La décision a été officialisée ce dimanche 2 janvier 2022 par le Pentagone. Durant une bonne partie de l’année les services de l’US Air Force seront axés autour des commémorations du 75e anniversaire de sa fondation, le 18 septembre 1947. L’occasion également pour elle de montrer au monde entier qu’elle demeure la première force aérienne au monde malgré quelques déboires récents sur des avions et hélicoptères n’ayant pas forcément donné pleine satisfaction. Un anniversaire placé aussi sous le signe d’une riche histoire militaire.

Pour mémoire avant ce fameux 18 septembre 1947 l’US Air Force s’appelait l’US Army Air Force. C’est notamment le nom qu’elle portait durant la Seconde Guerre mondiale, en fait à partir de mars 1942. Cela signifiait surtout qu’elle n’était pas indépendante et qu’elle relevait du commandement de l’US Army, donc de généraux issus pour la plus part de l’artillerie, de la cavalerie, et du génie. Pas vraiment des aviateurs. S’inspirant de ce qui s’était fait au Royaume-Uni en 1918 ou encore en France en 1934 l’aviation américaine s’était séparée de l’armée pour devenir une arme à elle toute seule. L’US Air Force était née.

Elle est très rapidement montée en puissance, la guerre froide contre l’Union Soviétique l’y aidant bien. Son célèbre Strategic Air Command en charge des bombardiers lourds à long rayon d’action devint très vite le symbole d’une force capable à elle toute seule de réduire à néant presque toute l’humanité. Par ailleurs son Military Airlift Command démontra que sans pont aérien il était désormais impossible de mener la moindre opération aéroporté d’ampleur loin de chez soi. Les guerres de Corée et du Vietnam démontrèrent également toute sa puissance mais aussi son incapacité flagrante à se passer des autres composantes militaires américaines. En sommes si une guerre se gagne par la maîtrise du ciel elle se mène aussi avec des troupes au sol, des navires sur les eaux, et une diplomatie en arrière-plan.

L’US Air Force a aussi su depuis 75 ans être à la pointe de la technologie au travers des premiers chasseurs bisoniques comme le Convair F-102 Delta Dagger ou le Lockheed F-104 Starfighter, les premiers bombardiers stratégiques à l’image du Boeing B-47 Stratojet, ou encore l’émergence d’un transport aérien longue distance grâce aux Boeing C-135 Stratolifter ou encore Lockheed C-5 Galaxy. Ce dernier est d’ailleurs toujours en dotation dans ses rangs ! Elle a accompagné également des révolutions technologiques comme l’avion furtif Lockheed F-117 Nighthawk, premier système d’arme intégrant dès le début des années 1980 une dégradation de la signature radar et donc une discrétion accrue et avérée. Et ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d’autres.

Pourtant depuis quelques années l’US Air Force souffre. Elle connait, comme en fait une bonne partie de la défense américaine, une crise dans le recrutement de ses personnels volants. La carrière militaire, et notamment celle liée au ciel, ne font plus rêver même dans la très manichéenne Amérique. Les jeunes diplômés préfèrent le secteur privé, plus rémunérateur. Les passionnés d’aviation s’orientent vers le civil. En cause notamment des dysfonctionnements grandissants dans les protocoles de conception d’aéronefs.
Les déboires et lenteurs dans le programme du Lockheed-Martin F-35A Lightning II ne sont que la partie émergée de l’iceberg. La plus part des programmes contemporains sont concernés. On pense notamment au ravitailleur en vol Boeing KC-46A Pegasus et ses nombreuses failles. Et en ce 75e anniversaire les principaux sont l’avion d’entraînement avancé Boeing / Saab T-7A Red Hawk, le bombardier stratégique Northrop-Grumman B-21A Raider, le chasseur de supériorité aérienne Boeing F-15EX Eagle II, ou encore l’hélicoptère multi-rôle Boeing / Leonardo MH-139 Grey Wolf. Ils sont tous les quatre à des degrés divers de développement.

En ce 75e anniversaire l’US Air Force aligne encore des avions et hélicoptères d’ancienne génération, d’une conception passablement dépassés mais pour lesquels le remplacement est lent… quand il a été engagé. On pense évidemment aux ravitailleurs en vol Boeing KC-135R Stratotanker, aux bombardiers stratégiques Boeing B-52H Stratofortress, ou aux hélicoptères d’entraînement Bell TH-1H Iroquois. Dans l’US Air Force les papys font de la résistance.

Vous l’aurez compris c’est une US Air Force en pleine mutation qui entre dans une année 2022 éminemment symbolique. Un anniversaire qui sera célébré comme il se doit en Amérique : en grandes pompes.
Affaire donc à suivre.

Photo © US Air Force

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom