plus malchanceux aussi il faut bien le reconnaître. Car ce géant d’acier aurait du réaliser sa première traversée opérationnelle au printemps 2020, finalement reportée en raison de la pandémie de Covid-19. Déjà à ce moment là des vols de qualifications avaient eu lieu, un peu pour rien au final. Le rythme des patrouilles en Atlantique nord étant en effet ce qu’il est son équipage avait laissé passé son tour. Il doit finalement partir dans quelques jours, dans le courant du mois d’avril.

Et cette fois pour beaucoup de marins de l’USS Gerald R. Ford et de personnels, navigants ou non, de la VFA-87 Golden Warriors c’est la bonne. Ça y est ils vont partir prendre l’alerte au service de la défense de leur pays ! Et surtout ce sera dans un contexte un peu particulier : en Ukraine le dictateur russe Vladimir Poutine est entré dans une guerre à la violence sans cesse renouvelée. Un bâtiment comme leur porte-avions pourrait représenter un argument de choc pour montrer la détermination des grandes démocraties occidentales, et donc la pax america. Mais avant cela il faut s’en montrer digne.

De l’importance d’accrocher au premier passage les brins d’arrêts.

Armuriers, mécaniciens, et pilotes doivent donc qualifier la VFA-87 Golden Warriors aux appontages et catapultages sur ce porte-avions nouvelle génération. Qui dit catapultage sur l’USS Gerald R. Ford dit EMALS, une technologie dernier cri qu’il faut savoir apprivoiser pour les hommes et les femmes de l’unité. C’est là le rôle premier de cette phase de qualifications d’une durée d’une semaine. Par chance la mer est calme.
Pour assister cette série de vols le porte-avions embarque également un Northrop-Grumman E-2D Advanced Hawkeye de guet radar embarqué et trois hélicoptères. Il s’agit d’un Sikorsky MH-60R Seahawk de combat maritime et deux MH-60S Knighthawk de recherches-sauvetages en mer et de transports/liaisons. Pour le reste le bâtiment est vide.

Vous remarquerez l’aspect « vide » du pont d’envol de l’USS Gerald R. Ford.

Une fois en mission opérationnelle les F/A-18E Super Hornet de la VFA-87 Golden Warriors pourront délivrer tout ce qui représente l’arsenal air-sol de l’US Navy. Ses deux spécialités sont en effet l’appui aérien tactique des troupes au sol et l’attaque de précision de cibles fortifiées ou fortement défendues. C’est donc une véritable unité de premières frappes.
Du Vietnam aux guerres contre le djihadisme et contre Al-Qaïda la VFA-87 Golden Warriors a été de tous les engagements américains. Les éventuels adversaires ou ennemis des États-Unis sont donc prévenus.

Photos © US Navy

Publicité

3 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom