La Rajavartiolaitos veut en finir avec ses deux Dornier Do 228.

Son nom est quasiment imprononçable pour nous autres francophones mais la Rajavartiolaitos est essentielle à la défense de la Finlande. Administration en charge de surveillance des frontières terrestres et maritimes de ce pays elle aligne actuellement deux bimoteurs Dornier Do 228-212 gréés pour la surveillance côtière. Des avions qu’elle veut désormais remplacer au profit de deux jets d’affaires qu’elle juge plus adaptés à ses nouvelles missions. L’invasion russe de l’Ukraine et le changement de politique étrangère de Helsinki face à Moscou ont grandement accéléré les choses sur ce dossier.

En fait ces deux avions sont sans doute parmi les plus célèbres Dornier Do 228 en service dans le monde. Leur aménagement dédié à la surveillance côtière et aux recherches & sauvetages en mer ainsi que leur livrée haute visibilité tricolore verte orange et blanche les ont rendu hyper reconnaissables. Pourtant ce sont des avions globalement mal connus. Leur fonction première est avant tout d’assurer le respect de la souveraineté finlandaise, face notamment à la Russie. Durant des années ils ont veillé à éviter qu’une trop forte migration humaine n’ait lieu depuis les frontières de la fédération vers la Finlande, reconnu comme un havre de paix et de démocratie par de nombreux Russes.

Sauf que désormais la donne a changé. D’abord ces deux Dornier Do 228-200 ont vieilli, leurs cellules et leur avionique ne sont plus au top de ce qui se fait actuellement. Résultat la Rajavartiolaitos a lancé à l’été dernier le programme MVX par lequel elle a identifié quatorze aéronefs aussi différents que l’Airbus DS C-295, le Beechcraft Super King Air 350, le Bombardier Dash 8, l’Embraer Praetor 600, ou encore le PZL M28 Skytruck. Aucun de ceux-ci n’a été retenu.
Car désormais les trois candidats finaux sont connus, ce sont trois jets d’affaire : le Bombardier Challenger 650 canadien, le Cessna Citation 700 Longitude américain, et le Dassault Aviation Falcon 2000LXS français. Les équipementiers qui devront transformer le vainqueur en avion de surveillance travailleront sous la double maîtrise d’œuvre de L3Harris Technologies et de Sierra Nevada Corporation.
Deux exemplaires doivent être achetés pour un budget global de 163 millions d’euros, très partiellement financé par l’Union Européenne.

Les trois avionneurs ont donc jusqu’à la fin de l’année pour tenter de convaincre la direction de la Rajavartiolaitos que leur avion est le meilleur pour remplacer le Do 228. Comme ce dernier ce sont donc deux exemplaires qui seront commandés. Ils doivent entrer en service aux alentours de la mi-2026.
Objectivement parlant tout semble porter à croire que la compétition va surtout se jouer entre Bombardier et Dassault Aviation le Citation 700 Longitude n’ayant qu’une expérience très limitée en matière de service parapublique.

Photo © Keypublishing.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires
Sondage

"Si la France devait mettre une des personnalités aéronautiques suivantes au Panthéon, laquelle vous semblerait la plus logique ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

CANSA FC.20

S’ils sont aujourd’hui omniprésents sur les champs de bataille, au travers notamment de l’Embraer A-29 Super Tucano brésilien ou du Sukhoi Su-25 Frogfoot soviétique, les

Lire la suite...