En Inde le Dassault Aviation Rafale M entre dans sa dernière ligne droite.

Le contrat final sera signé l’année prochaine mais la victoire de l’avion français est connue depuis cet été. Ce lundi 30 octobre 2023 l’Indian Navy a confirmé avoir lancé avec la Direction Générale de l’Armement les dernières négociations autour de l’acquisition du chasseur embarqué Dassault Aviation Rafale M porté au standard F4. Une LoR, pour Letter of Request, a ainsi été émise autour de vingt-six avions. Pour mémoire l’avion français a vaincu son seul concurrent, le Boeing F/A-18E/F Super Hornet américain dans cette compétition visant à remplacer le Mikoyan MiG-29K Fulcrum-D russe.

C’est le 14 juillet dernier que le premier ministre indien, monsieur Narendra Modi, a officialisé la commande de ces vingt-six avions de combat. Il était l’invité d’honneur des festivités de la fête nationale , présent dans la tribune officielle aux côtés du Président de la République. À ce moment là on savait seulement que le Rafale l’avait emporté sur le Super Hornet ainsi donc que le nombre d’avions commandés.

La Letter of Request permet à l’Indian Navy de poser les bases véritables du contrat. Parmi celles-ci on va retrouver les questions purement industrielles, entre l’avionneur français Dassault Aviation et son homologue indien HAL, les aspects financiers qui eux se jouent d’état à état ainsi que la future définition des Rafale M indiens. Elle implique notamment la panoplie à venir de l’armement de l’avion, l’équipement complet en terme d’avionique, ainsi que le calendrier de livraison des avions.

Rappelons que le programme de vente de ces vingt-six Rafale M se joue selon le modèle économique G2G, c’est à dire de gouvernement à gouvernement. C’est la raison pour laquelle c’est à la DGA et non à Dassault Aviation que la LoR a été notifiée par l’Indian Navy. Pour autant l’avionneur demeure maître d’œuvre de l’avion lui-même, avec ses partenaires industriels de la «Team Rafale». L’objectif de l’aéronavale indienne est de disposer de ses premiers chasseurs biréacteurs embarqués d’ici 36 mois. C’est la raison pour laquelle la signature du contrat demeure annoncée pour le premier trimestre 2024.

Affaire à suivre.

Photo © US Department of Defense.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

16 Responses

  1. Cela semble très très bien engagé, et l’Inde n’a pas de plan B, mais tant que le contrat final n’est pas signé, on ne sait jamais…..
    Après il reste le programme MRFA ou le Rafale est bien placé et le sera encore mieux une foi les Rafales Marine définitivement achetés.

  2. Avec la multiplication des menaces extérieures, l’Inde se met au bon tempo pour s’équiper.
    Quand on se reporte aux délais des contrats MMRCA, ce fut carrément un choix accéléré. Et à priori, plus question de revenir en arrière.
    Le choix de la marine Indienne ne sera pas sans effets sur celui de l’Indian Air Force qui commence à comprendre à quel point se limiter à un chasseur « léger » est un casse-tête.

  3. Ce nouveau contrat rafale est bienvenu car il décrédibilise d’autant plus les avions concurrents russes qui ne se vendent plus, même dans les dictatures « amies » du Kremlin!

    1. Mouais Mika sur ce coup là l’Inde n’est pas vraiment une dictature, c’est plus une démocratie en évolution.

      1. Effectivement Arnaud, ce n’est pas forcément clair mais je dissocie bel et bien l’Inde et les dictatures dans mon commentaire.

  4. Encore un bon coup pour notre Rafale .
    L’occasion rêvée pour ‘rallonger’ le nombre de Rafale M pour notre propre marine .
    Histoire ,déjà , de remplacer les premiers , qui vont dépasser les 20 ans , même s’ils avaient été mis sous cocon, en attendant leur retrofit …
    Je croise les doigts .

  5. Moi j’y crois pas une seule seconde a se marché avec les indiens. Ils ne sont pas fiable et vont tôt ou tard copier nos Rafales et nous entuber. Macron brade notre industrie.

    1. Totalement d’accord avec vous Herve. Je n’ai aucune confiance dans ces indiens qui achètent tantot aux américains tantot à la Russie et des fois à la France et aux anglais. Ils ne sont pas fiable. Vous dites que Macron brade notre industrie c’est pire Macron tue notre industrie de défense en vendant nos Rafales à n’importe qui. L’Inde aurait mieux fait d’acheter des SU33.

      1. Hey, les 2 benêts , rouge et jaune, à part raconter des *********, vous faites quoi de vos jours fériés, vous manifestez devant l’ Élysée et Dassault Aviation !!!!
        Sans exportation de Rafale, pas de Rafale, ou à des prix hors marché et donc moins de commandes pour l’ AAE, pas de développement, pas de recherches pour les futurs avions Dassault, pas d’emplois, ou beaucoup moins, et moins longtemps, pas de recettes fiscales etc….je vous un dessin ! Posez la question aux salariés de chez Dassault, vous allez vous faire bottez le *** !
        L’Inde est le pays le plus peuplé du monde, avec un fort développement, et des capacités humaines, technologiques, et industrielles considérables, c’est le futur géant économique, à l’instar de la Chine aujourd’hui.
        Si vous n’ êtes pas présent sur ce marché de l’industrie aéronautique militaire et civil en fort développement, comme c’est le cas en Chine actuellement pour la partie civile (Airbus/Boieng), ce sont vos concurrents qui en profiteront, et vous serez petit à petit déclassé avec pour conséquence à plus ou moins long terme une baisse de votre Chiffre d’affaires, de vos bénéfices et de vos emplois….!
        Posez la question à Eric TRAPPIER, pdg de Dassault Aviation, il vous dira tout le bien qu’il pense de ce marché indien militaire et civil, et même s’il doit céder du lest sur l’assemblage local…!
        L’important, ce n’est pas l’assemblage, c’est la propriété industrielle, et la capacité d’innovation, afin de garder toujours une longueur d’avance…
        Je vous conseille de changer de site, car manifestement vous n’êtes pas au niveau pour comprendre les enjeux de l’industrie aéronautique…j’en est trouvé un …..giletsjaunes-coordination.fr !!!!
        Amicalement,

        1. Désolé Rafaletiger j’ai été obligé de dégainer les astérisques pour valider ton commentaire dont sur le fond je partage 100% des idées.

  6. C’est une belle victoire de Dassault Aviation et je suis sûre que dans quelques mois on aura une belle surprise avec l’IAF et le programme MMRCA2. Le Rafale est le meilleur avion de combat au monde. Je suis juste déçue, en tant que franco-israélienne, qu’un seul de mes deux pays l’ait choisi. Des Rafales avec l’étoile de David sur les flancs seraient superbes. Il y aurait ainsi une logique dans la région avec l’Egypte qui vole dessus et l’Iraq qui volera bientôt aussi sur ces beaux biréacteurs.

    1. Des Rafale en Israël, cela n’arrivera jamais pour (au moins) 2 raisons :
      – Depuis 1967, la France impose un embargo sur les armes à Israël. Et comme c’est De Gaulle qui l’a décidé, personne n’a jamais osé revenir là-dessus.
      – Israël ne prendra jamais le risque de poignarder les USA dans le dos, car s’ils achetaient du Rafale, c’est comme ça que les USA le prendraient (certainement à raison). A défaut de perdre le soutien américain, ils perdraient assurément une grosse part de leurs subventions pour l’achat d’équipements militaires.

      Ceci dit, dans l’absolu, le Rafale est taillé sur mesure pour les techniques de vol à l’israélienne, tout comme l’était le Mirage III. Je ne doute pas que les pilotes de Heil Ha’avir bavent littéralement devant et rêveraient de pouvoir en faire leur monture.

      Je ne doute pas également qu’ils redouteraient d’avoir à l’affronter. Qui ne le redouterait pas… ?

      1. N’oublions pas cependant qu’il y a eu des accrocs à l’embargo gaullien contre Israël, et comble de l’ironie c’est le plus gaulliste de ses successeurs, Jacques Chirac, qui en fut à l’origine. Il s’agit des ventes des avions légers Socata TB.20 Trinidad et des hélicoptères de sauvetages en mer Eurocopter AS.565 Panther.

        1. Salut ARNAUD et les passionnés,
          A l’inverse, la FRANCE a aussi acheté du matériel aéronautique à lSRAEL ou d’origine israélienne, en l’occurrence des drones MALE HERON TP, ou HARFANG, version francisée, fin des années 2000….et pour quelques centaines de M€, et remplacés 10 ans plus tard par des REAPER
          Amicalement

    2. Israël reçoit chaque année 4 milliards de dollars d’aide militaire direct de la part des États-Unis. C’est évidemment pour se fournir en matériel américain sinon cette aide baisserait considérablement.

  7. Voila une très bonne nouvelle.
    Espérons que notre marine en profite pour commander aussi des Rafales M neufs au standard F4 !

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

DFS Olympia Meise

Dans les années 1930, les prouesses aéronautiques fascinent les foules. Il était donc dans l’air du temps d’inclure le Vol à voile comme discipline de démonstration aux

Lire la suite...