La succession des antédiluviens Mikoyan-Gurevitch MiG-21 Fishbed d’origine soviétique sera bientôt connue en Croatie. C’est dans un peu plus d’une semaine désormais, le vendredi 28 mai 2021, que Zagreb dévoilera son futur avion de combat. Le Dassault Aviation Rafale F3R français affronte le Lockheed-Martin F-16V Viper américain. Au total douze avions sont en jeu dans ce petit pays européen.

Le contrat croate n’a rien à voir avec ceux que Dassault Aviation a pu signer avec l’Égypte, l’Inde, ou encore le Qatar. Il se rapproche bien plus dans sa philosophie de celui qu’Athènes et Paris ont pu négocier. C’est d’ailleurs bien plus depuis Balard que Saint-Cloud que les négociations sont menées avec la Croatie.
Les Dassault Aviation Rafale F3R que la Hrvatsko Ratno Zrakoplovstvo achèterait seraient en effet d’anciens avions de l’Armée de l’Air et de l’Espace. Des machines qui seraient ensuite compensées comme l’ont été ceux vendus à la Grèce.

Pour autant rien n’est encore fait, et Lockheed-Martin ne se laissera pas faire ! L’avionneur américain compte bien placer son F-16V Viper comme remplaçant des vieux MiG-21 Fishbed. Pour cela la diplomatie joue à fond entre Washington et Zagreb. Cela sera t-il suffisant face au Rafale ? L’avenir très proche nous le dira.
En Croatie pourtant les médias, principalement la télé et la presse écrite, vantent déjà largement l’avion français. Bien plus que son concurrent américain. Et les très bonnes relations européennes entre Paris et Zagreb semblent jouer en faveur d’un accord franco-croate si on en croit la presse locale, notamment depuis le déploiement d’éléments français de la Sécurité Civile suite aux deux tremblements de terre de l’an dernier dans le pays.

Dassault Aviation Rafale versus Lockheed-Martin F-16V Viper, même pour un marché de seulement douze avions, le combat s’annonce titanesque. Et l’issu pourrait bien en surprendre plus d’un.
Affaire donc à suivre très bientôt.

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

18 COMMENTAIRES

  1. Dans un monde parfait, c’est la Suisse et la Finlande qui se précipiteraient pour s’assurer d’être servis en premiers.
    OK je sors…

  2. Donc si je résume les futures commandes de Rafales :

    – Indonésie (36) ; très probable
    – Croatie (12) ; probable
    – Suisse (40) ; probable
    – Grèce (6) ; probable
    – Inde (36) ; assez probable
    – Finlande (64) ; peu probable, mais on sait jamais

    … puis il y a tous les contrats potentiels, sur lesquels il y a des rumeurs :

    – EAU (64) ; [ https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/ou-l-on-evoque-a-nouveau-a-paris-une-commande-du-rafale-aux-emirats-arabes-unis-868259.html ]
    – Inde ; outre le contrat, assez probable, de 36 Rafales + 6 MRTT + 100 Panthers évoqué en janvier 2021, il y a toujours le contrat potentiel pour 110 avions pour leur Armée de l’air, dans le cadre du MMRCA 2.0 et le contrat potentiel pour 58 avions pour leur Marine.
    – Egypte ; quand arrivera le F4 (entre 18 et 46) [ https://breakingdefense.com/2021/05/egyptian-deal-for-rafale-fighters-boosts-data-sharing/ ]
    – Irak ; peu probable, du moins pas tout de suite
    – Ukraine ; très peu probable

    Ceci dit, si c’est plutôt une bonne nouvelle pour Dassault (à condition que certains contrats aboutissent), c’est assez préoccupant quant à l’état du monde et de la paix dans le monde et révélateur des tensions qui y naissent.

    • Méfiance, d’après google translate, le sous-titre de l’article c’est: « Si le contrat était signé cette année, la France livrerait les six premiers avions en 2024  »
      et dans le corps de l’article, première phrase: « Le gouvernement croate a décidé d’acheter 12 avions de combat français F3R Rafale d’occasion, a appris officieusement Jutarnji list de sources bien informées. »

  3. Il n’y a pas que les entreprises concernées par le Rafale qui risqueraient d’être débordées de travail, il y a aussi Gaëtan qui va devoir nous concocter les affiches correspondantes 🙂

  4. Maintenant il va y avoir trop de commandes ! Comment Dassault et les autres fournisseurs vont-ils pouvoir fabriquer autant d’avions dans des délais raisonnables, tout en livrant la France ?

    • Ne vous inquiétez pas, les dirigeants des entreprises concernées, Dassault en premier sauront comment gérer cela, le plus dur c’est d’avoir les commandes

      • En effet, une deuxième ligne d’assemblage peut et va sans doute enfin être déployée, qui permettra à l’armée française d’être dotée sans trop de retard… En tout cas pas d’inquiétude au niveau industriel, Dassault est assurément d’attaque !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom