Il y a encore quelques années une telle information aurait fait l’effet d’un gag. À l’issue du voyage officielle au Bangladesh de madame Florence Parly, ministre des armées, il a été clairement indiqué que ce pays asiatique envisageait l’acquisition d’un lot d’une dizaine d’avions de combat Dassault Aviation Rafale. Le biréacteur français permettrait à cette petite force aérienne de faire un véritable bond technologique en avant. Un achat qui s’inscrirait dans une logique bangladaise de modernisation de son aviation militaire.

C’est du dimanche 8 au lundi 9 mars 2020 que la ministre française était au Bangladesh. L’occasion pour elle de rencontrer les plus hauts responsables de ce pays asiatique telle madame Sheikh Hasina, première ministre et ministre de la défense. Madame Parly a pu présenter officiellement une proposition française autour de l’avion de combat. En fait les autorités locales s’intéressent depuis plusieurs mois au Dassault Aviation Rafale.

Il s’agirait pour l’aviation bangladaise de se moderniser en profondeur au travers d’une quinzaine d’exemplaires du chasseur omnirôle français. On parle de douze monoplaces Rafale C et de trois biplaces de transformation opérationnelle Rafale B. Des avions qui permettraient de remplacer efficacement les plus anciens des Chengdu F-7 d’origine chinoise en service depuis une trentaine d’années.
Surtout cette logique de modernisation tous azimuts de la Bangladesh Air Force a début il y a quatre ans avec la livraison des jets d’entraînement avancé et d’appui tactique Yakovlev Yak-130 achetés en Russie. Elle s’est poursuivie avec la vente par le Royaume-Uni de C-130J Super Hercules de seconde main, mais ayant encore un très bon potentiel. Le Rafale serait donc la cerise sur le gâteau.

À l’instar des négociations avec l’Indonésie ces pourparlers qui commencent au Bangladesh démontrent bien que la France n’a pas renoncé à vendre son chasseur omnirôle. Le Rafale a des arguments, il est combat proven, et surtout il est apprécié des pilotes qui volent dessus.
En témoigne le duel tripartite qu’il mène en Finlande.
Une vente d’une quinzaine de Rafale au Bangladesh serait véritablement historique. Ce pays n’a en effet utilisé que peu d’aéronefs français dans son histoire en dehors d’Alouette III et de CM.170 Magister. Son armée possède actuellement deux Dauphin 2.

Photo © Armée de l’Air.

Publicité

13 COMMENTAIRES

  1. Par les temps qui courent ce serait un très intéressant contrat, certes moins profitable qu’une commande portant sur de plus gros volumes, mais très symbolique.
    Ça peut débloquer des perspectives commerciales ailleurs dans la zone.

  2. Eh bien ce serait une excellente nouvelle, sauf si les Américains viennent nous « casser les pattes »comme ils savent si bien le faire.

    Espérons qu’il n’y aura pas d’appel d’offre, car les » pots de vin » américains couleront à flot.

    Croisons les doigts. Ils ne supportent pas la concurrence, même si nos avions valent les leurs. Mais bon, la raison du plus fort………..

  3. Je ne sais pas où en sont les relations entre le Bangladesh et le Pakistan mais il ne faudrait pas que certaines données des Rafales Indiens fuitent.
    Plus ironiquement (il en faut en ce moment), c’est la version marine qui leur faut car au train où vont les choses, avec la montée des eaux, leurs bases aériennes ressembleront plus à des porte-avions.

  4. Reste à espérer qu’ils auront les moyens de se payer un tel avion, avec tout ce qui va avec (maintenance, armement, formation)
    en tout cas si cela se concrétise, pour les pilotes ça va leur faire une sacrée différence de passer d’un « MIg21 made in china » à un Rafale. C’est un bon de 40 ans en avant

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom