Le fait de ne vous proposer un article sur cette catastrophe aérienne presque 24 heures après qu’elle ait eu lieu est un choix éditorial mûrement réfléchi. Ce lundi 21 mars 2022 un biréacteur commercial monocouloir Boeing 737-800 appartenant à la compagnie aérienne China Eastern Yunnan Airlines s’est écrasé contre un flanc de montagne. On est désormais sûrs que l’avion de ligne a perdu environ 29000 pieds en une minute et demi. Il n’y a aucun survivant parmi les 132 passagers et membres d’équipage, tous de nationalité chinoise.

Factuellement on sait que le Boeing 737-800 immatriculé en Chine comme B-1791 avait décollé de l’aéroport international de Kunming-Changshui dans le sud du pays à 13 heures 15, en heure locale. Neuf membres d’équipage accompagnaient les 123 passagers de l’avion. Il s’agissait d’un vol domestique régulier vers l’aéroport international de Canton-Baiyun dans le sud-est chinois. À 14 heures 22 exactement le contrôle aérien a perdu tout contact radar avec l’avion. Le vol MU5735 venait de percuté une zone boisée d’une montagne du xian de Teng. Des caméras de vidéosurveillance installées à proximité ont même filmé le crash, les images ayant été récupérées par les autorités locales.

On en sait désormais un peu plus sur le déroulé du drame. À 14 heures 20, heure locale, le Boeing 737-800 a brusquement quitté sa trajectoire initiale en piquant du nez. En une centaine de secondes, sans doute interminables pour l’équipage et les passagers, l’avion est passé de 29100 pieds à 3225 pieds, soit de 8900 mètres à 983 mètres. Et c’est là que le drame s’est produit : il s’est encastré dans la montagne. L’avion a été littéralement pulvérisé à l’impact ayant encore plus de la moitié de ses réservoirs de carburant remplis.
Le choc n’a laissé aucune chance aux passagers et membres d’équipage.

Une vaste opération de sauvetage comme les Chinois savent si bien les organiser a été mise sur pied avec 450 militaires et pompiers. À eux d’essayer de retrouver les restes humains des victimes, leurs effets personnels, mais surtout et de manière beaucoup plus pragmatique les deux boites noires de l’avion. C’est leur analyse qui permettra d’en savoir sans doute beaucoup plus sur cette catastrophe aérienne.

Dans les premières heures après le drame les médias du monde entier se sont déchaînées en approximations et en raccourcis totalement stupides. Beaucoup de zones d’ombres restaient à éclaircir, c’est pourquoi nous n’avons pas voulu communiquer dessus immédiatement. Il nous fallait d’abord avoir la certitude de l’origine accidentelle de l’écrasement de l’avion de ligne. C’est à 20 heures 30, heure locale, que les autorités de Pékin ont conclu exclure toute origine terroriste au crash et privilégier la thèse de l’accident.
Reste à savoir son origine exacte : incident électronique/mécanique, erreur humaine, problème météorologique, péril aviaire ? Ou une combinaison de plusieurs de ces causes ?Là encore l’examen des boites noires pourra en dire bien plus.

Sur l’avion en lui-même là encore les médias généralistes du monde entier ont été en dessous de tout. Bien que la compagnie aérienne China Eastern Yunnan Airlines ait indiqué immédiatement qu’il s’agissait d’un 737-800 de nombreux journalistes, y compris en France, n’ont pu s’empêcher de parler de 737 Max ! Ce sont pourtant deux types d’avions à l’avionique très différentes. C’est le genre de commentaire parasite qui ne sert nullement la cause de l’information.
Factuellement là encore l’avion a été produit assez récemment, puisque sorti d’usine le 5 juin 2015 et livré vingt jours plus tard. Sans être un avion neuf c’était donc une machine de facture récente.

C’est le drame aérien le plus grave en Chine depuis plus de dix ans. Il faut remonter au 24 août 2010 et à l’atterrissage raté d’un Embraer E190 de la compagnie Henan Airlines pour trouver un telle catastrophe. À l’époque 44 des 96 passagers et membres d’équipage avaient péri dans l’accident imputé à une météorologie calamiteuse.
Le choc psychologique est énorme en Chine suite au drame du vol MU5735.

Photo © Keypublishing

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. Bien triste nouvelle. Cet accident rappelle celui de l’A320 de la Germanwings : descente rapide puis impact sur une montagne.
    Bon courage aux services de secours et aux familles

  2. Bonjour,
    Dans les contributions « d’un grand journal du soir », plusieurs lecteurs ont aussi tout mélangé. Voué le constructeur aux gémonies. Sans oublier ceux qui connaissent déjà les causes. Nous avons été plusieurs à répondre pour remettre un peu de sérieux et demander beaucoup de patience avant d’avoir les résultats du BEA local. Pas certain que cela ait convaincu les lecteurs pressés de tout savoir tout de suite. Ce journal n’a plus les lecteurs qu’il avait; encore qu’il avait d’autres défauts.

    Bonne journée

  3. Enfin du vrai journalisme . Vous préférez la justesse de l’info au sensationel Bravo. C’est ce qui me plait beaucoup sur votre site que je suis depuis plusieurs années.. Continuez avec vos articles de grandes qualités.
    Bonne journée

  4. J’ai entendu hier matin Pascal Praud sur C News parler d’un 737 Max 800 et dire que Boeing allait interdire de vols tous les 737 Max après cet accident. J’étais effaré. Comment un type qui se prétend journaliste peut balancer autant de nullités à la seconde. Qu’il se renseigne ça lui évitera de passer encore une fois pour un vieux débile.
    Les journalistes de ce blog connaissent eux leur sujet et nous posent l’information de manière claire et concise.

  5. Bonsoir,
    J’ai quelques questions:
    est on sur qu’il n’y a que des citoyens chinois?
    As t on déjà retrouvé les « boites noires?
    Cet accident me faire tristement penser à l’accident de germanwing et du vol egyptair.
    Dans les deux cas un des deux pilotes a délibérémént craché son avion au sol.
    Je crois qu’il y a eu un cas aussi en asie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom