Beaucoup se souviendront que c’est au Sahel, puis en Irak-Syrie, que le Dassault Aviation Rafale français est devenu combat proven ouvrant ainsi la voie à son succès commercial incontestable. Un fait que les dirigeant de l’avionneur russe Sukhoi ont sans doute bien conscience et dont ils veulent sans doute tirer profit pour leur avion de pénétration Su-34 Fullback suite à sa présence dans le ciel ukrainien. Sauf que cette guerre pourrait bien jouer des tours à un avion qui peine toujours autant à se vendre en dehors de Russie. Actuellement seule l’Algérie en a commandé un petit lot.

Sur le papier le Sukhoi Su-34 Fullback n’est déjà pas un aéronef aisé à exporter ! À la différence du best-seller Su-30 Flanker-C ce n’est pas un chasseur multi-rôle mais un strict avion d’attaque et de pénétration. Il ne peut donc pas remplacer n’importe quel appareil au sein d’un arsenal.
Sa cible première sont bien évidemment les utilisateurs étrangers du Su-24 Fencer. Et si ça a marché avec l’Algérie cela risque de s’avérer plus ardu avec d’autres pays : la Biélorussie pourtant alliée indéfectible de la Russie n’a jamais remplacé ce type d’avion par des Su-34 tandis que le Kazakhstan et le Soudan l’ont publiquement qualifié de bon avion mais beaucoup trop onéreux. En fait deux pays pourraient faire le choix de cet appareil pour remplacer leurs Su-34 Fullback à savoir l’Iran et surtout la Syrie, fidèle parmi les fidèles de la soumission à Moscou. Évidemment on ne parlera pas du remplacement des Su-24 Fencer ukrainiens.

Pour autant le Sukhoi Su-34 Fullback pourrait tirer son épingle du jeu également comme successeur de trois autres modèles d’avions d’attaque : les Mikoyan-Gurevitch MiG-27 Flogger-D, Sukhoi Su-22 Fitter-K, et Su-25 Frogfoot. Oui enfin en théorie.
Car dans la pratique beaucoup de leurs utilisateurs les ont déjà remplacé par des avions plus polyvalents, les chasseurs multi-rôles. Pourtant rien n’est perdu pour l’avionneur russe. Dans le cas du MiG-27 on sait que Moscou travaille au corps le Kazakhstan même si on a vu plus haut que ce pays juge le Su-34 Fullback trop cher. Il pourrait en fait prochainement y remplacer MiG-27 et Su-24, permettant ainsi d’amortir ses coûts d’acquisition et d’exploitation. Très honnêtement reposer les espoirs d’exportation de l’avion de pénétration sur le MiG-27 Flogger serait illusoire.
En fait c’est bien le Su-22 Fitter-K qui apparait juste après le Su-24 Fencer. Inutile de dire évidemment que les anciens pays du Pacte de Varsovie sont out, le Su-34 Fullback n’étant pas aux standards otaniens. Même la Hongrie actuelle ne s’y hasardera pas, elle qui utilisa durant la guerre froide cet avion d’attaque. Une fois encore l’Iran et la Syrie font figures de favoris même s’il n’est inenvisageable que l’achat algérien ouvre une autre perspective en Afrique à savoir l’Angola. Ce pays aligne actuellement une grosse dizaine de Su-22 Fitter-K qu’il faudra tôt ou tard remplacer. Les très bonnes relations diplomatiques entre Luanda et Moscou pourraient d’ailleurs jouer en ce sens.
Reste un cas épineux pour Sukhoi : le Su-25 Frogfoot. Le Su-34 Fullback pourrait éventuellement jouer les remplaçants de cet avion. Sauf qu’il affrontera un adversaire de poids à savoir le Su-25 Frogfoot. Le tueur de chars est en effet toujours en production et désormais proposé à la vente bien plus comme avion d’attaque pure que comme appareil d’appui-protection.

Le Sukhoi Su-34 Fullback pourrait t-il attirer à lui des pays n’ayant acquis aucun des quatre avions précités ? C’est fort peu probable. Même les nouveaux inféodés de la Russie, Centrafrique et Mali en tête ne sont pas considérés comme des cibles de choix pour Sukhoi. Leurs économies sont bien trop incertaines et la qualité médiocre de leurs pilotes obligerait l’avionneur à fournir des équipages. Il reste cependant une inconnue : la Chine. Une telle option n’est pas impossible mais elle entraînera à coup sûr un contrat de production sous licence locale, sans doute aux profits de Shenyang.

Car il est indéniable qu’en cette mi-mars 2022 le Sukhoi Su-34 Fullback est combat proven ! La guerre menée par la Russie contre l’Ukraine l’a permis. Il a été sur tous les fronts, frappant ça et là cibles militaires prioritaires et objectifs civils. L’avion a appuyé l’avancée des troupes terrestres russes et de leurs supplétifs tchétchènes.
Malheureusement pour Sukhoi il est aussi indéniable que le Su-34 est entaché de bavures comme le bombardement d’écoles, d’un hôpital, et surtout du théâtre de Marioupol. Ce dernier est d’ailleurs considéré par le communauté internationale comme un crime de guerre ! À les limite certains clients potentiels du Su-34, telle la Syrie, pourraient considérer ces principes comme droits-de-lhommistes et donc superflus. Sauf que l’engagement en Ukraine a aussi démontrer une difficulté grandissante à employer avec précision des munitions modernes. La plus part des frappes se sont faites contre des cibles faiblement défendues voire pas du tout protégées, permettant ainsi d’employer des bombes lisses et des armes à sous-munitions. Les bombes à guidage laser ont été peu utilisées en Ukraine par les Su-34 Fullback.

Vous l’aurez donc compris il est clair qu’en près de cinquante jours de guerre la Russie a réussi à rendre combat proven un Su-34 Fullback dont elle jure partout qu’il est le meilleur appareil de sa catégorie. Sauf que dans le même temps son exportation n’a peut-être pas été facilité par cette guerre car elle a montré aussi les faiblesses et les défauts d’un avion conçu pour la pénétration contre l’OTAN et non pour l’attaque de précision et l’appui aérien rapproché.
Les prochains mois seront déterminant pour savoir si l’Algérie demeurera seule cliente export de l’avion. Gageons que des ristournes seront faites à la Syrie voire à l’Iran.
Affaire donc à suivre.

Photos © ministère russe de la défense.

Publicité

29 COMMENTAIRES

  1. Au vue de l’économie syrienne, je vois mal le pays se payer une avion de chasse moderne. Que ce soit des SU 34 ou autre. Sauf si la Russie à des conditions de paiement particulière.

    • Comme ça à vu de nez, je dirais qu’il concurrencerait le Su30, il serai plus cher et l’expérience semble montrer que ce n’est jamais optimal d’essayer de transformer un avion pour des missions auquel il n’a pas été conçu au départ. D’autant plus que rien qu’en regardant les photos, on voit que c’est un avion particulier et qu’il n’est pas du tout fait pour le combat aérien: c’est un très gros jet, les deux pilotes côtes à côte, zero visibilité vers l’arrière.

      • Merci, oui je n’avais pas pensé à la visibilité. C’est pourtant un avion à aile basse, capable d’emporter les derniers missiles air air et les derniers équipements de contre mesures. Je me posais donc la question si cela était du fait d’un parti pris sur le radar, ou du poids excessif vers l’avant.

    • Disons que la notion « combat proven » n’est pas très claire.
      Si c’est utiliser une arme pendant une opération, le Rafale l’est depuis 2007 en Afghanistan en larguant des GBU

    • bonjour
      combat proven signifie juste qu’il a démontré des capacités opérationnel sur le terrain et pas uniquement a l’entrainement. donc il a prouvé sa capacité a participé a des operation d’appui simple (dans menace pour l’aviation) en afganistan puis a évoluer dans une environnement hostile (missile sol air, chasseur finalement inopérant) en libye. la syrie a apporté un crane de menace supplémentaire car il évoluer dans un environnement plus menaçant (système de défense syrien et russe plus perfectionner, avion de chasse en vol) mais sans accrochage. le sahel n’a pas démontre grand chose de plus.

  2. C’est sur que bombarder des écoles et des hôpitaux ça ne doit pas déranger plus que ça les Syriens et les Chinois. Les Iraniens par contre j’en di(ais pas autant.
    En tous cas c’est clair que les Russes sont des assassins.

    • Moi je le trouve beau. Au départ il devait avoir la forme d’un vulgaire Su27 biplace, d’ailleurs il devait se nommer Sukhoi 27 IB mais plus tard la configuration biplace côte à côte comme sur un F111 ou Su24 et non en tandem fût choisi pour une meilleure coordination des membres d’équipage ce qui a élargie la structure ce qui lui donne une gueule de canard.

      • Moi aussi Dimitri j’aime bien sa gueule de canard, et ça dénote d’une certaine audace que j’apprécie beaucoup… Mais le fait que ce joli joujou serve actuellement à tuer des êtres humain le rend tout de suite bien moins sympathique malheureusement..
        Ça donne une certaine ambivalence des sentiments… Quelle connerie la guerre quelle que soient ses causes et ses moyens…

        • Par définition une arme, et l’aviation de combat est une arme, est faite pour tuer. C’est sa nature et sa fonction.
          Même les pays neutres comme la Suisse sont armés.

  3. En tous les cas les Russes sont loin devant en aéronautique militaire et aérospatiale par rapport à la france.
    Le rafale l’ avion de combat en production le plus lent de tous mach 1,8

    • La vitesse pure n’est intéressante que pour des buts qui le justifient : interception, espionnage (SR-71) etc…
      C’était d’ailleurs le graal des années ’50 et ’60 : toujours plus vite.
      Pour le reste, il vaut mieux avoir un avion efficace et omnirole que ‘simplement’ très rapide.
      Quant à la remarque : ‘les Russes sont loin devant en aéronautique militaire et aérospatiale par rapport à la France’, c’est une remarque gratuite que je ne partage pas (et je ne suis pas Français !).

    • Au contraire les avions Russes sont en général moins bons que leurs homologues occidentaux, d’après les tests effectués par tous les pays faisant des évaluations pour renouveler leurs flottes. Le rafale au contraire fait lui très bonne impression. Il est moins lourd en entretien, a une cellule et des moteurs de durée de vie plus longues, est plus discret (RCS), à un meilleur radar et est plus polyvalent que son homologue russe Su 35-par exemple…
      Les avions russes sont en revanche moins cher à l’achat et sont pensés pour opérer sur des terrains très sommaires : philosophie différente.
      La vitesse de pointe n’a quasiment aucune importance de nos jours pour un avion de combat polyvalent, c’est beau sur le papier et ça peut servir en interception de temps en temps, mais aujourd’hui on regarde d’abord d’autres éléments, comme la super-croisière, où le Rafale se défend.
      Pour l’aérospatiale en général les mêmes arguments sont valables, parfois mieux souvent moins bien mais surtout très différent.
      En tous cas les avions russes sont souvent très beaux, ça on ne peut pas leurs enlever.

    • Apparemment vous ne connaissez pas le F35. Mais de toute manière au 21 ème siècle, à l’ère de la furtivité les très grande vitesses tel qu’on a pu connaître avec le Mig 25 ne sont plus un élément important. C’est même le contraire. Échauffement de la structure à cause du rayonnement thermique donc avion moins discret. Et puis votre avion russe va t il plus vite qu’un Mica ou qu’un Meteor ?

      • Ils se font descendre par lun des systèmes de defense anti-aérienne le plus performant au monde le S-300 de fabrication et de technologie Russe. Ne pas l’oublier.

        • Pas tous, nombreux l’étaient par des manpads prouvant que la technologie russe n’est pas capable de fournir des armes permettant de faire mouche à distance de sécurité

    • Les Russes devant l’aéronautique française ? Rappelle moi depuis combien de temps Kamov et Mil n’ont pas sortis de véritables nouveaux hélicos? Tu es un petit rigolo toi.

  4. Je pense que l’aviation Russe n’est pas fondamentalement mauvaise, son principal défaut c’est la qualité et l’entrainement des pilotes .
    Volé à 2 mètres d’un avion de surveillance de l’OTAN s’est pas très compliqué, parader dans le ciel Syrien c’est les vacances, affronter des pilotes entrainés qui défendent leur patrie, avec des défenses anti-aériennes modernes c’est pas la même chose. De plus si les dirigeant et les stratèges sont à la ramasse,, ça donne ce qu’il se passe en Ukraine …

  5. On ne peut pas comparer le Sukhoi 35 avec le rafale
    Le sukhoi 35 est un avion de suprématie aérienne plus rapide, rayon d’action plus grande, altitude 4km plus haut, et plus agile avec la pousse vectorielle, ect …….
    Le rafale est un petit couteau suisse qui est bon pour aller bombarder au Mali

    • Pourtant le Rafale surclasse largement le Su-35 Flanker-E. D’ailleurs ce dernier est devenu un boulet pour Sukhoi qui ne réussit pas à l’exporter. Même des clients fidèles comme l’Algérie ou le Venezuela s’en détournent. Quand au Rafale il est très bon aussi pour protéger l’espace aérien européen de la menace expansionniste du dictateur russe.
      Et juste au passage Mimir si vraiment c’était un « avion de suprématie aérienne » le Flanker-E serait en première ligne en Russie là où celle-ci a besoin de lui. Or elle persiste à faire appel à ses Mikoyan MiG-31 Foxhound bien plus efficaces.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom