La nouvelle est tombée en fin de semaine dernière. Les constructeurs Airbus Helicopters et Korean Aerospace Industries sont tombés d’accord afin que ce dernier assure à partir de l’année prochaine l’assemblage du H155. Cet accord industriel s’articule autour du programme sud-coréen LCH/LAH basé justement sur l’hélicoptère européen. Cette future chaîne d’assemblage doit théoriquement demeuré en fonction au moins jusqu’en 2050.

Actuellement l’Airbus Helicopters H155 est un hélicoptère haut de gamme dont les principales ventes ont lieu en Asie du sud-est, en Europe occidentale, et en Amérique du nord. Surtout c’est un appareil à 80% à vocation d’affaire ou de tourisme, la part défense et parapublique ne représente que 20% environ des productions. Ce qui le différencie nettement des H135 et H145 dont les pénétrations de marchés sont plus équilibrées.

Aujourd’hui pourtant le principal client de cette machine, et pour sans doute encore plusieurs années c’est Korean Aerospace Industries. En effet c’est à partir de ce H155 européen que le constructeur sud-coréen a développé l’hélicoptère militaire polyvalent LAH et sa sous-version civile LCH. Or il ne s’agit pas d’une copie comme on pourrait en rencontrer en Chine mais bien d’un partenariat entre les deux entreprises.

Aussi la décision prise par Airbus Helicopters de transférer d’ici 2021 la chaine d’assemblage des H155 aux usines de Korean Aerospace Industries à Sacheon a quelque chose de finalement assez logique. Dans les années à venir plus de 70% de la production de ce descendant du fameux Dauphin 2 français ira au marché sud-coréen. Il serait dommage que les machines n’y soient pas construites de zéro.
Donc pour le marché civil et parapublique sud-coréen il s’appellera LCH et pour les autres dans le monde il restera le H155. Seuls le pays et le continent d’assemblage changeront.

Jusque là les H155 étaient assemblés dans l’historique usine de Marignane au nord de Marseille. Le déménagement de l’outil de production se fera donc en début d’année prochaine, avec sans doute une production effective à l’été 2021. On aurait pu s’attendre à une farouche opposition des syndicats allemands et français de l’aéronautique mais il n’en a rien été car le programme euro-coréen a été suffisamment bien ficelé pour éviter ce genre de désagrément. En effet en lieu et place du H155 c’est l’ultramoderne H160 et surtout sa future version militaire H160M Guépard qui seront assemblées. De quoi permettre de pérenniser l’emploi industriel dans une région française particulièrement paupérisée depuis plusieurs années.

KAI LAH, un H155 taillé pour le champ de bataille !

Plus que jamais donc Airbus Helicopters conforte ses partenariats internationaux afin d’assurer son futur. Et celui-ci va permettre de garantir un avenir à ce H155 encore trop souvent dans l’ombre du Dauphin 2.

Photos © Korean Aerospace Industries.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Bon si cela ne détruit pas d’emploi à Marignane c’est déjà bien
    Ils vont pouvoir se consacrer entièrement à la fabrication du H 160, dont nos armées ont un besoin urgent et reformer nos vieux Puma et autres .

  2. Si cela répond à un marché bien spécifique pour le transport affaires; pourquoi pas?….
    A cette nouvelle, je m’étais plutôt inquiété mais suivant l’article bien exposé, cela peut être un bien……
    A suivre……..

  3. À la lecture du titre je me suis beaucoup inquiété, d’autant plus que j’habite à Marseille et malheureusement les emplois manquent dans la région. Heureusement ils ne sont pas menacés par cette énième délocalisation. Surtout que dans la région Eurocopter/ Airbus elicopter est emblématique de ce qui se fait de mieux.

  4. Donc en gros on aurais du garder nos ligne de production de peugoet 105 et Citroën traction ? Je bosse sur dauphin donc je suis triste de me dire mais le 155 est fini,il vas être remplacé par le 160 (si sa n avez pas était le cas tout le monde serait entrain de se plaindre qu on est en retard). La Corée en a besoin pour sont marcher domestique donc a acheté la licence et beaucoup d activité de préparation et de support à Marignane (D ailleurs le prototype du LCH est provençale ). si on avait pas accepter qu il produise leur hélico sur place il serait aller voir la concurrence et on aurait rien eux. Pour rappel les indiens on relancé la production d alouette III, pas de réaction indignée ? Étrange.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom