Les voyants passent au vert « fluo » pour le Dassault Aviation Rafale M en Inde.

L’avionneur clodoaldien est-il en passe de réaliser son plus beau coup depuis le début de la commercialisation à l’export de son chasseur omnirôle ? Depuis environ 48 heures la majorité des grands médias généralistes et spécialisés aéronautique et défense en Inde annoncent la victoire du Dassault Aviation Rafale F4 auprès de l’Indian Navy. Outre le camouflet que cela représenterait pour Boeing et son F/A-18E/F Super Hornet il s’agirait surtout de la première vente à l’étranger du Rafale M. Sans doute aussi la seule, soyons très objectif.

Car nous ne le dirons jamais assez, sans le programme indien dit Multi-Role Carrier-Borne Fighter, le Dassault Aviation Rafale M serait demeuré ce pourquoi il a été conçu : être la monture des pilotes de la chasse embarquée française. D’ailleurs il a été pensé pour eux et avec leur aide, jamais en se disant qu’un jour il pourrait être catapulté depuis un pont d’envol étranger sous une cocarde autre que le hameçon. Comme quoi il ne faut jamais désespérer.

En fait plus on retourne le sujet dans tous les sens et plus l’agitation franco-indienne du microcosme aéronautique depuis deux jours semble logique. Entre la déplorable communication de Boeing sur l’arrêt programmé de la chaîne d’assemblage du F/A-18E/F Super Hornet et les démonstrations d’efficacité du Rafale F3 dans l’Indian Air Force tout mène à une logique victoire de Dassault Aviation auprès de l’Indian Navy.
Il y a deux mois et demi déjà nous vous annoncions que ce printemps 2023 serait décisif pour le Rafale M et l’Inde. Nous y sommes.

De Paris, de l’Élysée en fait, un indice nous est venu cette semaine. La présidence de la République a annoncé que monsieur Narendra Modi, premier ministre de l’Inde, sera l’invité d’honneur du défilé du 14 juillet 2023 à Paris. Si Emmanuel Macron invite son homologue indien sous les ors de la Ve République ce n’est pas uniquement pour célébrer un quart de siècle de partenariats entre nos deux pays.
Déjà en fait quand Boeing a osé prétendre que seul le contrat indien pouvait encore sauver l’industrialisation de son F/A-18E/F Super Hornet nous avons été nombreux à trouver que cela sentait mauvais pour l’avionneur américain. L’Indian Navy n’a aucun intérêt à acquérir vingt-six exemplaires d’un appareil en fin de vie, elle en a bien plus à se doter d’une machine ayant encore un potentiel de développement d’au moins vingt ans. Donc d’acheter le Rafale F4, c’est de la pure logique.

Reste désormais à savoir si Narendra Modi attendra d’être à Paris pour annoncer la victoire de Dassault Aviation sur Boeing ou s’il le fera avant. Et là ce n’est plus de l’aéronautique ou de la défense c’est de la diplomatie et de la politique, c’est à dire une toute autre histoire.

Photo © Marine Nationale


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

24 réponses

  1. Le résultat n’est pas encore tombé. Je ne m’étends pas sur les précautions d’usage: je préfère appuyer sur la mauvaise communication de Boeing.
    Mais pas que: les problématiques de qualité sont désormais largement établies pour l’avionneur US, quand bien même le super Hornet est une chaîne à part que non, ce n’est pas s elle qui fait jaser…

  2. Merci Arnaud pour cet article.

    Donc, c’est 26 appareils pour l’Indian Navy. Espérons que tout cela aille jusqu’au bout.

    C’est toujours un peu long avec l’Inde. Mais bon, on y arrive.

    Ce qui serait bien, c’est que notre ministère de la défense, commande 4 ou 5 Rafales Marine de plus pendant que la chaîne Rafales Marine tourne pour l’Inde.

    Il y en a 4 de perdus depuis 2001.

    J’ai cru comprendre qu’il y en avait 2 de prévu aux dernières nouvelles.

    Quand ? Vous le savez peut-être Arnaud.

    Merci de votre réponse si vous le savez.

  3. Si les tensions augmentent entre la Chine et l’Inde et sachant que la Chine déploiera au moins 6 porte avions catobar le marché indien restera ouvert avec d’autres perspectives pour Dassault. D’autre part il y a actuellement une forte tendance au développement de porte aéronefs à décollage et atterrissage verticaux ( F35-B et Harrier ). On peut donc rêver soit en un Rafale M à décollage court ou un nouvel avion Dassault à décollage vertical ?

    1. Décllage vertical veux dire moindre rayon d´action et moindre capacité d´emport de charge. En plus le décollage classique permet de mettre des réservoirs supplémentaires sous les ailes pour les actions en profondeur.

  4. Dassault ne semble pas avoir maîtrisé le décollage vertical dans les années 60, au point de vraiment convaincre les forces armées françaises.

    1. C’est plus compliqué : les années 60 ont vraiment été charnières et elles ont vu le défrichage de technologies abandonnées depuis, comme la voilure à géométrie variable.
      .
      Le décollage vertical, c’était une demande des états-majors parce qu’une piste de 3000 mètres, c’était vulnérable.
      .
      D’aucuns ont demandé un avion qui décollerait comme un hélico. Et suite à des dizaines de prototypes, industriels et militaires se sont apperçu que c’était trop tôt : les mécanismes essentiels à cet exploits sont lourds, volumineux, au point que même de nos jours, la capacité d’emport est bridée par rapport à un avion normal.
      Pire encore: qu’une capacités de décollage court n’avait qu’un impact marginal sur un avion d’armes comma.le mirage F1.
      Et entre temps, de gros progrès étaient réalisé dans l’entretien des pistes après assaut.
      .
      Quand au Mirage « Balzac » il reste toujours et pour longtemps l’avion à décollage vertical le plus puissant. Mais les huit (huit!) moteurs étaient trop de contraintes et de budget. Et les mirages G largement plus simples suivront le même chemin, choc pétrolier oblige.

  5. Le Rafale était l’avion avec la plus courte distance de décollage au monde (si aucun autre avion de chasse ne fait mieux, il doit actuellement l’être encore).

    La seule façon d’améliorer cela, demanderait une augmentation de puissance des M88, qui possède déjà une version améliorée et plus puissante, basée sur l’ancien M88-3 (version plus puissante du M88-2), et combinant le très optimisé/fiabilité du M88-4S. Cela ayant donné naissance au M88-ECO.

    6 portes avions catobar pour la Chine, qui ne maîtrise pas cette technologie, dont elle rêve seulement encore à l’heure actuelle. Seul les États-Unis et la France possède des systèmes de catapultages à l’heure actuelle.

    1. Les technologies de catapultage ne posent pas forcément de difficultés insurmontables. Si nous ne l’avons pas développé, c’est pour des raisons de série.
      Si les Chinois en ont besoin, ils l’auront.

  6. decidement on arrete pas de l exporter notre fleuron !!!! je me rappel des mots de marcel dassault lors de son premier vol en 1986 : il vole bien parce qu »il est beau

  7. Magnifique…

    l’Inde n’a pas dénoncé l’occupation de l’Ukraine par les russes et soutien son économie.
    On va leur vendre le peu de technologie qui nous reste… Au risque de subir un pillage technologique.

    Bravo, on ne peut pas faire mieux…

    1. Pillage technologique ? L’Inde possède déjà quelques uns des meilleurs équipements alliés comme le Rafale, le P-8 Poseidon, ou encore le Hawk. Et je n’ai pas vu le moindre pillage depuis. Du coup j’ai du mal à comprendre votre commentaire.

    2. L’Inde achète plus de ressources aux russes plutôt par opportunisme que par solidarité à Poutine.
      D’ailleurs, Poutine y vend son précieux pétrole bien moins cher qu’aux européens et engrange malgré tout moins d’argent.
      Vous auriez préféré que l’Inde achète des avions russes à la place des rafales sinon?
      La France est en train de chiper une bonne partie des contrats d’armement au nez et à la barbe des industriels russes et c’est tant mieux! Déjà qu’ils sont largués technologiquement chez sukkoï et mig…
      D’ailleurs, le seul rapprochement que l’on constate en ce moment c’est plutôt celui entre les dictateurs, chine et Russie. L’Inde n’a donc aucun intérêt à renforcer les connaissances militaires russes si c’est pour que cela arrive aux mains des chinois ensuite.

  8. La guerre de l’Occident contre la Russie a ouvert les yeux des pays du Sud, qui n’ont pas oublié le mensonge des armes de destruction massive il y a 20 ans..
    Là aussi cela aura des conséquences.. L’Inde n’a pas le choix pour l’instant mais elle ne veut plus dépendre militairement de personne, donc à moyen terme on ne vendra plus grand chose sauf si on garde un gap technologique important.. et avec nos décideurs c’est pas gagné..!

    1. « La guerre de l’occident contre la Russie » rien que ça ! Le ridicule ne tue pas visiblement. Comme quand palou nous explique que c’est mieux de critiquer les usa qui ont viré saddam Hussein que de critiquer un tyran comme Poutine qui ment, fait du chantage et massacre continuellement depuis 20 ans des peuples moins puissants que le sien (quoique les ukrainiens déjouent les pronostics…).
      Bref, même si le gouvernement de Bush junior a menti il y a 20 ans, ça n’excuse pas ta lâcheté vis à vis de Poutine Palou (et de tout ceux qui pensent comme toi). Car ce n’est pas en critiquant bêtement un occident perfectible et en soutenant des dictateurs abjects que cela nous aidera à nous préserver de l’autoritarisme, l’inégalité et de l’oppression.

  9. C’est probablement le choix de stopper le F-18 SH qui ouvre la porte aux Rafale ; on s’interroge toujours ce curieux timing de Boeing pour annoncer la fin du F-18 !
    Aux EAU, ce fut aussi le refus de vendre des F-35 qui a ouvert la porte au Rafale.
    On dirait que les Américains (Biden) ont un deal pour compenser la trahison des sous-marins Aukus.
    On lui a fait un très mauvais procès concernant son peudo coup de main sur F-35 Suisse, alors qu’objectivement il semble bien tenir un deal avec Macron !

    1. Un point de vue auquel je n’avais jamais pensé, intéressant
      Pourquoi se décarcasser à chercher à concevoir et fabriquer nos chasseurs? Tandis qu’il suffit d’acheter des F-16, des Hornet, des Super Hornet ensuite et enfin des F-35 A et C, que d’argent et de temps gâchés!
      Allez on va faire manifester nos revendications, bloquons le pays et exigeons l’achat de F-35!

    2. On n’avait pas besoin du retrait du F18 pour gagner ce contrat . C’est plutôt l’inverse. Boeing sait qu’ils ont perdu donc ils annoncent la fin de production du F18.

  10. Bon, ben je ne peux pas donner mon avis, malgré que je n’agresse personne, je suis censuré…
    Si je disais qu’on avait vendu grâce à nos amis américains je serais sans doute publié !
    Mais je ne dois pas être dans la ligne ! On est pourtant dans un pays libre et démocratique !?!

    1. Je sais bien que la victimisation est chez vous Palou une seconde nature tant vous avez régulièrement l’usage de ce biais dans vos commentaires mais là ça devient vraiment fatiguant. Où donc avez-vous été « censuré »?

  11. Très bonne nouvelle.
    J’espère que cela vas inciter l’Inde a acheter des RAFALES air en plus.

  12. Est ce qu’il est prévu du coup de remplacer le rafale m perdu il y’a quelques années voire meme en reproduire pour permettre une plus grande disponibilité, recreer une flottille par exemple

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Blackburn T-4 Cubaroo

L’histoire de l’aviation est jalonnée de machines volantes qui pour bien des raisons ne connurent pas le succès escompté voire pas le moindre succès. Dans

Lire la suite...