L’information a été révélée ce jeudi 28 avril 2022 par madame Katherine Warden, responsable du programme de développement du futur bombardier stratégique de l’US Air Force chez Northrop-Grumman. L’avionneur américain a reçu pour instruction de faire littéralement chevaucher les phases de développement pur et d’usinage des premiers avions afin de livrer le B-21A Raider dans les meilleurs délais. On ne peut voir là qu’une réponse du Pentagone aux profonds bouleversements géostratégiques qui s’opèrent aussi bien en Europe orientale qu’en Asie-Pacifique. Même la quantité d’avions désirés par les militaires américains a été revue à la hausse.

L’accélération de l’expansionnisme territorial de Pékin dans la zone Asie-Pacifique, et notamment les déploiements probables de troupes chinoises aux îles Salomon ne sont pas la seule explication à cette révision du calendrier prévisionnel du futur bombardier américain. L’avenir du Northrop Grumman B-21A Raider est également en grande partie liée à la folie destructrice en Ukraine du dictateur russe Vladimir Poutine et à ses récurrentes menaces de feu nucléaire contre les Alliés. Washington DC a besoin d’une arme dissuasive à opposer à Moscou.

Initialement l’entrée en service de l’avion était prévu pour une période comprise entre le second semestre 2026 et le premier semestre 2027. Le B-21A Raider aurait ainsi tenu la dragée haute à son principal «concurrent», à savoir le Xian H-20 chinois. Ce dernier est actuellement annoncé pour la fin de l’année 2027. Quant à l’hypothétique Tupolev PAK DA russe il était initialement prévu pour le premier semestre 2028, mais c’était avant. Avant en fait que les Alliés ne décident de lourdes mesures de rétorsions économiques contre la Russie qui ont déjà eu de premiers effets dévastateurs. Ajoutez à cela la crise des semi-conducteurs et vous comprendrez pourquoi une entrée en service opérationnel du PAK DA n’est même plus forcément envisagé pour cette décennie. Décidément la Russie est maudite avec ses programmes d’avions furtifs à l’image du chasseur Sukhoi Su-57 Felon toujours pas opérationnel malgré la propagande moscovite.

Initialement le Northrop Grumman B-21A Raider devait être produit entre 80 et 100 exemplaires avant que le Pentagone, au début de l’administration Biden ne relativise cette fourchette en annonçant au moins 100 avions de ce type. Finalement l’US Air Force devrait à terme, c’est à dire au cours de la seconde moitié de prochaine décennie aligner 145 appareils de ce genre. Il y aura là donc de quoi largement remplacer les Rockwell B-1B Lancer et Northrop B-2A Spirit mais aussi les antédiluviens camions à bombes Boeing B-52H Stratofortress. Quoique ces derniers pourraient bien encore jouer les prolongations, juste histoire de déjouer les pronostics les donnant obsolètes et bons pour la casse.

La décision donc de chevauchement du développement final de la machine et l’usinage des premiers exemplaires de série officialisé hier par la patronne du programme annonce donc une entrée en service plus tôt. Il s’agit désormais d’une période allant du second semestre 2025 au premier semestre 2026, soit un année de moins qu’initialement prévu.
Le premier vol de l’avion est toujours annoncé pour cette année, même si aux États-Unis ou encore en Europe occidentale certains se demandent s’il n’a déjà pas eu lieu depuis plusieurs semaines. L’avenir nous donnera sans doute la réponse.

Vous remarquerez que sur l’illustration ci-dessus le B-21A Raider est montré en formation au-dessus d’un atoll typique du Pacifique et surtout tirant des missiles AGM-183ARRW, l’arme «hypersonique» américaine. Une telle vue d’artiste est aussi un outil de propagande à destination des nations pouvant considérer l’Amérique comme un ennemi.

Illustration © US Air Force.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Niveau furtivité et autonomie, le B-2 place la barre très haut déjà, je pense que les réalisations russes et chinoises puissent le concurrencer dans ces 2 domaines.
    Le B-21 doit apporter des atouts en plus, je suis curieux de savoir lesquels, meilleure connectivité, MCO plus simple?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom