La manœuvre a été réalisée ce jeudi 5 août 2021 dans le cadre de l’exercice de guerre de haute intensité Northern Strike 21. L’US Air Force avait privatisé un tronçon de l’autoroute M32 dans l’état du Michigan afin de faire s’y poser un avion d’attaque Fairchild-Republic A-10 Thunderbolt II. C’était une grande première pour les femmes et les hommes du 127th Wing de l’Air National Guard. Dans le même temps un avion de soutien aux opérations spéciales Dornier C-146 Wolfhound s’y est aussi prêté.

Avion d’attaque en approche finale.

Ce dernier n’appartenait évidemment pas à l’Air National Guard du Michigan mais à l’US Special Operations Command qui le met en œuvre dans des missions souvent clandestines aux quatre coins du globe. Faire atterrir et redécoller un tel avion bimoteur à turbopropulseurs d’une autoroute a donc du sens.
Par contre quand on parle de l’aéronef d’attaque au sol numéro 1 de l’US Air Force on n’est plus surpris.

D’ailleurs les personnels du 127th Wing de l’Air National Guard du Michigan qui le mettent en œuvre étaient présents en nombre sur les bas-côtés de l’autoroute M32, à hauteur de la petite ville d’Alpena dans le nord-est de l’état. Le biréacteur Fairchild-Republic A-10C Thunderbolt II, Warthog pour les intimes, était suivi en temps réel. Dès son décollage de Selfridge ANGB, un peu plus au sud, l’avion n’était plus quitté des yeux. Radaristes et personnels au sol ont retenu leur souffle quand le puissant avion d’arme est descendu vers l’autoroute.
Dans son cockpit pour le pilote aussi c’était un évènement.

Et celui-ci s’est posé comme une fleur, comme s’il avait fait ça toute sa vie. Il a même fait faire un demi-tour à son Warthog sur la chaussée de la M32, sans assistance. Puis il a redécollé. L’exercice était une franche réussite, la manœuvre n’ayant pris que quelques minutes.

La bête sur l’autoroute.

S’inscrivant dans le vaste exercice Northern Strike 21 cette manœuvre d’atterrissage et de décollage doit permettre de valider l’emploi du Thunderbolt II dans le cadre d’une guerre de haut intensité contre un ennemi puissamment armé. Pékin ? Non Moscou ! En effet l’utilisation de routes et d’autoroute est communément acquis par les Estoniens, fréquemment sous la menace des forces russes. Pour autant il ne s’agit que d’un exercice, pas du tout des prémices d’une intervention contre ce pays.

Photos © US Air Force.

Publicité

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom