Le Brésil n’en finit plus (d’essayer) de moderniser sa force aérienne. Alors que les programmes de dotation des chasseurs multi-rôles F-39E/F Gripen et des drones tactiques RQ-900 Hermes battent leur plein la Força Aérea Brasileira tourne désormais les yeux vers l’Atlantique sud. Son ambition est désormais de trouver un nouvel avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine. La période 2025-2028 est désormais publiquement dévoilé afin de trouver un successeur aux huit actuels Lockheed P-3AM Orion.

Malgré l’existence d’une aviation navale digne de ce nom la mission de patrouille maritime revient au Brésil à la force aérienne, un peu à la manière de ce qui existe au Royaume-Uni. C’est pourquoi les huit Lockheed P-3AM Orion en dotation lui appartiennent. Il s’agit d’avions d’ancienne génération, la première version du vénérable quadrimoteur à turbopropulseurs de facture américaine. Construits entre les années 1960 et 1970 ils ont été modernisés à la fin du siècle dernier, et depuis plus rien ! Les P-3AM Orion brésiliens sont donc bel et bien des avions d’un autre temps, à l’avionique et à l’armement désormais désuets.
C’est la raison pour laquelle le gouvernement fédéral brésilien a décidé de commencer à travailler sur le remplacement futur de ces avions, sans doute d’ici trois à six ans.

Si le candidat idéal est évidemment le biréacteur Boeing P-8A Poseidon également usiné aux États-Unis il ne faut pas rayer d’un trait de plume Airbus Defence & Space et son C295MPA Persuader. Ce dernier a le mérite de proposer une avionique dernier cri, un armement efficace, et surtout la Força Aérea Brasileira aligne actuellement des C-105 Amazonia / SC-105 Amazonia de respectivement transport tactique et de recherches sauvetages à longue distance.
Une surprise pourrait également venir… du Brésil lui-même. Il n’est pas inenvisageable que dans l’espoir de relancer un programme qui périclite désormais Embraer décide de proposer une version de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine de l’avion de transport tactique C-390 Millenium. Reste à savoir jusqu’où un tel avion a des chances d’être réellement efficace.

À n’en pas douter ce contrat ne sera en rien une commande historique. Les finances brésiliennes sont au plus mal en raison d’une crise Covid-19 qui a lourdement impacté le pays. Pour remplacer huit P-3AM Orion il n’est sûr du tout que ce soit selon la règle du un pour un. L’avenir nous le dira.
Affaire donc à suivre.

Photo © Força Aérea Brasileira.

Publicité

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom