C’est un rapport très important, en date du 3 novembre 2021 qui est à l’origine de cet article. Les parlementaires américains ont entériné les crédits alloués à l’avion de combat Boeing F-15EX Eagle II. Trouvant ça et là des possibilités d’économies celui-ci se révèle moindre que celui proposé sous l’administration fédérale de Donald Trump. Le Congrès confirme que l’avion assurera les principaux rôles de défense aérienne aux côtés des Lockheed-Martin F-22A Raptor actuellement en dotation.

L’exercice fiscal 2021 engage la somme d’un milliard 230 millions de dollars pour l’acquisition de douze premiers F-15EX Advanced Eagle. C’est économie de trente-six millions vis-à-vis de ce que prévoyait au départ la précédente administration américaine. Au Congrès et au Pentagone on parle désormais d’un «ajustement des coûts unitaires».

Le rapport parlementaire américain valide par contre l’intégralité des demandes de l’avionneur Boeing, allant même jusqu’à décréter que le nouveau F-15EX Advanced Eagle possède environ 70% de pièces et d’équipements communs avec les McDonnell-Douglas F-15C/D Eagle et F-15E Strike Eagle. Le Congrès en profite pour accepter la demande de l’US Air Force de débaptiser l’avion : le nom d’Advanced Eagle est donc officiellement rejeté par l’administration fédérale des États-Unis au profit de celui d’Eagle II. Dans les faits il était déjà usité depuis plusieurs mois.

Le rapport aborde également les récents tests et emploies grandeur nature de l’avion, notamment en Alaska au printemps dernier. Il insiste sur le fait que le nouveau chasseur de Boeing répond parfaitement aux exigences de l’US Air Force. Pour autant la phase d’essais va se poursuivre dans le courant de l’année prochaine.
L’objectif initial de 144 exemplaires est toujours d’actualité, les parlementaires américains ne fermant pas la porte à d’éventuelles futures commandes ultérieures. Bien entendu la majorité de ces informations étaient connues mais elles ont le mérite d’avoir désormais été officialisées par le pouvoir exécutif américain.

Vous l’aurez compris sans doute le programme F-15EX Eagle II est désormais sur les bons rails, l’administration Biden ayant confirmé qu’il ne s’agissait pas d’un caprice de l’administration Trump. L’Eagle II est devenu une nécessité absolue pour la défense aérienne des États-Unis, hors les zones sous contrôle des F-22A Raptor. Les ennemis de l’Amérique sont prévenus, un nouveau shérif va bientôt arriver en ville…
Pour mémoire ce nouvel avion intéresse déjà l’état hébreu, toujours friand de nouveaux joujoux made-in USA.

Photo © US Air Force

NDLR : Cet article est le premier que nous vous présentons depuis le samedi 31 octobre 2021 en soirée. Ceci est indépendant de notre volonté et fait suite à un acte de malveillance ayant entraîné un désagrément technique auprès d’un membre de l’équipe rédactionnelle. Le rythme habituel de proposition des articles, photos de la semaine, et fiches devrait revenir d’ici le milieu de la semaine prochaine.
Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gène occasionnée. Rassurez-vous, encore quelques jours et le site reviendra à la normale.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Je considère ce choix comme un pavé dans la mare des programmes d’avions de combat occidentaux : le F15 à été l’étalon de la puissance militaire aérienne et avec cette refonte, cet appareil revient dans le coup.
    .
    Ce qui jette un éclairage différent sur la furtivité, la nécessité de faire des.cellules entièrement nouvelles dans des programmes hors de prix.
    .
    Mais cela ne fait qu’augmenter le débat.entre les grandes tendances qui prévalent actuellement entre les appareils spécialisés et les multirôles, les furtifs et les systèmes de CME, les chasseurs lourds et légers… Même.en 202X, le Graal s’est rapproché, mais reste hors d’atteinte.

    • Le F-15EX sera là pour donner de la masse à l’USAF. Un chasseur de supériorité aérienne mais de seconde ligne. En première ligne ce sera toujours le F-22 puis le NGAD pour la suprématie aérienne et le F-35 mais ce dernier plus pour le côté multirôle. Sans oublier le F-16 pour les missions de défense intérieure et les missions ne nécessitant pas d’avions lourd ou ultra sophistiqués.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom