Ironiquement cet hélicoptère demeure sur le devant de la scène alors même que les deux pays à l’origine de sa conception l’ont retiré du service : la France et le Royaume-Uni. Ce mercredi 1er septembre 2021 marquait le quarantième anniversaire de l’entrée en service des premiers Westland Lynx Mk-88 au sein du Marineflieger. Depuis leur modernisation intervenue entre la fin des années 1990 et le début des années 2000 ces machines sont appelées Super Lynx Mk-88A. Ils vont assurer les missions anti-sous-marines embarquées pour encore une demi-décennie environ.

Une formation peu commune pour un anniversaire symbolique.

Quand le mardi 1er septembre 1981 le Marineflieger fait entrer en service ses premiers Westland Lynx Mk-88 l’hélicoptère est alors le nec plus ultra des machines de combat naval produites au sein des forces de l’OTAN. Marine Nationale et Royal Navy l’embarquent d’ailleurs à bord de leurs frégates et destroyers respectifs. Surtout ces biturbines apportent alors ce qui manquait cruellement à la marine ouest-allemande : une véritable capacité à traquer et éventuellement à couler les submersibles soviétiques. C’est désormais chose faite.

En quatre décennie pourtant les Lynx Mk-88, et leurs descendants Super Lynx Mk-88A, vont savoir se rendre très polyvalents. En plus de la guerre anti-sous-marine ces hélicoptères de facture britannique s’adaptent aux missions de recherches et de sauvetages en mer, principalement en zone côtière. Pour le sauvetage hauturier le Marineflieger fait alors appel à ses puissants Westland Sea King Mk-41.

Si la menace soviétique a disparu les besoins en hélicoptères de combat maritime sont toujours bien là au début des années 1990 pour une Allemagne désormais réunifiée. Et le pays compte bien existé sur la scène internationale, même si c’est de manière timide. Il n’est alors pas rare de voir les Lynx Mk-88 allemands opérer aux côtés de machines belges, britanniques, ou françaises. L’émergence du terrorisme islamiste planétaire au début des années 2000 et son corolaire de piraterie maritime vont donner un second souffle à ces hélicoptères devenus Super Lynx Mk-88A grâce à une avionique revue et corrigée et à un armement adapté. Traquer les pirates et djihadistes qui rançonnent les navires de commerce va devenir la spécialité des équipages d’hélicoptères du Marineflieger.

Si le Lynx n’est pas forcément le plus bel hélicoptère de tous les temps il est un des plus facilement reconnaissable au premier coup d’œil.

Pourtant en cette fin des années 2010 la décision est prise : en 2025 les premiers Westland Super Lynx Mk-88A partiront à la retraite au profit des NHIndustries NH-90NFH Caïman au très spécifique standard Sea Tiger. Ce dernier dérive directement du Sea Lion conçu par Airbus Helicopters à la demande expresse du Marineflieger.
À n’en pas douter le Super Lynx Mk-88A restera alors dans les mémoires de celles et ceux qui ont volé dessus. D’ici aux quatre prochaines années les plus britanniques des hélicoptères militaires allemands vont continuer de besogner, aussi bien en Mer Baltique, qu’en Mer du Nord, ou partout ailleurs sur le globe : c’est à dire là où l’Allemagne aura besoin d’eux.

Photos © Bundeswehr

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom