Déclaré opérationnel au standard initial le mois dernier le dernier né des hélicoptères militaires américains monte en puissance. Et depuis cette mi-novembre 2022 les équipes du 23rd Wing de l’US Air Force préparent désormais le Sikorsky HH-60W Jolly Green II à son premier déploiement à l’étranger. Celui-ci interviendra en début d’année prochaine et concernera la Grande Bretagne. Il faut actuellement s’assurer que cette machine est vraiment apte à remplir les missions habituellement dédiées au HH-60G Pavehawk qu’elle doit remplacer.

Exercice de treuillage sur Sikorsky HH-60W Jolly Green II.

En fait les femmes et les hommes du 41st Rescue Squadron préparent aujourd’hui le HH-60W Jolly Green II à servir sur la base de RAF Lakenheath en Angleterre. Jusqu’en 2018 celle-ci alignait les HH-60G Pavehawk du 56th Rescue Squadron, désormais stationné à Aviano AB en Italie. Or la remontée en puissance des installations américaines de Grande Bretagne, suite à l’invasion russe de l’Ukraine, oblige aujourd’hui le Pentagone à y baser en permanence des hélicoptères de recherches et de sauvetages au combat. Et ce aussi pour les missions du quotidien. Surtout il lui est hors de question de déshabiller la base italienne afin de rhabiller la base britannique. Il faut donc en passer par un déploiement depuis les États-Unis.
Dans le même temps il faut voir que RAF Lakenheath est en pleine mutation, suite à l’arrivée massive du chasseur furtif Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Cet hélicoptère lui est donc une nécessité.

Assistés d’ingénieurs et de techniciens spécialisés issu de l’Air Force Material Command et venant de Robbins AFB les équipes du 41st Rescue Squadron mettent donc les bouchées doubles afin de s’assurer que le Sikorsky HH-60W Jolly Green II sera prêt à temps. C’est depuis leur nid de Moody AFB qu’ils s’exercent de la sorte.
Le treuil mécanique est notamment mis à rude épreuve, au point que plusieurs ont vu leurs filins métalliques casser durant les exercices. Fort heureusement la blessure la plus grave enregistrée aura été une entorse à la cheville. Les douze hélicoptères de nouvelle génération actuellement en dotation sont soumis à ces exercices tests, car l’unité elle-même ignore lesquels d’entre eux traverseront l’Atlantique nord (dans la soute d’un avion-cargo) afin de rejoindre l’Angleterre. Ils doivent donc tous être confirmés pour déploiement.
Les exercices se déroulent aussi bien de jour que de nuit, par beau comme par mauvais temps. En même temps les équipages appelés à voler en Grande Bretagne ont intérêt à ne pas craindre la pluie. Les phases d’atterrissages sont également scrutées de très près ainsi que les vols en formations serrées. Là par contre aucun incident n’a été relevé.

Des treuils mécaniques mis à très rude épreuve avant le départ pour RAF Lakenheath.

Que de chemin parcouru donc en deux ans depuis la livraison des deux premiers hélicoptères de série. Surtout on voit clairement que la décision du Pentagone de revoir à la baisse la commande de HH-60W Jolly Green II n’a pas pour autant affaibli la détermination de l’US Air Force à l’employer pleinement.

Photos © US Air Force

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom