L’année 2021 vient de se terminer, et elle aura été exceptionnelle dans l’aéronautique de défense malgré une ambiance sinistre marquée par le Covid-19. Celle que l’on peut désormais qualifier d’année dernière aura vu de nombreux contrats d’exports signés, dont certains ont défrayer la chronique. Surtout ces marchés ont confirmé l’hégémonie grandissante de deux avions de combat aujourd’hui dans le monde : le Lockheed-Martin F-35A Lightning II américain et son challenger français le Dassault Aviation Rafale. Par contre l’avionneur russe Sukhoi semble de plus en plus boire la tasse à l’export.

Alors qu’au Canada l’annonce officielle n’est toujours pas tombée le chasseur furtif de 5e génération conçu par Lockheed-Martin est plus que jamais l’avion vedette, et pas uniquement dans les salons aéronautiques. Celui qui reste l’objet de moqueries et de violences verbales numéro 1 des haters se définit de plus en plus comme le mètre étalon de cette première moitié de 21e siècle. Un redoutable chasseur de pénétration et d’appui tactique rapproché qui dispose également d’une capacité certaine pour la défense aérienne.
L’année 2021 l’a vu l’emporter dans deux pays européens majeurs : tout d’abord la Suisse puis plus récemment la Finlande. Dans les deux cas il a su déjouer les pronostics.
En outre Israël cherche à acquérir plus de F-35I Adir pendant que de nouveaux clients potentiels se font jour. La Grèce notamment a fait savoir qu’elle s’y intéressait mais aussi e mois dernier la République Tchèque ou encore la Thaïlande. Dans le cas de cette dernière l’information est tombée officiellement ce vendredi 31 décembre 2021 !

Le Lockheed-Martin F-35A Lightning II pourrait donc être le chasseur de l’année 2021. Malheureusement pour lui il y a un hic, une sorte de poil à gratter, un cailloux dans la chaussure, le sparadrap du Capitaine Haddock : le Dassault Aviation Rafale. L’avion français résiste, et même de la plus belle des manières. Il emporte des contrats, y compris auprès de pays n’utilisant jusque là pas d’avion français.

Pour lui l’année 2021 a d’ailleurs plutôt bien débuté puisqu’en janvier Athènes et Paris signait le contrat pour la vente de dix-huit machines dont douze d’occasion. Quelques mois plus tard, en septembre, la Grèce signait un contrat pour six avions neufs supplémentaires. L’expérience de l’utilisation opérationnelle du Rafale avait parlé. Un «presque voisin» de la Grèce a lui aussi l’an dernier fait le choix de l’avion français : la Croatie ! Cette petite république ex-yougoslave utilisait jusque là des chasseurs de facture soviétique.
La fin de l’année a été marquée par le plus beau contrat de l’histoire du Rafale : les Émirats Arabes Unis et leurs quatre-vingts chasseurs achetés d’un seul coup. Le chasseur français s’y est même payé le luxe de damer le pion au chasseur américain. La classe !!!
Tout comme le F-35A Lightning II le Rafale a enregistré des intentions d’achats en 2021, de la part de l’Indonésie mais aussi de la Serbie. Et fait surprenant dans les deux cas le chasseur français n’affronte nullement son concurrent habituel américain.

S’il est officiellement encore en lice au Canada face au Lockheed-Martin F-35A Lightning II et qu’il débute tout juste sa carrière au Brésil le SAAB JAS 39 Gripen n’est assurément plus l’avion à la mode qu’il était il y a encore quelques années. Preuve en est : il a perdu la face aux Philippines contre la dernière évolution du fameux General Dynamics F-16 Fighting Falcon, le F-16V Viper développé par Lockheed-Martin.
Alors qu’il a fait son apparition au sein des prestigieux Blue Angels le Boeing F/A-18E/F Super Hornet semble lui aussi en panne niveau contrats à l’étranger.
La situation est sensiblement moins catastrophique pour l’avion européen EF-2000 Typhoon conçu par le consortium Eurofighter. Il intéresse officiellement la Grèce (oui oui encore elle !) et vient tout juste d’être commandé en série par l’Espagne dans une commande non prévue à l’origine. Ça sauve les meubles.
En Russie le chasseur de supériorité aérienne Sukhoi Su-35 Flanker-E peine à se vendre. L’année 2021 a mal débuté quand une vente vers l’Algérie a été bloqué, faute de solvabilité du pays client. Elle a même vu une défaite risquant de faire perdre à son pays un marché juteux : l’Indonésie. Heureusement que par le passé il se vendit en Chine et en Égypte.

Malgré tout ces quatre avions ne peuvent pas être considérés comme le flop de l’année 2021. Cette triste palme revient au chasseur russe de 5e génération Sukhoi Su-57 Felon. L’an dernier il n’a toujours pas débloqué son compteur à l’export, au point que certains experts internationaux s’inquiètent réellement de son avenir à court ou moyen terme.
Il était pourtant donné vainqueur en Algérie, en Égypte, ou encore au Vietnam.
Et l’avion n’est toujours pas opérationnel en Russie.

Deux avions sont venus jouer les trouble-fêtes dans ce petit monde, l’un depuis les États-Unis et le second de Russie. Il s’agit respectivement du Boeing F-15EX Eagle II et du Sukhoi Su-75 Checkmate. Si le premier existe physiquement le second ne semble demeurer actuellement encore qu’à l’état de mock-up, c’est à dire de maquette grandeur nature. Ils pourraient tout deux prochainement changer le donne internationale.

2021 aura donc vu les F-35A Lightning II et Rafale ex-æquo tout en haut du tableau et le Su-57 Felon tout seul tout en bas. Gageons que l’année 2022 saura nous réserver quelques surprises.

Photo © Armée de l’Air et de l’Espace.

Publicité

13 COMMENTAIRES

  1. Pour ma part, le.décollage tardif des ventes du Rafale ne sont pas surprenants: les acquéreurs de Mirage 2000 ne se sont pressés non plus avant remise à niveau incarnée par le version -9/ -5.
    Ensuite le Rafale s’appuie sur sa robe capacité multi-mission. Des choses sur lequel le F35 doit affronter sa sophistication extrême.
    Sans mentir ni grossir le trait, les clients Rafales signent pour être livrés sous cinq ans quand les clients du F35 ont un délai plus long, comme le prouve la Suisse.
    .
    Concernant les avions Russes, de multiples lots ont été cédé lors de l’explosion de l’URSS, et leur exploitation montre que même.peu onéreux à l’achats, leur performances se conservent au prix fort.
    Et que de.fait, un avion comme le F16 MLU fait.le.travail.pour moins cher à l’usage.
    Donc à part l’Inde et la Chine, les pays historiquement clients de la Russie soit attendent, soit veulent se détourner des armes utilisées par le rival Chinois.

  2. Le su57 ne pourra se vendre que quand il sera déployé de manière significative en Russie et donc mis au point correctement. Ce n’est donc pas pour tout de suite.

    • Oui, exactement, d’autant plus que la Russie ne peut plus compter sur la force diplomatique de l’époque soviétique et que la Chine a presque rattrapé la Russie en ce qui concerne les moteurs (et Safran/(CFM international) s’apprête à leur transférer de la techno dans le domaine, qu’es-ce qu’on est c*ns en France) et qu’elle a dépassé la Russie dans tout les autres domaines de l’aéronautique militaire.

  3. Le PB des Russes sera le notre assez rapidement si on ne fait rien. L’essort démographique de l’Asie rend caduc les perspectives de projection de force de la France dans cette zone a court terme et la course aux armements devrait permettre l’émergence de concurrents aéronautiques Indiens, Chinois, Japonnais, Coréen, voir Pakistanais qui entraveraient considérablement nos perspectives d’exportation. Par ailleurs, il est possible que dans 10 ans, nos débouchés naturels (Qatar, EAU) soient moins disposés à nous acheter de l’équipement et que leur ressources naturelles (pétrole) soient moins demandées ou se tarissent. Quant à l’Égypte, ils contrôlent une voie navigable qui nous intéresse et intéressent aussi les marchands de Chine ou d’Inde. Quelle sera leur position à terme, bien malin qui pourrait le prédire. Il est fort possible que notre attractivité baisse tandis que celle de l’Asie augmente, les poussant vers d’autres considérations d’achat.
    Le Rafale est un pinacle que nous avons peu de chance de reproduire, vu l’écart de moyens alloués à la défense en Asie et en Europe. Pas le moment de perdre du temps. Si l’intégration européenne se fait, très bien.
    Par contre, le jour ou la tectonique des plaque bougera entre des mastodontes comme l’Inde, la Chine, une UE intégrée ou la Russie, il ne fera pas bon vivre sur terre.

    • c’est pour ça qu’il faudrait augmenter notre budget défense pour rester compétitif face aux voisins asiatiques, et voir, développer plusieurs avions a la fois, par exemple, on développe le SCAF au niveau européens, et on développe notre propre chasseur furtif, puisque, le programme SCAF a peu de chance d’aboutir, vu que ce programme enlèverais une part de marché au F35A, Ça serait donc dans l’intérêt américains de torpiller ce programme d’où la nécessité de développer notre propre chasseur furtif, puisque les USA et la France le savent très bien, on ne va pas acquérir de F35 A.

      • Et donc si vous augmentez le budget de la défense Etienne vous allez baisser lequel ou lesquels ? L’industrie, la sécurité intérieure, les affaires étrangères, la culture, l’éducation nationale, la santé, l’action sociale, ou peut être la jeunesse et les sports ? Je serais curieux de connaitre votre point de vue.

        • augmenter les recette de l’état, plus d’impot aux personnes ayants de grands revenus, aux riches etc… si les anglais sont capable de mettre leurs budget de la defense a 50 milliards de dollars, je ne vois pas en quoi ca serait impossible en france. et si il n’y a pas de solution, il y a + de 160 généraux en gendarmerie. c’est déjàa trop, non seulement, par leurs salaires exorbitants, mais sutout, plus des trois quarts sont payé a rien faire, ou a rester devants un bureau, qui n’ont jamais mis les pieds réellement sur le terrain, ils viennent des hautes école. il faudrait déjà les licencié, comme ca, on aurait, certes, peu considérable, mais moins de perte d’argent en salaire pour des « pots de fleur », excusez mon expressions. 160 généraux en gendarmerie, ya forcément des pots de fleur.

        • dans le monde actuels, toutes les grandes puissances se réarment a ciel ouvert. je vais caricaturer, mais on est a peu pres comme dans les année 30, on croit qu’il n’y aura pas de guerre, que il y aura la paix, que (en 1930, ct l’allemagne) les totalitarisme d’aujourd’hui ne se réarme pas. or, c’est faux, toutes les puissances asiatique se réarment, les pays baltes achtèent du matériels militaire de plus en plus fréquemment n’est-il point un signe? ne faisons pas les meme erreurs qu’en 1930

  4. Tant mieux si le rafale s’est vendu, ça fait marché l’industrie française. La f35 lui c’est pas une surprise, les usa l’impose a ses « partenaires » malgré son prix exorbitant et ses défauts (encore récemment une flotte clouée a terre suite à accident sur les f35 coréen).
    Les sukhoi à la peine? L’influence russe en baisse donc.

    • L’interdiction de vol en Corée du sud résulte d’une procédure de sécurité afin de comprendre le pourquoi du comment de l’accident. Le même type de procédure existe au sein de la plus part des forces aériennes sérieuses dans le monde.

  5. Je trouve dommage que cet article ne prenne pas en compte lA donnée principale contextuelle liée à la vente et aux contrats d’entretien de chasseurs modernes : la géopolitique, Le pays vendeur n’est pas juste la pour vendre, c’est SURTOUT la promesse d’un partenariat d’entretien et de défense à long terme. Quand quelqu’un achéte du F35, il n’achète pas un chasseur mal né; non-terminé, qui à une réputation exécrable et de très nombreux problèmes de conceptions ( ce n’est pas moi qui le dit, c’est un consensus commun d’experts ), il achète une protection américaine. Au final, en terme de géopolitique, même si le Rafale à in fine une meilleure réputation, la France ne peut jouer que quand les US lui laisse la main, ou dans des pays ou ils se refusent à vendre ( moyen orient…).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom